L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réactions : Assaraf : «L'histoire du Maroc est un tout»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 03 - 2005

En réaction de l'article intitulé «L'histoire des juifs revisitée par Assaraf», paru dans le n°844 d'ALM du 25 février 2005, l'auteur du livre «Une certaine histoire des Juifs du Maroc», nous a adressé le texte suivant.
Je ne puis que me féliciter du long article brillant consacré dans vos colonnes par un grand analyste Aziz Daki à mon livre «Une certaine histoire des juifs du Maroc» (Jean-Claude Gawsewitch éditeur, 823 pages). Ce long exposé historique démontre, si besoin en était, l'extrême attention portée par la société marocaine à toutes les composantes de son patrimoine historique et culturel, en particulier celui de la communauté juive.
Mon collègue Aziz Daki me permettra toutefois de réagir, en toute considération, à quelques-unes de ses affirmations et, notamment, au grief qu'il me fait de nourrir par ce livre «une vision révisionniste» de l'histoire. Il y a une certaine exagération dans ce terme d'autant qu'il désigne en Europe l'école historique qui met en cause la réalité du génocide nazi.
La polémique est souhaitable pour autant qu'elle ne soit pas inutilement inconsidérée.
Aziz Daki me reproche en fait d'avoir consacré trop de pages à certains épisodes tragiques de l'histoire judéo-marocaine (violences, pillages, terrorisme, massacres contre des Dhimmis). Ce serait, selon lui, aller à l'encontre du «témoignage de nombreux Marocains de confession juive et non des moindres, à commencer par Haïm Zafrani, Edmond Amran El Maleh et Simon Lévy qui ont toujours défendu l'idée de convergence et de dialogue qui s'est élaborée depuis deux mille ans entre les juifs et les autres communautés au Maroc». C'est une affirmation que je ne puis laisser passer sans explication. D'une part, étant un des principaux fondateurs «d'Identité et Dialogue», je crois avoir largement contribué à souligner les aspects les plus éclatants et les plus déterminants de la symbiose judéo-marocaine. D'autre part, peut-on dire que les témoins convoqués de la sorte partagent ce point de vue ?
Aujourd'hui décédé, Haïm Zafrani était un spécialiste des traditions philosophiques, religieuses et culturelles du judaïsme marocain et ne s'aventurait pas dans le domaine de l'histoire stricto sensu. C'est donc commettre une erreur que de le mêler à la recherche et aux conclusions historiques. Quand à Edmond Amran El Maleh et à Simon Lévy, leur vision du passé découlerait très largement de leur engagement politique, respectable, mais très idéologiquement connoté, ce qui les amenait parfois à prendre de sérieuses libertés avec la réalité historique, en ce domaine comme dans d'autres… C'est leur droit, mais en dehors d'une histoire scientifique…
Pour ma part, j'ai suivi les leçons du grand historien et médiéviste Marc Blosh qui disait de l'histoire française qu'elle était un tout et qu'il fallait assumer aussi bien le sacre de Reims que 1789. S'agissant de l'histoire du Maroc et des juifs marocains, il faut en assumer toutes les pages, les plus lumineuses comme les plus sombres. L'histoire ne se partage pas, elle se vit et se transmet, dans sa complexité et sa variété. Ce n'est point céder au «révisionnisme» que de se livrer à ce travail de mémoire qui, seul, peut préserver tant l'identité que le dialogue».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.