Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'INFO
Publié dans L'Economiste le 04 - 12 - 2017

La chute des prix du pétroles depuis deux ans a été très brutale. En moins de huit mois, le baril de Brent* est tombé d'une moyenne semestrielle de 145 dollars à moins de 33 dollars. Depuis quelques mois, les Etats-Unis, la Chine, l'Allemagne et la Grande Bretagne sont à nouveau en croissance... Ce qui va jouer sur le prix du Baril... Selon l'agence The Economist Intelligence Unit, les prix du pétrole brut évolueront d'une manière significative, mais lente, dans 18 prochains mois. Le prix moyen du Brent serait de 55,98 dollars le baril en 2017 et 60 dollars en 2018, suivie de la baisse saisonnière des six premiers mois de 2019. Le WTI, qui avait durement chuté en 2015 e 2016 ( Il était descendu à moins de 34 dollars le baril, début 2016) remonte. The Economist Intelligence Unit table sur un prix moyen du WTI de 54,37 dollars, niveau qui devrait gagner encore un dollar en 2018, puis retomber légèrement au 1er semestre de 2019. Enfin, le baril de référence de l'OPEP, celui qui avait le plus reculé en 2015 et 2016, reprendra, en moyenne quelques 10 Dollars cette année. Ce qui mettrait la moyenne de ce baril un peu en dessous de 51 dollars. L'agence britannique compte que la hausse se poursuivra en 2018, mais de manière plus lente. A noter que de manière globale, la demande va augmenter plus vite que la production mondiale, laquelle demeure excédentaire... sauf pour l'année en cours! Néanmoins comme les stocks demeurent très importants, la hausse des prix restera très lente, sauf, bien sûr, s'il se produit un accident géostratégique...
*A rappeler que le Brent est un pétrole léger, extrait en relativement petite quantité dans la mer du Nord, depuis moins de 40 ans (c'est à dire après la création de l'OPEP. Mais c'est lui qui sert de référence aux cours des deux tiers des pétroles vendus dans le monde. Le WTI, une huile très légère extraite dans l'ouest du Texas, dont la cotation guide les prix américains.Elle est cotée sur le colossal marché des matières premières de New York, mais sert moins que le Brent dans les négociations. Le panier de l'OPEP n'a plus beaucoup de poids sur les marchés mondiaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.