Le Maroc, un partenaire stratégique « fiable et influent » au Proche-Orient et en Afrique    Le Maroc réitère son adhésion à la « politique d'une seule Chine »    Emancipation des femmes et pesanteurs sociales    L'ambassadeur de Chine au Maroc : La Visite de Nancy Pelosi à Taïwan, « un évènement grave qui viole le principe d'une seule Chine »    Officiel : Vahid Halilhodzic demis de ses fonctions    Colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du 12 août    Saad Lamjarred profite pleinement de ses vacances au Liban (VIDEO)    Paulino Ros : «Les Marocains en Espagne ont changé la société et l'économie en mieux» [Interview]    Perspectives économiques mondiales et inflation : Le Maroc reste malgré tout optimiste    Une rencontre de communication au profit des MRE à Khénifra    Ukraine: 168è jour de guerre, inquiétudes sur la centrale nucléaire de Zaporijjia    Royaume-Uni: arrestation d'un des « Beatles » présumés de l'Etat islamique    Coopération militaire: l'axe Bamako-Moscou se renforce    Etude : Quand le changement climatique aggrave les maladies infectieuses !    Syrie : Offensive de l'armée sur la ville de Tafas    La Colombie rétablit ses relations diplomatiques avec la RASD    5èmes Jeux / Solidarité Islamique / Turquie /Handball : Elimination de l'équipe nationale    Sport et éducation: La FRMSPH et l'ONEE pour un sport inclusif de l'environnement durable    Supercoupe UEFA : Le Real bat l'Eintracht et s'adjuge le Trophée    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Panama : L'art culinaire marocain en vedette    Autoroutes: ADM rappelle l'interdiction de rouler ou de s'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence    Déradicalisation : Comment le Royaume gère ses détenus extrémistes ?    Casablanca : Une infirmière arrêtée pour corruption et remise de faux certificats médicaux    Chichaoua : Un homme découvert mort... Une enquête est ouverte    Mariage des mineures : il est temps d'abroger l'article 20 de la Moudawana    Marhaba 2022: l'opération se poursuit dans de bonnes conditions    Autoroutes: ADM rappelle l'interdiction de rouler ou de s'arrêter sur la Bande d'Arrêt d'Urgence sauf en cas d'extrême urgence    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    Journées portes ouvertes à la SNRT : Des associations MRE témoignent de la promotion de la culture amazighe    Oussama Almouhandiz, un maquilleur cinémato-graphique à la quête de renommée mondiale    Ifrane : 22 sorbas au festival régional de Tbourida de la zaouïa de Sidi Brahim    Gucci Beauty fait sensation avec sa gamme de make-up pour peau foncée    2023 sous le signe du social    Banques: les créances en souffrance de près de 85 milliards de dirhams en 2021    Jeux de la solidarité islamique : 4 médailles de bronze pour le Maroc dans le sport-boules    L'apport des MRE au développement local mis en exergue à Kénitra    Football : La CAF annonce une Super Ligue africaine dès août 2023    Medradio à ses auditeurs : Grand Merci !    BCIJ: Interpellation à Tétouan d'un partisan de "Daech" très actif sur les réseaux virtuels    Washington révèle un plan iranien pour assassiner un ex-haut responsable américain    Les consulats français continuent « d'humilier » les Marocains en refusant à les demandes de visas    Football : La FRMF et Halilhodžić discutent du départ du sélectionneur du Maroc    Dakhla met en avant la contribution des MRE au développement local    Fès se met au rythme de la Journée nationale de la communauté marocaine de l'étranger    Hammouchi reçoit le patron de la police espagnole    Oscars 2023: lancement d'un appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    PLF-2023 : La langue amazighe, une priorité gouvernementale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Tangi / les mémoires d'une ville : Fou de Casa
Publié dans La Gazette du Maroc le 10 - 04 - 2009

Collectionneur boulimique, Mohamed Tangi a une curiosité obsessive pour ce qui concerne Casablanca et chine depuis vingt ans pour dénicher tout ce qui se réfère à cette ville.
Ni historien ni littéraire (il a fait des études de comptabilité), rien ne prédisposait Mohamed Tangi à devenir le collectionneur de la mémoire de Casablanca, bien que ses ancêtres avaient leur douar sur les collines d'Anfa. Tout commença en fait le jour où, déçu par une conférence sur Casablanca, il décida de faire ses propres recherches pour en savoir plus et se mit à entasser des livres sur le sujet. Mais trouvant les images plus «parlantes»à son goût, il en vint à amasser les photos, les affiches, les cartes postales, les timbres postes et toutes sortes d'illustrations se référant à la ville Blanche... Et ensuite, il s'intéressa aussi aux films, à la musique, aux objets et appareils ayant un rapport plus ou moins proche avec Casa, au point d'envahir son appartement-bureau de petites et grandes «trouvailles» qui n'en finissent plus de s'accumuler. Car la soif de M. Tangi de posséder tout ce qui se rapporte à Casablanca, est insatiable. Il n'a de cesse de chercher que lorsqu'il trouve la pièce rare (ou qui lui manque) et il en est arrivé comme il le dit lui-même «à tirer sur tout ce qui bouge» concernant cette ville. Il ne réfléchit plus, il est preneur. «Des choses insignifiantes peuvent venir compléter le puzzle d'un ensemble. Rien n'est négligeable». Et si parfois ce sont les moyens économiques qui le freinent, il avoue tout de même «j'aurai pu acheter un immeuble avec ce que j'ai dépensé pour cette collection depuis près de vingt ans». Mais pour lui, ce n'est pas le prix qui détermine la valeur d'une pièce, car toutes ont une valeur sentimentale, et sont des coups de coeur qui font partie de son histoire d'amour avec Casablanca.
Un but à cette boulimie compulsive? «Partager ma passion en participant par exemple à des expositions par thème sur la ville ou en répondant à des demandes de plus en plus nombreuses pour l'utilisation de matériel ancien». Et puis, il y a ce projet d'aménager une espèce de musée permanent ouvert au public. «Cela décongestionnerait mon bureau et me permettrait de faire un peu de rangement» dit-il, modeste, mais son souhait c'est de montrer à tous ce qu'a representé Casablanca dans l'imaginaire collectif et son prestige à certaines époques dans le monde entier. Une ville, un nom, avec une âme, une magie, qu'il s'agit de sauvegarder et d'entretenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.