Amical : Les Lionnes de l'Atlas en test face aux Aigles de Carthage    L'athlète marocain Hicham Laqouahi remporte la 31ème édition du marathon international de Marrakech    LDC Afrique: Le WAC et le RAJA seront bientôt fixés sur leurs adversaires pour les quarts de finale    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    Elevage dans l'Oriental : des actions pour juguler la faiblesse des précipitations    L'ITB pointe à l'horizon!    Le Raja pour la revanche et la qualification en Tunisie    Hicham Dmii jette l'éponge    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Jusqu'à -5°C dans certaines régions du Maroc ce dimanche 26 janvier    Coronavirus : le bilan grimpe à 56 morts et 2000 cas de contamination    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Une panne de carburant d'une ambulance cause la mort d'un malade à Youssoufia    Un malfrat interpellé pour vol de téléphones portables sous la menace    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    Aucun cas de coronavirus au Maroc, annonce la Santé    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Divers sportifs    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au-delà d'une exécution
Publié dans La Gazette du Maroc le 08 - 01 - 2007

Le caméléon, Jalal Talabani, l'actuel président de la République fédérale d'Irak, est resté en dehors du piège de la signature de la décision visant à exécuter l'ancien président, Saddam Hussein. «Mam» Jalal aurait ainsi voulu laisser ce dernier mourir «chiite» et non kurde. Ce, alors que toutes les régions du Kurdistan explosaient de joie à l'annonce de la pendaison de celui qui était considéré comme étant leur ennemi numéro 1 depuis la création de l'Etat irakien en 1921.
Ce qui est désormais certain, c'est que les «Safaouïnes», purs produits du chiisme perse en Irak, paieront, tôt ou tard, le prix de leurs slogans prononcés lors de l'exécution de celui qui est devenu «Al-Chahid Al-Qaed». Ils n'ont laissé aux «ennemis» sunnites de Saddam Hussein-qui sont si nombreux en Irak-aucune chance de s'exprimer dorénavant. D'autant qu'il serait difficile pour eux de répondre présents à l'initiative prise par le premier ministre chiite, Nouri al-Maleki, qui est devenu, avec Abdel Aziz Tabatabaei (alias Al-Hakim) et Moktada al-Sadr, les ennemis privilégiés des sunnites.
En tout état de cause, les historiens se pencheront après les tensions qui avaient accompagné l'exécution de l'ancien président irakien par ces chiites, sur l'analyse d'un fait marquant ; et, par là, répondre à la question suivante :est-ce que le régime de Saddam Hussein pouvait-il, en réalité, vivre plus que 25 ans, de 1968 à 2003, s'il avait adopté d'autres choix dans des étapes clés ?
Il est prématuré de comprendre les tenants et les aboutissants des décisions prises par l'ancien chef de l'Etat d'Irak. La seule décision qu'il aurait dû éviter, c'était probablement l'invasion du Koweit ; et non celle d'attaquer l'Iran pour endiguer l'exportation de la révolution islamique de l'Imam Khomeïni. A l'époque, Saddam Hussein n'avait pas un autre choix. Surtout, lorsqu'on a appris plus tard que la situation interne était sur le point d'exploser dans les régions chiites s'il n'avait pas pris cette décision fatale. En déclarant la guerre aux Perses, il est apparu comme le sauveur de la nation arabe et le défenseur des intérêts de l'Occident dans la région. Le devoir de ces historiens, c'est de montrer tout cela, témoignages et documents à l'appui.
Loin des réactions et des agitations qui avaient suivi son exécution le premier jour d'Al-Aïd d'Al-Adha, force est de souligner que Saddam Hussein était déjà mort politiquement depuis 1991. Alors qu'il était dans les années 70 le héros de la nationalisation du pétrole, champion de l'octroi de l'autodétermination aux kurdes, et le victorieux de la guerre d'Al- Qadissia/bis contre les iraniens.
La disparition de Saddam Hussein devra sans aucun doute créer des changements sur le terrain en Irak. L'accélération soudaine de son exécution, coïncidant avec le report de l'annonce de la nouvelle stratégie qui sera adoptée par George Bush, veut dire qu'il y aura prochainement un nouveau départ. Ceux qui s'attendaient, notamment après la publication du rapport Baker/Hamilton à une marche arrière, allant jusqu'à la programmation d'un retrait graduel de l'Irak, ont été très surpris par l'adoption d'une stratégie basée sur une nouvelle offensive.
De ce fait, il n'y a aucune contradiction entre l'accélération de l'exécution de Saddam Hussein, l'augmentation du nombre des soldats américains, et l'ouverture par le gouvernement irakien, des portes de l'armée devant les Bâasistes. Les Américains et les forces de coalition, en majorité chiites, qui sont au pouvoir, estiment que le principal obstacle qui complique leur tâche dans l'absorption de ces Bâasistes, réside dans la libération de ces derniers de leur leadership historique. Chose faite maintenant. Cela dit, les «nouveaux» Bâasistes vont désormais, tôt ou tard, rejoindre les négociations qui décideront de l'avenir de leur pays.
Ceux qui ont pris la décision d'exécuter Saddam Hussein, sont parfaitement conscients qu'un tel acte rapprochera encore plus l'Irak d'une guerre civile ouverte. Cependant, ils ont pris ce risque. Car ils pensent, semble-t-il, que la meilleure voie à prendre pour éviter cette guerre, c'est de jouer au bout du gouffre. Dans cette foulée, les Américains deviennent des intermédiaires. Ce qu'ils ont démontré en faisant pression sur Al-Maleki et ses alliés chiites pour récupérer le cadavre de l'ancien président irakien et de le transporter jusqu'à sa ville natale d'Al-Aoujah.
A Washington, on affirme qu'il n'est pas sûr que l'Irak d'après Saddam sera plus sanglant qu'avant sa disparition. Cette exécution pourrait probablement libérer définitivement les chiites de leur obsession permanente de vengeance et les sunnites, de supporter éternellement les méfaits d'un régime qui soi-disant défendait leurs intérêts.
Reste à savoir maintenant comment les Etats-Unis feront pression sur leurs alliés chiites afin de prendre leurs distances envers Téhéran. Un bras de fer qui s'annonce assez complexe. L'administration Bush qui avait vendu Saddam à Al-Maleki, n'est apparemment pas prête à trop attendre le renvoi de l'ascenseur.
Quoi qu'il en soit, il n'y a plus aucun espoir ni au présent ni au futur de sauver l'Irak des projets de vengeance qui se profilent à l'horizon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.