Coronavirus : la deuxième vague sera économique    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Tanger Med co-signe un engagement pour garantir la continuité des chaines logistiques mondiales    Communiqué du Bureau politique du PPS    OCP : Malgré la crise, le groupe confirme sa résilience    Bientôt un café. Expresso SVP !    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Coronavirus : 54 nouveaux cas, 7.697 au total, vendredi 29 mai à 10h    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Covid-19 : deux nouvelles régions dépassent la barre de 1.000 contaminations    Article 1062580    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fès : Nouvel élan pour le tannage artisanal
Publié dans Les ECO le 01 - 08 - 2017

Il ne reste que trois mois avant la finalisation de la nouvelle tannerie complémentaire traditionnelle. Une première du genre au Maroc. Cette dernière va permettre aux tanneurs-artisans de la ville de Fès d'accomplir la partie la plus polluante du processus de tannage dans de meilleures conditions sanitaires, plus «modernes».
Les travaux de construction de la première tannerie complémentaire traditionnelle au Maroc vont bon train. En effet, l'avancement des travaux a atteint 80%, et il ne reste que quelques mois avant que les tanneurs profitent de ce nouvel édifice qui leur permettra d'effectuer la partie la plus polluante du processus de tannage dans de de meilleures conditions sanitaires, plus «modernes». La première tranche de cette expérience, première du genre au Maroc, a nécessité un investissement de 42 MDH. Une deuxième tranche portera sur la réalisation d'une station de prétraitement des eaux usées. Située à Aïn Nokbi, à proximité du marché des peaux brutes, la tannerie s'étend sur une superficie de 1,08 ha. Elle contribuera à la préservation du métier de tannage végétal dans son état originel, au cœur de l'ancienne médina, ainsi qu'au développement du tourisme, compte tenu de l'amélioration de l'aspect esthétique de l'activité des tanneries traditionnelles. Elle devrait également donner un nouvel élan à la filière et permettre de réduire la pollution de l'ancienne médina de Fès. «Cette nouvelle tannerie sera spécialisée dans l'exécution des travaux de rivière qui génèrent normalement une importante de pollution à la fois liquide et solide, tout en conservant le tannage naturel, végétal et biologique dans les tanneries traditionnelles de l'ancienne médina de Fès», nous explique un responsable à la Direction régionale de l'artisanat de Fès.
Co-financement
La première tranche du projet a nécessité un investissement de 42 MDH, soit 35 MDH fournis par le ministère de l'Artisanat et de l'économie sociale et solidaire et 7 MDH par le Conseil de la région de Fès-Meknès. L'acquisition du terrain a été assurée par le Conseil communal de Fès. Le maître d'ouvrage de ce projet est la wilaya de la région Fès-Meknès.
La première tranche de ce projet est dédiée à la construction de la tannerie dont le lancement des travaux a eu lieu le 19 novembre 2015. La deuxième tranche sera consacrée à la mise en place d'une station de prétraitement des eaux polluées de cette nouvelle tannerie et va nécessiter une enveloppe de 14 MDH. Il est à noter que ces dix dernières années, le ministère de tutelle a accordé une grande importance à la filière du cuir à Fès. Cette dernière bénéficie depuis 2008 d'un soutien financier de près de 141,07 MDH, dont 75,5MDH ont été consacrés à la restauration et à la réhabilitation des tanneries traditionnelles de la médina. Près de 42 MDH ont été dédiés à la construction de la tannerie complémentaire à Aïn Nokbi, 14,07MDH à la construction du marché des peaux brutes à Aïn Nokbi toujours, et 9,5MDH ont été dernièrement affectés à la création du Centre d'appui technique de tannage traditionnel de Chouara. Il faut rappeler que le Conseil communal de Fès a décidé, le 21 avril 2015, l'interdiction de l'utilisation de produits chimiques au sein des tanneries traditionnelles de la médina, à savoir Sidi Moussa, Aïn Azliten et Chouara, qui ont dernièrement bénéficié d'une opération de réhabilitation et de restauration dans le cadre du projet royal relatif à la restauration et à la réhabilitation des monuments historiques de l'ancienne médina de Fès via un montant de 75,5 MDH.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.