Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    «Dire non ne suffit plus»    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir : Le fonds Charaka à la conquête des opérateurs
Publié dans Les ECO le 19 - 06 - 2017

Après Casablanca, l'agence Millenium Challenge Account-Morocco, a fait le déplacement à Agadir pour informer les futurs bénéficiaires sur les critères d'éligibilité du fonds Charaka dédié à la formation professionnelle.
Après le lancement de l'appel à projets en mai dernier du fonds «Charaka», l'agence Millenium Challenge Account-Morocco (MCA) qui se charge de la mise en œuvre du compact II avec les Etats-Unis, multiplie ses rencontres d'information au sujet de ce levier de financement dédié à la formation professionnelle avant sa clôture en septembre prochain. Après Casablanca, les équipes de cet établissement public ont fait le déplacement, le jeudi, dans la ville d'Agadir, pour informer les futurs bénéficiaires sur les critères d'éligibilité de projets au financement de ce fonds ainsi que les modalités de préparation, de soumission est d'évaluation des propositions. Doté d'une enveloppe financière globale de 103 millions de dollars, ce fonds exige l'implication d'un opérateur public de formation professionnelle et d'un autre partenaire privé tel qu'une organisation ou association professionnelle. Le fonds prévoit aussi l'implication de partenaires d'appui tels que les ONG, les établissements privés de formation professionnelle ainsi que les régions et collectivités territoriales en plus de partenaires techniques comme les cabinets d'expertise et les établissements de formation internationale.
En termes d'activités éligibles au financement, le fonds «Charaka» appuiera, selon MCA-Morocco, des projets de création ou d'extension de centres de formation professionnelle gérés dans le cadre d'un partenariat public-privé (PPP), tel que les annexes, ainsi que des projets de réhabilitation de centres publics de formation professionnelle et leur reconversion d'un modèle de gestion classique en un modèle de gestion en PPP qui répond aux besoins et attentes du secteur privé en termes de formation des ressources humaines. Quant au montant des projets proposés, il doit se situer entre 3 et 10 millions de dollars pour les créations et de 1 à 5 millions de dollars pour les extensions et les réhabilitations ou reconversions. S'agissant des critères d'évaluation, ils portent essentiellement sur l'approche d'intégration du genre en particulier l'accès des filles à des filières valorisantes, les conditions de formation favorisant leur rétention et le suivi post formation pour favoriser leur accès au marché du travail.
À cela, s'ajoute, l'approche d'inclusion sociale pour favoriser l'accès des jeunes issus des couches sociales défavorisées à l'offre de formation proposée. Parmi les standards de qualité exigée, figure aussi le rapport coût et efficacité avec un rendement économique du projet fixé au moins à 10%. C'est les économistes du MCA-Morocco qui se chargeront du calcul de ce ratio à base des informations fournies par les bénéficiaires, notamment le taux d'insertion des jeunes, leurs salaires et bien d'autres. Pour les organisations professionnelles porteuses de projets qui n'arrivent pas à trouver un partenaire public, elles peuvent déposer seules leurs propositions. À l'issue de l'évaluation, et au cas où ces projets s'avèrent pertinents, des discussions peuvent être menées avec le ministère en charge de la Formation professionnelle sur la possibilité d'assumer le rôle de partenaire public. Par ailleurs, le calendrier des rencontres inclut aussi la ville de Tanger et Fès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.