Météo : le temps prévu au Maroc vendredi 14 août 2020    Violation de l'état d'urgence: Tout savoir sur le paiement des amendes    Salafin: Visa pour l'augmentation du capital social    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Israël-Emirats. Le grand coup de Donald Trump    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 13 août 18H    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Le scénario catastrophe frappe à nos portes    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Dr. Tayeb Hamdi : La situation actuelle est préoccupante au regard de la hausse des indicateurs    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    Casablanca: vigilance maximale à la mosquée Hassan II    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Le Maroc a rude épreuve!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Béni Mellal : les autorités durcissent les mesures de contrôle    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réactions : Assaraf : «L'histoire du Maroc est un tout»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 03 - 2005

En réaction de l'article intitulé «L'histoire des juifs revisitée par Assaraf», paru dans le n°844 d'ALM du 25 février 2005, l'auteur du livre «Une certaine histoire des Juifs du Maroc», nous a adressé le texte suivant.
Je ne puis que me féliciter du long article brillant consacré dans vos colonnes par un grand analyste Aziz Daki à mon livre «Une certaine histoire des juifs du Maroc» (Jean-Claude Gawsewitch éditeur, 823 pages). Ce long exposé historique démontre, si besoin en était, l'extrême attention portée par la société marocaine à toutes les composantes de son patrimoine historique et culturel, en particulier celui de la communauté juive.
Mon collègue Aziz Daki me permettra toutefois de réagir, en toute considération, à quelques-unes de ses affirmations et, notamment, au grief qu'il me fait de nourrir par ce livre «une vision révisionniste» de l'histoire. Il y a une certaine exagération dans ce terme d'autant qu'il désigne en Europe l'école historique qui met en cause la réalité du génocide nazi.
La polémique est souhaitable pour autant qu'elle ne soit pas inutilement inconsidérée.
Aziz Daki me reproche en fait d'avoir consacré trop de pages à certains épisodes tragiques de l'histoire judéo-marocaine (violences, pillages, terrorisme, massacres contre des Dhimmis). Ce serait, selon lui, aller à l'encontre du «témoignage de nombreux Marocains de confession juive et non des moindres, à commencer par Haïm Zafrani, Edmond Amran El Maleh et Simon Lévy qui ont toujours défendu l'idée de convergence et de dialogue qui s'est élaborée depuis deux mille ans entre les juifs et les autres communautés au Maroc». C'est une affirmation que je ne puis laisser passer sans explication. D'une part, étant un des principaux fondateurs «d'Identité et Dialogue», je crois avoir largement contribué à souligner les aspects les plus éclatants et les plus déterminants de la symbiose judéo-marocaine. D'autre part, peut-on dire que les témoins convoqués de la sorte partagent ce point de vue ?
Aujourd'hui décédé, Haïm Zafrani était un spécialiste des traditions philosophiques, religieuses et culturelles du judaïsme marocain et ne s'aventurait pas dans le domaine de l'histoire stricto sensu. C'est donc commettre une erreur que de le mêler à la recherche et aux conclusions historiques. Quand à Edmond Amran El Maleh et à Simon Lévy, leur vision du passé découlerait très largement de leur engagement politique, respectable, mais très idéologiquement connoté, ce qui les amenait parfois à prendre de sérieuses libertés avec la réalité historique, en ce domaine comme dans d'autres… C'est leur droit, mais en dehors d'une histoire scientifique…
Pour ma part, j'ai suivi les leçons du grand historien et médiéviste Marc Blosh qui disait de l'histoire française qu'elle était un tout et qu'il fallait assumer aussi bien le sacre de Reims que 1789. S'agissant de l'histoire du Maroc et des juifs marocains, il faut en assumer toutes les pages, les plus lumineuses comme les plus sombres. L'histoire ne se partage pas, elle se vit et se transmet, dans sa complexité et sa variété. Ce n'est point céder au «révisionnisme» que de se livrer à ce travail de mémoire qui, seul, peut préserver tant l'identité que le dialogue».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.