Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    Retour au bercail des étudiants    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH
Publié dans L'Economiste le 27 - 03 - 2020

La reconfiguration du soutien public en faveur du secteur agricole a fortement contribué à la hausse de la part des productions à forte valeur ajoutée. L'arboriculture (27,7% en moyenne sur la période 2008-2018), l'élevage (30,6%) et le maraîchage (16,1%). Ceci, au détriment de la filière céréalière qui a vu sa part baisser de 21,4% en 2009 à 15,6% en 2008-2018
Le gouvernement met le turbo. Face à la perspective d'une année maigre en pluies, conjuguée aux perturbations créées par la pandémie coronavirus, le ministère de l'Agriculture a réagi en temps opportun, via le groupe Crédit Agricole du Maroc.
Ce dernier vient d'annoncer le déblocage d'un financement additionnel de 1,5 milliard de DH. Un montant adossé également à des mesures de retraitement de l'endettement des agriculteurs pour leurs échéances à venir.
Pour les petits agriculteurs, il s'agit d'un traitement automatique consistant en un report de leurs échéances à court terme extensible sur le moyen et le long terme. Alors que pour les autres catégories, la situation de leur endettement sera examinée, au cas par cas, et des facilités de paiement leur seront accordées selon leur capacité de remboursement. Pour ce qui est du refinancement, trois activités sont ciblées: l'élevage, l'arboriculture et les cultures printanières.
Pour la première activité, il s'agit de soutenir le plan de sauvetage du cheptel, notamment à travers le financement des achats de l'orge subventionné et l'aliment de bétail. (Voir L'Economiste du 26 mars). A cet effet, 500 millions de DH sont dédiés au produit «Laksiba».
C'est pratiquement le tiers de l'enveloppe globale. Et pour cause, la filière représente un enjeu de taille. Avec en tête l'activité des viandes rouges qui constitue un secteur stratégique de par son poids dans le PIB agricole. (Voir infographie). Elle assure 27 milliards de DH de chiffre d'affaires et contribue à la sécurité alimentaire du pays.
Par ailleurs, on dénombre plus d'un million d'exploitations dans les pays qui pratiquent l'élevage, dont 70% ont comme activité principale la production de viande rouge. Elle procure également 1,8 million d'emplois par an.
Par ailleurs, le cheptel producteur de viandes rouges compte 39 millions de têtes (dont 2/3 d'ovins) répartis entre bovins (3,2 millions), ovins (19,2 millions), caprins (6,2 millions) et camelins 200.000 têtes.
La seconde activité ciblée par le financement du Crédit Agricole du Maroc est constituée des cultures du printemps: Filaha Rabiy. Celle-ci se voit réservée 600 millions de DH. Le montant couvre toute une panoplie de spéculations, notamment le maraîchage, maïs, tournesol, melon, pastèque et quelques légumineuses tardives.
Il s'agit de financer les frais d'installation des cultures ainsi que leur entretien.Tout particulièrement en ce qui concerne les légumineuses tardives, leur installation dans les zones peu impactées par le manque des pluies peut se révéler une issue salvatrice. Ces cultures occupent la seconde place dans les assolements après les céréales. A la condition de faire le bon choix des semences. Dans l'objectif de réduire le risque de maladie et d'assurer de bons rendements.
La transformation de la structure de la valeur ajoutée agricole (VAA) trouve son origine dans les stratégies adoptées dès les années 2000. L'orientation a été consacrée dans le plan Maroc Vert qui a renforcé le soutien aux cultures plus résilientes aux aléas climatiques. Ainsi, la volatilité de la VAA, mesurée par l'écart-type de la croissance agricole, a connu une atténuation significative, entre les deux périodes 1990-1999 et 2000-2018, de 61,8%
Pour le moment la fève reste le principal produit, avec une part qui dépasse souvent les 60% de la production totale. En termes de consommation moyenne de ces produits, les Marocains consomment 8 kg par habitant et par an.
De manière générale, la superficie dédiée aux légumineuses reste encore faible: 400.000 ha. Celle-ci est concentrée à hauteur de 90% dans les zones du Saïss, le Rif, le Gharb et la Chaouia. La production moyenne annuelle est de l'ordre de 3,2 millions de quintaux, et le rendement moyen à l'hectare ne dépasse pas les 8 quintaux.
La troisième activité ciblée par le financement de CAM est l'arboriculture fruitière. Le produit «Al Ghars» bénéficiera de 400 millions de DH. Le montant devrait servir à l'entretien des arbres (olivier, agrumes et rosacées) dans l'objectif de réduire l'impact du déficit pluviométrique et sauvegarder les futures productions. CAM accordera aux arboriculteurs des financements pour continuer à assurer l'entretien nécessaire de leurs vergers, notamment l'irrigation, l'acquisition de fertilisants, les traitements phytosanitaires…
Parallèlement, la banque verte financera les importations des céréales et d'aliments de bétail, effectuées par les entreprises clientes de l'institution. Elle facilitera également les opérations relatives aux compléments d'approvisionnement du marché local.
Compte tenu de la situation sanitaire d'urgence engendrée par la crise du coronavirus, un dispositif particulier sera mis en place pour éviter l'engorgement des agences du CAM qui demande à sa clientèle de respecter les règles de qui leur seront transmises (prise de rendez-vous par téléphone, respect des files d'attente à l'extérieur des agences…).
A.G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.