Maroc: Les conditions de financement à l'international, un facteur d'assurance    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Marché obligataire: Les taux de rendement de la courbe primaire devraient poursuivre leur hausse (AGR)    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



GIZ: Le Maroc "très actif" en matière de politique environnementale
Publié dans Hespress le 07 - 06 - 2022

Le Maroc est depuis longtemps « très actif » en matière de politique environnementale, tant au niveau national qu'international, a affirmé, mardi à Rabat, le Directeur Résident de l'Agence de coopération internationale allemande (GIZ) au Maroc, Lorenz Petersen.
La ratification du Protocole de Nagoya et la présidence de l'Assemblée des Nations-Unies pour l'environnement à Nairobi sont deux indicateurs récents qui montrent l'engagement du Maroc et la reconnaissance de son rôle par la communauté internationale, a précisé M. Petersen qui s'exprimait à l'ouverture d'une conférence placée sous le thème « Le cadre mondial de la biodiversité post 2020 : quelles perspectives pour préserver les écosystèmes ? » . Il s'est dit, dans ce sens fier de travailler en étroite collaboration avec le Maroc sur un large éventail de questions environnementales, précisant que la GIZ a œuvré pour la reconnaissance du Maroc comme réserve de la biosphère de l'Arganeraie par l'UNESCO.
L'action en faveur de l'Arganeraie pour la préservation de la biodiversité a démontré ses effets sur la population locale et l'économie du pays, a-t-il confirmé.
Lorenz Petersen a aussi salué l'impact de ce projet sur les femmes et les coopératives féminines, ajoutant qu'elles constituent des piliers de l'économie locale, parce qu'elles produisent, assurent des financements et exportent « les merveilleux » produits du Maroc dans le monde.
De son côté, la Représentante Résidente adjointe du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Maroc, Martine Therer, a souligné que le thème de cette conférence, tenue en célébration de la journée mondiale de l'environnement, est « éminemment pertinent » puisque la perte de la biodiversité constitue, avec le changement climatique et la pollution, un des trois grands maux qui affectent la santé de la planète.
« Cette planète est notre unique maison », a fait savoir Martine Therer, en faisant référence au message du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de l'environnement.
La survie de l'humanité dépend de la santé de la planète Terre qui fournit la nourriture, l'eau potable et des médicaments, a-t-elle rappelé, ajoutant que les écosystèmes terrestres et marins jouent un rôle essentiel dans la régulation du climat et « nous protègent des phénomènes météorologiques extrêmes ».
la responsable onusienne a appelé, dans ce sens, à changer les modes de consommation, afin de réduire le gaspillage alimentaire et la surexploitation des ressources naturelles, mais aussi à adopter des approches de développement intégrées et multisectorielles qui prennent en compte les compromis entre la production alimentaire et énergétiques, les infrastructures, la gestion des ressources en eau et des zones côtières et la conservation de la biodiversité.
Dans la même veine, elle a cité, Gustave Speth, avocat américain spécialiste des questions d'environnement et ancien administrateur du PNUD: « j'avais l'habitude de penser que les principaux problèmes environnementaux étaient la perte de la biodiversité, l'effondrement des écosystèmes et le changement climatique (...) j'avais tort. Les principaux problèmes environnementaux sont l'égoïsme, la cupidité et l'apathie, et pour y faire face, nous avons besoin d'une transformation culturelle et spirituelle ».
Organisée par le ministère de la Transition énergétique, avec l'appui du PNUD, cette conférence porte sur les actions consenties aux niveaux national et international pour redresser la trajectoire de dégradation des écosystèmes naturels. Elle réunit des représentants des départements ministériels, des institutions de recherche scientifique, ainsi que des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux.
La Journée mondiale de l'environnement est célébrée le 5 juin de chaque année. Le thème retenu pour cette année « Une seule Terre » rappelle que la Terre est la seule planète habitable de la galaxie et encourage la mise en place d'actions transformatrices afin de restaurer l'équilibre entre les populations et la nature et de créer un avenir meilleur et durable pour l'ensemble de la population mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.