Coupe du Trône : Les demi-finales reportées à dimanche    MRE: Les transferts dépassent 44 MMDH à fin juin (Office des changes)    Maroc: L'ADD et le CDD signent une convention de partenariat dans le domaine du digital    L'identité et la photo du djihadiste marocain arrêté en Grèce divulguées    Secousses telluriques entre 3,8 et 4,7 degrés dans la province de Driouch    L'inégalité vaccinale risque de compromettre la reprise économique mondiale (OMC)    Fête du Trône: le Roi Mohammed VI adressera ce samedi un discours à la Nation    Dr. Hamdi: la vaccination, clé de voûte pour endiguer la pandémie sans confinements répétés    Covid-19 : l'armée appelée en renfort dans la campagne de vaccination    FEC – AFD : Plus de 200 millions d'euros en appui à la convergence et à la résilience des territoires    Maroc Telecom: l'activité internationale sur un trend haussier    Automobile: Renault repasse dans le vert au 1er semestre 2021    Concours national du tourisme interne : La SMIT dévoile le palmarès    Un plan de mobilité géographique et des nominations inédites au sein de l'ADII    L'Opinion : Derrière l'affaire Pegasus, un stratagème flagrant, soutient Najib Mikou    Elections : L'USFP brigue les trois premières places    Lutte contre le crime transfrontalier : Le Maroc allié important de l'Union européenne    Egypte : 24 membres issus des Frères musulmans condamnés à mort    Tunisie : première nomination majeure par le président Saied    Fête du Trône : 1243 personnes graciées    Fête du Trône : 22 années de transformations et ça continue...    JO/Athlétisme: la Marocaine Arafi Rababe qualifiée pour les demi-finales du 800m    La Juve en isolement à cause du Coronavirus    Ligue des Champions (Dames) : L'AS FAR proche de la phase finale    Pegasus n'est pas une affaire marocaine, malgré les déchaînements    Chronologie : comment l'affaire Brahim Ghali est devenue un lent poison pour le gouvernement de Pedro Sánchez    Casablanca: Interpellation d'un individu pour son implication présumée dans deux homicides volontaires    L'agence urbaine de Tanger change de main    "Ch'hiwa Maâ Choumicha": Mini muffins aux carottes et à la noix de coco    Propagation éclair du virus : 1 test sur 5 positif    Production de vaccin, le Maroc immunise le Royaume et l'Afrique    AMAP : Des centaines de faces d'affichages gratuites pour sensibiliser à la Covid    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 30 juillet 2021    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.243 personnes    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Les Marocains Assmaa Niang (judo) et Abderrahim Moum (haltérophilie) éliminés d'entrée    Arrestation en Grèce d'un Marocain affilié à Daech    Sport national: Des performances en dents de scie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Position américaine sur le Sahara: le gros mensonge de l'APS !    JO-2020: vingt athlètes recalés après avoir échoué aux standards des contrôles antidopage (AIU)    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    CAN-2021 : le tirage au sort reporté au 17 août à Yaoundé    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    Maroc : découvertes de vestiges archéologiques majeurs à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Tangi / les mémoires d'une ville : Fou de Casa
Publié dans La Gazette du Maroc le 10 - 04 - 2009

Collectionneur boulimique, Mohamed Tangi a une curiosité obsessive pour ce qui concerne Casablanca et chine depuis vingt ans pour dénicher tout ce qui se réfère à cette ville.
Ni historien ni littéraire (il a fait des études de comptabilité), rien ne prédisposait Mohamed Tangi à devenir le collectionneur de la mémoire de Casablanca, bien que ses ancêtres avaient leur douar sur les collines d'Anfa. Tout commença en fait le jour où, déçu par une conférence sur Casablanca, il décida de faire ses propres recherches pour en savoir plus et se mit à entasser des livres sur le sujet. Mais trouvant les images plus «parlantes»à son goût, il en vint à amasser les photos, les affiches, les cartes postales, les timbres postes et toutes sortes d'illustrations se référant à la ville Blanche... Et ensuite, il s'intéressa aussi aux films, à la musique, aux objets et appareils ayant un rapport plus ou moins proche avec Casa, au point d'envahir son appartement-bureau de petites et grandes «trouvailles» qui n'en finissent plus de s'accumuler. Car la soif de M. Tangi de posséder tout ce qui se rapporte à Casablanca, est insatiable. Il n'a de cesse de chercher que lorsqu'il trouve la pièce rare (ou qui lui manque) et il en est arrivé comme il le dit lui-même «à tirer sur tout ce qui bouge» concernant cette ville. Il ne réfléchit plus, il est preneur. «Des choses insignifiantes peuvent venir compléter le puzzle d'un ensemble. Rien n'est négligeable». Et si parfois ce sont les moyens économiques qui le freinent, il avoue tout de même «j'aurai pu acheter un immeuble avec ce que j'ai dépensé pour cette collection depuis près de vingt ans». Mais pour lui, ce n'est pas le prix qui détermine la valeur d'une pièce, car toutes ont une valeur sentimentale, et sont des coups de coeur qui font partie de son histoire d'amour avec Casablanca.
Un but à cette boulimie compulsive? «Partager ma passion en participant par exemple à des expositions par thème sur la ville ou en répondant à des demandes de plus en plus nombreuses pour l'utilisation de matériel ancien». Et puis, il y a ce projet d'aménager une espèce de musée permanent ouvert au public. «Cela décongestionnerait mon bureau et me permettrait de faire un peu de rangement» dit-il, modeste, mais son souhait c'est de montrer à tous ce qu'a representé Casablanca dans l'imaginaire collectif et son prestige à certaines époques dans le monde entier. Une ville, un nom, avec une âme, une magie, qu'il s'agit de sauvegarder et d'entretenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.