Inclusion financière : BAM et HPS développent un Proof of Concept    Bourita représente le roi à l'Africa Investment Forum 2019    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Aziz Akhannouch décoré en Côte d'Ivoire    WAC/RCA: le consulat américain alerte ses ressortissants vivant au Maroc    Météo : Un weekend qui risque de secouer…    Finale de la Copa Libertadores : Un match sur fond de crise    Wydad-Raja en huitièmes de finale retour de la Coupe arabe Mohammed VI : Le derby qui tient tout le Maroc en haleine    BMCE Bank Of Africa et une de ses filiales certifiées "Top Employer 2020"    Même pas peur: Xi Jinping réplique à Trump en pleine guerre commerciale    Le moteur d'un Boeing s'enflamme dans le ciel, frayeur à Los Angeles (Vidéo)    Positionnement du Maroc à l'international : Sécurité, développement humain, éducation : Un bilan plutôt mitigé    Quelques heures après son retour du Maroc, French Montana hospitalisé    Elalamy s'insurge contre la «mafia» des sacs en plastique    Dans quelle langue pleure votre bébé?    Lydec : Hausse de 1,8% du CA à fin septembre    Des parlementaires du Pays Basque dénoncent vigoureusement    Au-delà des célébrations, l'urgence de concrétiser les droits…    Son business model arrive à bout : L'ONCF se prépare à tourner la page    MDJS vs PSG : Une rencontre choc pour l'e-sport marocain    L'hétéroclicité fortement dominée par la technocratie    Une incommunication inquiétante    Selon les détails de l'enquête nationale du HCP : 63% des entreprises sur l'axe Casa-Tanger    Maroc : Un autre opérateur renonce à ses explorations d'hydrocarbures    Le froid de canard!    Destitution: Trump jugé pire que Nixon par les démocrates après des auditions choc    Rabat vibre aux rythmes internationaux!    18è FIFM: La 2ème édition des Ateliers de l'Atlas accompagnera 28 projets    La 9e édition d'une tradition sensationnelle!    USA : Les meilleurs écrivains de l'année primés au "National Book Awards"    La police tangéroise met la main sur un dangereux récidiviste    Hervé Renard fan de cuisine marocaine    La province de Midelt frappée pour la deuxième fois en une semaine par un séisme    Euro 2020 : Casse-tête au tirage et chocs en perspective    Le régime successoral est à revoir    Philippe Vasseur : On ne va pas changer le monde uniquement avec des décisions qui viennent d'en haut    Shinzo Abe, une longévité record sans successeur en vue    Tiznit s'achemine vers un nouveau marketing territorial    L'OCS croit pleinement en ses chances à Radès    Les billets du derby se font désirer sur internet    Deux films marocains en compétition aux Journées cinématographiques de Kairouan    Malgré la polémique, le film de Polanski attire le public    Lizzo en tête des nominations aux Grammys, la diversité triomphe    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    IRAN: L'augmentation du prix de l'essence met le feu aux poudres…    Le Maroc que nous voulons...    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Gordon Sondland, l'ambassadeur au centre des accusations contre Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme des retraites : Le processus d'examen des projets de loi enfin lancé
Publié dans Les ECO le 27 - 05 - 2016

Le gouvernement est déterminé à mettre en œuvre la réforme des retraites avant la fin de son mandat, malgré le bras de fer mené par les syndicats au sein du Parlement. L'objectif de l'Exécutif semble désormais réalisable après la présentation des textes relatifs à cet épineux dossier au sein de la Commission des finances à la Chambre des conseillers.
Après quatre mois de blocage, le gouvernement est enfin parvenu, non sans mal, à présenter les projets de loi sur la réforme des retraites au sein de la Commission des finances à la Chambre des conseillers. La réunion a été très houleuse. La tâche du ministre du Budget, Driss Azami, et de celui de la Fonction publique, Mohamed Moubdii, a été on ne peut plus difficile. La présentation des textes s'est déroulée dans une ambiance tendue marquée par les protestations des parlementaires syndicalistes. «Du jamais vu», pour reprendre l'expression aussi bien des parlementaires que des ministres.
Le processus d'examen des textes de la réforme des retraites est ainsi lancé. Le bureau de la chambre a accordé à la Commission des finances un mois pour la discussion, l'amendement et l'adoption des projets de loi en question. Passé ce délai, ces textes seront transférés à la séance plénière pour leur adoption et transfert à la Chambre des représentants. Alors que le gouvernement se dit ouvert aux amendements, les parlementaires syndicalistes affichent leur scepticisme, soulignant qu'il ne sert à rien d'amender les projets en question au sein de la Chambre des conseillers car le gouvernement réussira, grâce à la majorité numérique dont il dispose à la chambre basse, de supprimer toutes les disposions qu'il juge «indésirables».
Les syndicats vont-ils participer aux discussions de la réforme des retraites ou opter pour la politique de la chaise vide ? À l'heure où nous mettions sous presse, la décision n'avait pas encore été prise. Les parlementaires de l'UMT, de la CDT et de l'UGTM attendent le verdict des instances décisionnelles de leurs centrales. Celles-ci ont décidé de monter au créneau en organisant une grève dans la fonction publique et les collectivités territoriales le 31 mai, ainsi qu'un sit-in devant le siège du Parlement en guise de riposte à la présentation des projets de loi au Parlement, alors que le dialogue social est toujours ouvert. «Les syndicats ne bloquent pas les
projets de loi sur la
retraite au Parlement. Le gouvernement a convenu avec les syndicats de rapprocher les points de vue sur ce dossier dans le cadre du dialogue social. Sauf que cet accord n'a pas été respecté», souligne aux Inspirations ECO la parlementaire de la CDT Rajae Kessab. Mohamed Moubdii estime qu'il ne faut pas confondre le travail législatif et le dialogue social qui est en cours. Les prochains jours s'annoncent décisifs pour la réforme de la retraite que le gouvernement entend faire passer avant la fin de son mandat. Concrètement, cet objectif est réalisable au cours de cette dernière session parlementaire de l'actuelle législature.
Il suffit de franchir le cap de la chambre haute. Pour y arriver, le gouvernement est appelé à mobiliser ses troupes pour que les textes passent sans difficulté en séance plénière. Les syndicats, eux, comptent sur leurs alliés dans l'opposition, notamment le groupe du PAM et celui de l'USFP, pour rejeter la réforme. Cependant, ils sont conscients que rien n'est moins sûr. Tout porte à croire que les textes soumis au Parlement ne subiront pas de grandes modifications. Visiblement, le gouvernement ne compte céder que sur le volet des cotisations. Rappelons que lors des réunions de la commission technique du dialogue social, le gouvernement a proposé de compenser l'augmentation prévue des cotisations. Une mesure jugée insuffisante par les centrales syndicales qui appellent à une réforme globale de l'épineux dossier de la retraite. Le gouvernement continue de tirer la sonnette d'alarme, rappelant l'urgence de mettre en œuvre la réforme ajournée depuis des années. Un milliard de dirhams, rappelons-le, ont été consommés des réserves de la caisse en 2014. Ce chiffre atteindra 10 milliards de dirhams en décembre 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.