Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En ouvrant les yeux

Robert Assaraf, fondateur du Centre de recherche sur les Juifs du Maroc.
La consolidation de l'unité de la communauté nationale rend tout maintien de la déviation de groupes communautaires inutile, sinon dangereux.
Les terribles événements du vendredi soir, 16 mai 2003, suivis d'une réaction populaire sans égale, dans le monde, “ne touche pas à mon pays”, doit nous donner à réfléchir et à tirer les leçons pour l'avenir. Il est incontestable que les misérables parmi les extrémistes religieux, manipulés de l'étranger, ont perverti des jeunes Marocains, dans la détresse matérielle et morale. Il était facile, dans un monde en crise dans ses convictions et dans ses croyances, de convertir au suicide et au meurtre – c'est-à-dire au mépris de la vie humaine, la sienne et celle des autres – des jeunes perdus dans le fanatisme. En réalité, dans la haine contre tous les hommes d'une religion différente ou d'origine étrangère : en un mot, les Juifs marocains et les Chrétiens étrangers, sont tous deux, des ennemis dans une pratique religieuse détournée.
Tout cela pour expliquer que l'avenir doit être maîtrisé, grâce à l'éveil courageux, fier et réaliste du peuple marocain : jeunes ou plus vieux, femmes et hommes. Pour changer les choses, il faut combattre l'erreur. Les Juifs sont des citoyens marocains à part entière, dans les droits et dans les devoirs. Certes pour la plupart, ils ont des relations avec Israël ; ils sont proches d'Israéliens par leurs familles ou des amis. Mais ils n'en sont pas moins des citoyens attachés, avant tout, à leur pays et à son peuple. Ils respectent la religion islamique de leur pays, dans une convivialité historique avec des amis ou des voisins musulmans. Ils souhaitent, pour la très grande majorité, une solution équitable au problème des Palestiniens, en rejetant les excès de certains extrémistes israéliens, par la création de l'Etat de Palestine, viable et indépendant.
Aujourd'hui, il faut aller plus loin encore. Les Juifs peuvent se faire accepter dans leurs différences, mais ils doivent pour cela, respecter les préoccupations de la société nationale. S'ils veulent être réintégrés dans cette société civile, ils doivent s'intégrer aux exigences de la communauté nationale, en leur qualité de citoyens dans tous les droits et dans toutes les obligations. La notion de “Communauté” minoritaire est archaïque et dépassée. Car il suffit d'une communauté nationale pour regrouper tous les citoyens, tout en préservant la communauté religieuse ou les communautés linguistiques ou culturelles.
Une différence, même fondamentale, est à établir dans ses réalités, dans ses besoins et dans ses limites. Certes les Juifs pouvaient se sentir “à part” réduits à leur activité économique ou commerciale, rejetés du monde politique ou de la communication populaire. Dans leurs craintes, développées de jour en jour, ils se sont enfermés dans leur “communauté” avec des présidents de comité ou des chefs de la communauté juive (créant une sorte de “mellah national” sur le plan politique et civil…). Sauf pour quelques-uns très rares.
Nécessité du retour à nos réalités historiques
Aujourd'hui les Juifs – tous – doivent prendre leurs responsabilités, ils doivent “ouvrir les yeux”, car une communauté pour rassembler, voire enfermer, les Juifs du Maroc, n'existe plus depuis longtemps. Depuis l'indépendance créée par Sa Majesté Mohammed V, depuis le Maroc moderne construit par Sa Majesté Hassan II et avec un Roi du XXIe siècle,
Sa Majesté Mohammed VI.
En conséquence, les Juifs sont des Marocains à part entière, des citoyens, membres de la société constitutionnelle, civile et nationale. Ils sont les sujets de Sa Majesté Mohammed VI, Amir Al Mouminine, Souverain du Royaume du Maroc. Toutes ces précisions sont nécessaires pour rejeter, ce que l'on appelle – dit-on parmi les Juifs du Maroc – des inquiétudes, des préoccupations, ou simplement ce qui est plus grave, des incompréhensions. Une fois encore, les Juifs doivent s'éveiller aussi, pour comprendre et intégrer la nouvelle société nationale, en qualité, chacun, de citoyen indépendant et libéré.
La situation du Maroc est différente depuis le drame du vendredi soir. Le peuple marocain a montré, immédiatement, sa lucidité, son courage et sa fidélité – une tradition séculaire de la Nation. Toutes les couches de la société civile doivent accepter ce retour à nos réalités historiques. Cela coûtera, peut-être, à certains dans leurs intérêts personnels, mais cela constitue notre patrimoine commun, dont la préservation et la consolidation méritent des efforts ou des sacrifices personnels d'avantages acquis le long des années. Les détenteurs de fonctions ou de responsabilités de fait doivent s'asseoir, réfléchir et tirer des conséquences pratiques, individuelles ou communes. Il s'agit d'une “feuille de route” à tracer face à des problèmes de base qui sont levés et à des objectifs clairement définis. D'autant que la sensibilité et la générosité traditionnelle de Sa Majesté le Roi, de la Famille Royale et de l'ensemble du peuple marocain sont là pour aider l'application de tous nos espoirs dans l'unité de la communauté nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.