Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Ouverture du SIAP avec la participation du Maroc    La finance participative, une piste prometteuse pour la réalisation des ODD    Le sud-africain Aspen Pharmacare au Maroc?    La Palestine réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    La taekwondiste Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO    Affaire Hamza mon bb : les sœurs Batma comparaîtront aujourd'hui devant le tribunal    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    "L'Autre Voix", un "road movie" émouvant sans argent et sans un mot    Zouhair Bahaoui au Top mondial YouTube    Le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Beni Mellal : le Club équestre de L'ERC des FAR domine le classement du Concours national de Saut d'obstacles    Atelier initié par la CNSS et l'AISS pour l'Afrique du nord : Des experts échangent sur la bonne gouvernance à Marrakech    Coronavirus : L'Italie annonce un troisième décès, 149 cas de contamination détectés    Khalid Ait Taleb à la réunion d'urgence de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    Les notaires ripostent et annoncent une grève les 27 et 28 février    Les devises étrangères contre le Dirham marocain (Cours de change)    Quand l'ambassadeur Hassan Naciri encense Fassi Fihri    Edito : Au-delà de la commande    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Alerte au COVID-19 en provenance d'Italie !    Saadeddine El Othmani : diligence et retards dans les affaires de l'Etat, selon les affinités partisanes    Notre confrère L'Opinion présente une nouvelle maquette    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Météo: averses et risque d'orages ce lundi au Maroc    Saisie de 500 kilos de Chira dans la région de Marrakech    Driss Lachguar préside une réunion consacrée aux préparatifs du 9ème Congrès national de la Chabiba    Tableaux relevés à la 33ème édition du Med Avenir    Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion    Les retrouvailles tant attendues entre les étudiants rapatriés de Chine et leurs familles    La Kechoise Marrakech    Rencontre à Azilal pour débattre des différents moyens à mobiliser    L'ouverture de consulats au Sahara marocain témoigne de l'intégrité territoriale du Royaume    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Taznakht: Une 1re pépinière de production de bulbes de safran
Publié dans L'Economiste le 07 - 11 - 2018

Le safran est cultivé au niveau de quatre communes rurales de la province de Ouarzazate: Ouisselsate, Siroua, Znaga et Khzama. Sa production varie d'un territoire à un autre selon les conditions climatiques. En 2016, la production a atteint un rendement de l'ordre de 3,21 kg/ha. Le safran est une sorte de «carte de guichet» pour plusieurs familles qui en pratiquent la culture. Certaines continuent de le vendre par petites quantités sur le marché local chaque fois qu'elles ont besoin d'argent (Ph. SB)
Plus connue par ses tapis, Taznakht représente également un vaste territoire qui cultive le safran. En plus de la commune de Taliouine, située dans la région de Souss Massa, la «fleur aux pistils d'or» est cultivée au niveau de quatre communes rurales appartenant toutes à la région de Drâa Tafilalet: Ouisselsate, Siroua, Znaga et Khzama.
L'importance de ce territoire pour la filière s'illustre par le volume de production de safran dans le grand Taznakht qui a atteint plus de 2 tonnes sur un total de production nationale annuelle estimée à 6 tonnes. Afin d'accompagner le développement de la filière dans cette région, une pépinière pour la production de bulbes de safran a démarré son activité en 2016.
Située au niveau d'Iznaguen Ouisselsate à une vingtaine de kilomètres du centre de Taznakht, la pépinère Agrisafran occupe une superficie totale de 8 ha et est équipée en irrigation localisée avec un système de pompage de l'eau par énergie solaire. Le stockage des bulbes se fait au niveau d'un hangar d'une superficie de 288 m2. Le clone local du safran, dit Crocus sativus, a été planté pour la première fois dans la pépinière en 2016 sur une superficie de 3 hectares avec l'objectif de produire le matériel de base. En 2017 a eu lieu la première production de bulbes qui a atteint 150 tonnes. La quantité prévue pour l'année 2018 est, quant à elle, estimée à 200 tonnes.
La première phase du cycle du safran commence avec la plantation des bulbes sur la période allant de la dernière quinzaine du mois d'août jusqu'à octobre. L'irrigation des bulbes permet la floraison qui dure tout au long d'octobre et novembre. A la fin de la saison de la cueillette, les bulbes sont laissés dans le sol jusqu'au mois de mai, sans irrigation. C'est la période de dormance du bulbe (Ph. SB)
«La première phase commence avec la plantation des bulbes sur la période allant de la dernière quinzaine du mois d'août jusqu'à octobre. L'irrigation des bulbes permet la floraison qui dure tout au long d'octobre et novembre. A la fin de la saison de la cueillette, les bulbes sont laissés dans le sol jusqu'au mois de mai, sans irrigation. C'est la période de dormance du bulbe», explique Lhassan Bouizgarne, propriétaire de la pépinière.
En effet, le bulbe du safran a la particularité de se multiplier comme les tubercules de pommes de terre pour donner de 8 jusqu'à 16 nouveaux bulbes pendant chaque cycle. Le bulbe du safran ressemble à un petit oignon qui, en se multipliant, prend l'apparence de l'ail avec de nombreuses bulbilles qui poussent de part et d'autre du bulbe principal. Lors de la saison de floraison, chaque bulbe donne une fleur qui, une fois cueillie, laisse place à une feuille verte dont l'apparence ressemble au gazon.
Cette particularité fait qu'une parcelle cultivée de safran continue de produire jusqu'à 5 années de suite avec un optimum de production lors de la troisième année. Après cinq ans, et dès le mois de mai, les bulbes de safran doivent être déterrés et replantés ailleurs, pour, par la suite, pratiquer l'alternance des cultures afin d'enrichir le sol naturellement.
Les bulbes d'Agrisafran sont les seuls bulbes de safran certifiés au Maroc et dont l'agrément a été obtenu en 2016. Pour garantir la qualité de la production des bulbes, ces derniers sont minutieusement contrôlé par les services de l'Onssa. Le prix des bulbes est de 30 DH le kilo et la production est destinée exclusivement au marché marocain. Quelques tests de culture du safran ont été réalisés dans d'autres régions du Drâa Tafilalet, mais le seul territoire qui semble donner des résultats encourageants à ce jour est celui de Tichka.
Pour rappel, la région Drâa Tafilalet accueille un grand territoire qui cultive le safran avec une superficie totale de 800 ha et un volume de production annuelle estimé à 2,017 tonnes. Le projet de développement de la filière de safran dans la province de Ouarzazate a démarré en 2012, sur une durée de 4 ans, sur le territoire de 4 communes: Ouisselsate, Siroua, Znaga et Khzama.
Le bulbe du safran ressemble à un petit oignon (à droite) qui, en se multipliant, prend l'apparence de l'ail avec de nombreuses bulbilles qui poussent de part et d'autre du bulbe principal (à gauche). Lors de la saison de floraison, chaque bulbe donne une fleur qui, une fois cueillie, laisse place à une feuille verte dont l'apparence ressemble au gazon (Ph. SB)
Le montant global dédié au projet était de 33,6 millions de DH et a bénéficié à 3.200 agriculteurs et agricultrices. Ce projet avait comme objectifs principaux la densification de la culture du safran sur une superficie de 320 ha, l'augmentation de la production de 2,5 kg à 6,5 kg par ha, et surtout celle du revenu issu de cette culture pour passer de 954 DH à 10.188 DH par agriculteur.
Pour ce faire, 4 puits d'eau ont été réalisés, l'irrigation localisée a été généralisée sur une superficie totale de 1.988 ha ainsi que le renouvellement de la culture de safran sur 80 ha. Les services agricoles de la province de Ouarzazate ont distribué 296 tonnes de bulbes de safran de la variété Crocus sativus.
En outre, la filière a bénéficié d'action pour la valorisation du produit comme l'achat de matériel, le soutien et l'encadrement technique. Aujourd'hui, l'Office régional de l'investissement agricole de Ouarzazate estime que les objectifs du projet ont été atteints à 100%.
Un GIE de safran pour le Grand Taznakht
Le pilier II du plan Maroc Vert pour la filière de safran dans la région de Drâa Tafilalet s'est réalisé avec la création de coopératives professionnelles puis un Groupement d'intérêt économique.
Avec seulement quatre associations au démarrage en 2012, le GIE safran du Grand Taznakht accueille aujourd'hui plus de 21 coopératives rassemblant 855 adhérents et adhérentes, dont trois coopératives féminines. Le GIE propose à ses adhérents la valorisation du produit, à travers l'amélioration des procédés de cueillette et le séchage, la formation des agriculteurs et agricultrices et surtout la commercialisation. Les pistils du safran (filets rouges) sont séchés au niveau d'un séchoir collectif pour une meilleure qualité, et l'emballage est réalisé selon les normes exigées.
De notre correspondante permanente, Sabrina BELHOUARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.