Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les métiers d'avenir de l'ingénieur expliqués à Marrakech
Publié dans Les ECO le 20 - 10 - 2011

C'est sur le thème «Quelles formations d'ingénieurs pour les métiers d'avenir ?», que l'école d'ingénierie et de l'innovation de Marrakech (E2IM), affiliée à l'Université privée de Marrakech (UPM), a récemment organisé dans la ville ocre, une conférence au profit des étudiants souhaitant s'orienter vers une carrière d'ingénierie dans les secteurs des technologies de l'information et de la communication (TIC) et de l'agro-industrie.Rehaussée par la présence de nombre de professeurs-chercheurs, de spécialistes, d'experts et d'ingénieurs, la séance inaugurale de cette conférence a été l'occasion d'informer les étudiants sur les spécificités et les conditions inhérentes à l'exercice du métier d'ingénieur. Selon le professeur Mohamed Knidiri, président académique de l'UPM, cette conférence a été conçue dans le but de fournir aux étudiants scientifiques, une idée claire ainsi que toutes les explications nécessaires sur les métiers d'avenir de l'ingénieur.
Dans l'optique d'inciter les jeunes étudiants à poursuivre des études d'ingénierie, l'UPM a prévu des bourses d'études (5 bourses complètes et une dizaine de demi-bourses), pour les étudiants les plus méritants, qui sont issus de milieux défavorisés, relevant que l'octroi de ces bourses se ferait sur la base des notes obtenues par l'étudiant et après sélection et réussite dans le concours d'accès à l'école d'ingénierie et de l'innovation de Marrakech (E2IM).
«C'est pour nous une manière de faire du social et de permettre aussi aux étudiants nécessiteux de préparer une carrière technique, de poursuivre des études particulières, dans l'optique de décrocher des diplômes de haut niveau», a expliqué Knidiri.Il a rappelé que les TIC et l'agroalimentaire sont des créneaux prometteurs sur lesquels table le Maroc actuellement. Compte tenu du déficit en ressources humaines enregistré dans ce domaine, les ingénieurs ne trouvent nullement de difficultés à décrocher un emploi.Le professeur Jean Paul Malevall, directeur de développement à l'Institut supérieur d'agriculture et de l'agroalimentaire (ISARA) à Lyon, a fait remarquer, que le but de cette rencontre était de démontrer aux étudiants marocains tout l'intérêt de faire une formation d'ingénieur, plus particulièrement dans les filières des NTI et de l'agro-industrie. Le Maroc, a-t-il poursuivi, manifeste un besoin croissant en ingénieurs spécialisés dans l'agro-industrie, en raison du développement auquel on assiste à la fois dans l'agriculture ainsi que dans les produits transformés de l'agroalimentaire.
«D'après les rencontres avec les industriels marocains de la filière agro, ceux-ci ont en premier lieu besoin d'ingénieurs qui soient capables de manager des usines, de développer des exploitations agro, de diriger des hommes, de faire respecter les normes internationales dans les entreprises marocaines et de développer des relations de partenariat et des relations commerciales avec l'Europe par exemple et avec les autres pays du monde». Le professeur Anas Abou El Kalam, enseignant-chercheur à l'Ecole nationale des sciences appliquées (ENSA) de Marrakech s'est arrêté sur les qualités requises pour qu'un ingénieur en TIC puisse réussir sa mission.Le métier d'ingénieur suppose la polyvalence et des connaissances solides, a-t-il rappelé, faisant observer que l'ingénieur fait appel à des compétences scientifiques, techniques et non techniques indispensables dans l'exercice de sa fonction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.