Tourisme : 16 milliards de DH pour relancer le secteur    Aïd Al-Adha: voici le prix du mouton cette année (VIDEOS)    Coronavirus : plus de 13 millions de cas déclarés dans le monde    Aïd Al-Adha : Les préparatifs dans le respect des exigences sanitaires    Urbanisme. La destruction du patrimoine se poursuit    Coronavirus : les autocars bientôt autorisés à transporter jusqu'à 75% de leur capacité    Coronavirus : Chakib Alj appelle les entreprises à plus de vigilance [Courrier]    L'Espagne opère des reconfinement locaux en s'appuyant sur la Loi (video)    Bac 2020. Massar, le serveur est une tombe    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 84 nouveaux cas, 16.181 au total    La deuxième Chambre est dominée par l'opposition : Le PLFR à l'épreuve du feu des conseillers    Chelsea. Une victoire signée Giroud    Covid-19: ce qu'il faut retenir de la réunion Laftit/CGEM    ODD : Le Maroc défend son bilan devant l'ONU    Nouveau modèle de développement : Voici les premières conclusions de la CSMD    Syndrome de Tanger    Explications    Espagne: Arrestation de deux présumés terroristes algériens    La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Sahara marocain: un journal bulgare fustige le polisario et son mentor    Fête du Trône : Report des cérémonies et des festivités    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La Turquie et le monde arabe    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Driss Lachguar : Il est grand temps de mettre fin aux agissements électoralistes afin de doter les consultations électorales de la crédibilité nécessaire    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contrat-programme de la Filière agrumicole : Cap 2020
Publié dans La Gazette du Maroc le 02 - 05 - 2008

Répondre aux exigences de la consommation nationale interne et se repositionner sur les marchés extérieurs en reconquérant les positions perdues, tels sont les deux nouveaux défis engageant les professionnels de la filière agrumicole liée avec l'Etat par un contrat-programme rendant impérative la mise à niveau nécessaire de l'activité de production fruitière.
La mise à niveau a pour objectif de redynamiser le secteur, grâce à un plan d'actions visant le renouvellement et l'extension des plantations dans les régions favorables sur la base des variétés les plus adaptées aux exigences des marchés extérieurs, mais également de l'évolution des besoins de la consommation nationale et de la transformation», explique d'emblée le président de l'ASPAM (Association des producteurs d'agrumes au Maroc), signataire avec le gouvernement, en marge des premières assises de l'agriculture, la semaine dernière à Meknès, du contrat-programme agrumicole fixant les objectifs stratégiques dans la décennie à venir. Ainsi est dévoilé le cap 2020 caressant l'ambition d'atteindre une capacité de production de près de 3 millions de tonnes, le double de l'actuelle et dont 1,3 million de tonnes destinées à l'exportation. Hassan Lyoussi met en garde contre les menaces de non compétitivité qui font rétrograder le pays au classement des exportateurs les plus performants dans le bassin méditerranéen. «Sans une amélioration quantitative et qualitative très conséquente de la production agrumicole nationale, et compte tenu de l'augmentation de la consommation locale, et vu que les marchés importateurs deviennent de plus en plus exigeants, le Maroc risque fort, si rien n'est fait, de disparaître de la liste des pays exportateurs d'agrumes et on pourrait peut-être même commencer, dans quelques années ; à en importer comme c'est le cas actuellement de certaines productions agricoles».
En vertu des nouvelles dispositions contractuelles, les professions de la filière agrumicole s'engagent à intensifier leurs plantations d'agrumes, en vue de couvrir une surface de 105 000 hectares dans les deux lustres qui arrivent, sur près de la moitié desquels seront mis en œuvre de nouvelles techniques d'irrigation peu consommatrices en eau, sous la condition de garantir un encadrement et une formation appropriée aux petits et moyens producteurs. L'Etat soutient ces projets à hauteur de 3 milliards de DH sur un effort global d'investissements agrumicoles estimés à 9 milliards de DH. C'est la clé de la relance d'un secteur en voie d'essoufflement qui, après avoir été longtemps aux secondes loges exportatrices derrière l'imbattable Espagne, s'est fait depuis damer le pion par la Turquie et l'Egypte.
Tout reste à faire
Le cabinet Adrien Stratégie, appelé en renfort, a préconisé des «ruptures stratégiques» pour engager une vision 2020 ciblant la constitution d'une «autorité stratégique dominante», dont aucune profession de la filière ne peut s'en réclamer actuellement, fondée sur une politique de «vergers leaders». C'est en substance ce qu'a déclaré le président du cabinet, le Français Roger Coufin dans sa plaidoirie pour une mise à niveau stratégique du secteur agrumicole au Maroc, en s'attachant à dégager les tendances lourdes d'un marché mondial pesant 100 millions de tonnes au volet de la production, dont 60% destinées à la consommation nationale et 10 millions de tonnes seulement échangées sur les marchés extérieurs. En outre, les exigences des consommateurs sont plus dures à satisfaire en termes de traçabilité et d'informations ; surtout sur le créneau des jus qui s'accapare 30 millions de tonnes de la production totale d'agrumes. «Le Maroc est marqué par une faible tendance sans perspectives d'évolution en l'état actuel des choses. Tout reste encore à faire», expliqua l'orateur dans la première des conférences inaugurales du 3ème Salon International de l'agriculture au Maroc (SIAM) qui a baissé les rideaux lundi dernier dans la capitale ismaélienne.
Les professionnels ont été mis en garde pour se discipliner; dans un exercice de lucidité, à ne pas déroger au principe de réalité en accordant la priorité à accorder à ce qui dépend de leur ressort. «Le courage stratégique ne se mesure pas en quantité de travail abattu, mais à votre capacité à agir sur ce qui vous appartient sans vous préoccuper du reste», a insisté Coufin à l'adresse des professionnels agrumicoles. Avant de recommander la voie à suivre pour en faire une filière… «juteuse» apte à regrouper toutes les professions de la production, l'export ; la consommation en frais et la transformation, mises en mesure de gagner les paris des rendements, des techniques culturales et de l'optimisation des ressources en eau. «Le seul modèle de réussite est celui de la conquête des marchés d'exportation à l'aide de la constitution de groupes et de groupements leaders dans leur activité», a-t-il notamment préconisé. Ce challenge est possible en encourageant la R&D agronomique dont l'exemple est indiqué par le succès de la journée Portes ouvertes en janvier dernier au Centre régional de l'INRA de Kénitra faisant le point des recherches intéressant l'amélioration variétale des agrumes et des porte-greffes résistants aux maladies végétales et présentant de très bonnes garanties de production et d'excellentes performances de qualité des produits expérimentés. Le détour en valait la chandelle puisque les professionnels agrumicoles, nombreux à répondre présents à cette rencontre, ont témoigné volontiers de leur propension à coopérer et à faciliter les recherches en mettant leurs fermes à la disposition des chercheurs intéressés par des essais sur le comportement d'agrumes. Enfin, rappelons que c'est durant cette campagne actuelle que l'ASPAM s'apprête à célébrer le cinquantenaire de la création de l'association, fondée en 1958, sous le slogan «50 années au service de l'agrumiculture au Maroc».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.