Fête de la Jeunesse: Grâce royale au profit de 443 personnes    Fête du Trône: Bank Al-Maghrib émet un billet commémoratif de 20 dirhams    Météo: Le temps qu'il fera mercredi    Brexit : BoJo fait le forcing à Berlin et Paris    Une épopée glorieuse de l'histoire du Maroc    Les FAR accueillent les premiers appelés au service militaire    Les jeunes sont l'avenir du Maroc    L'irrésistible ascension de la rémunération des PDG américains    L'intégration, levier de développement de la filière céréalière    Hausse du nombre des nuitées touristiques à Marrakech au premier semestre    BAM : le contrôle sur les transferts de l'étranger vers le Maroc renforcé    Le Maroc et le Fonds vert pour le climat souhaitent renforcer leur coopération    Habib El Malki salue la position de Freetown    Le discours royal à l'occasion du 66ème anniversaire de la révolution du Roi et du Peuple    Au Soudan, la transition vers un pouvoir civil prend du retard    Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire après l'essai d'un missile américain    Après six mois, contestation et pouvoir dans l'impasse en Algérie    Fête de la jeunesse : Grâce royale au profit de 443 personnes    La Grèce n'a pas reçu de demande d'ancrage du pétrolier iranien    Algérie: Après six mois, contestation et pouvoir dans l'impasse    En Afghanistan, le rugby veut sortir de la mêlée    Insolite : Fan dépité    C'est parti pour les 12èmes Jeux africains    Ouverture à Rabat de la 12ème édition des jeux africains    Le Roi adresse mardi un discours à la Nation à l'occasion du 66e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple    Chaque année, 3 millions de seniors subissent un AVC silencieux après une opération    Divers    Grande Canarie : La progression de l'incendie ralentit, selon les autorités    Voilà à quoi ressemble la dépression    Insécurité routière : 30 décès en l'espace d'une semaine !    France : une rentrée marquée par le coût élevé de la vie universitaire    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Saïdia transcende les frontières du cinéma    "Late night" : Emma Thomson étincelante dans une comédie féministe    Le tube "Old Town Road" détrôné du sommet des ventes américaines    « Voix de Femmes », une 11ème édition 100% marocaine    Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    Faibles volumes    46 joueurs présélectionnés pour 2 matchs amicaux    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contrat-programme de la Filière agrumicole : Cap 2020
Publié dans La Gazette du Maroc le 02 - 05 - 2008

Répondre aux exigences de la consommation nationale interne et se repositionner sur les marchés extérieurs en reconquérant les positions perdues, tels sont les deux nouveaux défis engageant les professionnels de la filière agrumicole liée avec l'Etat par un contrat-programme rendant impérative la mise à niveau nécessaire de l'activité de production fruitière.
La mise à niveau a pour objectif de redynamiser le secteur, grâce à un plan d'actions visant le renouvellement et l'extension des plantations dans les régions favorables sur la base des variétés les plus adaptées aux exigences des marchés extérieurs, mais également de l'évolution des besoins de la consommation nationale et de la transformation», explique d'emblée le président de l'ASPAM (Association des producteurs d'agrumes au Maroc), signataire avec le gouvernement, en marge des premières assises de l'agriculture, la semaine dernière à Meknès, du contrat-programme agrumicole fixant les objectifs stratégiques dans la décennie à venir. Ainsi est dévoilé le cap 2020 caressant l'ambition d'atteindre une capacité de production de près de 3 millions de tonnes, le double de l'actuelle et dont 1,3 million de tonnes destinées à l'exportation. Hassan Lyoussi met en garde contre les menaces de non compétitivité qui font rétrograder le pays au classement des exportateurs les plus performants dans le bassin méditerranéen. «Sans une amélioration quantitative et qualitative très conséquente de la production agrumicole nationale, et compte tenu de l'augmentation de la consommation locale, et vu que les marchés importateurs deviennent de plus en plus exigeants, le Maroc risque fort, si rien n'est fait, de disparaître de la liste des pays exportateurs d'agrumes et on pourrait peut-être même commencer, dans quelques années ; à en importer comme c'est le cas actuellement de certaines productions agricoles».
En vertu des nouvelles dispositions contractuelles, les professions de la filière agrumicole s'engagent à intensifier leurs plantations d'agrumes, en vue de couvrir une surface de 105 000 hectares dans les deux lustres qui arrivent, sur près de la moitié desquels seront mis en œuvre de nouvelles techniques d'irrigation peu consommatrices en eau, sous la condition de garantir un encadrement et une formation appropriée aux petits et moyens producteurs. L'Etat soutient ces projets à hauteur de 3 milliards de DH sur un effort global d'investissements agrumicoles estimés à 9 milliards de DH. C'est la clé de la relance d'un secteur en voie d'essoufflement qui, après avoir été longtemps aux secondes loges exportatrices derrière l'imbattable Espagne, s'est fait depuis damer le pion par la Turquie et l'Egypte.
Tout reste à faire
Le cabinet Adrien Stratégie, appelé en renfort, a préconisé des «ruptures stratégiques» pour engager une vision 2020 ciblant la constitution d'une «autorité stratégique dominante», dont aucune profession de la filière ne peut s'en réclamer actuellement, fondée sur une politique de «vergers leaders». C'est en substance ce qu'a déclaré le président du cabinet, le Français Roger Coufin dans sa plaidoirie pour une mise à niveau stratégique du secteur agrumicole au Maroc, en s'attachant à dégager les tendances lourdes d'un marché mondial pesant 100 millions de tonnes au volet de la production, dont 60% destinées à la consommation nationale et 10 millions de tonnes seulement échangées sur les marchés extérieurs. En outre, les exigences des consommateurs sont plus dures à satisfaire en termes de traçabilité et d'informations ; surtout sur le créneau des jus qui s'accapare 30 millions de tonnes de la production totale d'agrumes. «Le Maroc est marqué par une faible tendance sans perspectives d'évolution en l'état actuel des choses. Tout reste encore à faire», expliqua l'orateur dans la première des conférences inaugurales du 3ème Salon International de l'agriculture au Maroc (SIAM) qui a baissé les rideaux lundi dernier dans la capitale ismaélienne.
Les professionnels ont été mis en garde pour se discipliner; dans un exercice de lucidité, à ne pas déroger au principe de réalité en accordant la priorité à accorder à ce qui dépend de leur ressort. «Le courage stratégique ne se mesure pas en quantité de travail abattu, mais à votre capacité à agir sur ce qui vous appartient sans vous préoccuper du reste», a insisté Coufin à l'adresse des professionnels agrumicoles. Avant de recommander la voie à suivre pour en faire une filière… «juteuse» apte à regrouper toutes les professions de la production, l'export ; la consommation en frais et la transformation, mises en mesure de gagner les paris des rendements, des techniques culturales et de l'optimisation des ressources en eau. «Le seul modèle de réussite est celui de la conquête des marchés d'exportation à l'aide de la constitution de groupes et de groupements leaders dans leur activité», a-t-il notamment préconisé. Ce challenge est possible en encourageant la R&D agronomique dont l'exemple est indiqué par le succès de la journée Portes ouvertes en janvier dernier au Centre régional de l'INRA de Kénitra faisant le point des recherches intéressant l'amélioration variétale des agrumes et des porte-greffes résistants aux maladies végétales et présentant de très bonnes garanties de production et d'excellentes performances de qualité des produits expérimentés. Le détour en valait la chandelle puisque les professionnels agrumicoles, nombreux à répondre présents à cette rencontre, ont témoigné volontiers de leur propension à coopérer et à faciliter les recherches en mettant leurs fermes à la disposition des chercheurs intéressés par des essais sur le comportement d'agrumes. Enfin, rappelons que c'est durant cette campagne actuelle que l'ASPAM s'apprête à célébrer le cinquantenaire de la création de l'association, fondée en 1958, sous le slogan «50 années au service de l'agrumiculture au Maroc».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.