Maroc Telecom : Belle progression du chiffre d'affaires, au Maroc comme à l'étranger    Ouverture à Meknès des 10èmes assises de l'agriculture    98 MQx, la campagne céréalière 2018 sauvée de justesse    Lancement d'une nouvelle génération de carte nationale d'identité électronique    Le Club Afrique Développement et la SIB à l'heure des « Fintech »    Vidéo : Chaimaa interprète une chanson de Daoudia dans The Voice !    Semaine de la langue espagnole au Royaume du Maroc    Des programmes pour répertorier le patrimoine hassani    L'Istiqlal nomme un président du conseil national et rejoint l'opposition    Festival arabe du théâtre «El Feddane» à Tétouan    SM le Roi nomme de nouveaux ambassadeurs    CAN de Beach Volley U19 : le Maroc termine 4e de la compétition    Un adolescent britannique condamné pour avoir piraté le compte d'un ex-chef de la CIA    Un Marocain arrêté pour financement du terrorisme        Point de vue : Le pouvoir magique d'une photo    5 000 bénéficiaires au Raid International de Solidarité    Fusillade à Bruxelles en 2016: Abdeslam condamné à 20 ans de prison    Evénements de Jerada : Des peines avec sursis à l'encontre de sept mis en cause    Abdelhaq Al Arabi : «La hausse des salaires deviendra insignifiante en cas de sa généralisation»    SIAM : 1 400 exposants de 70 pays    Prix des médicaments : Les députés reviennent à la charge    La Task Force de la FIFA a évalué le dossier du Maroc    Remise des prix de la 45ème édition du Trophée Hassan II de golf    Prison locale Ain Borja: Taoufik Bouachrine jouit de tous ses droits légaux    Casablanca : Un officier de police placé en garde à vue    Macron aux Etats-Unis pour une visite pleine d'incertitudes    Au moins 48 morts et 112 blessés dans un attentat suicide à Kaboul    Abdellatif Hammouchi, le Marocain le plus influent en Afrique    15 milliards DH investis à Marrakech-Safi    Vidéo – Polémique: Gad El Maleh raciste ?    À 34 ans, l'artiste et animatrice télé, Wiam Dahmani, n'est plus    Les Américains, hors-jeu !    Edito : Autocritique    Administration publique : Le Maroc partage son expérience avec le Burundi    La FIFA de retour aujourd'hui au Maroc    Entrepreneuriat féminin : La BCP finance des PME ivoiriennes    Mohamed Salah élu joueur de l'année de Premier League    Triathlon :le Maroc conserve son titre grâce à Badr Siwane    Les fusillades dans les écoles américaines "en augmentation constante"    Turquie: Des élections avant l'heure...    USA: Une fillette de trois ans tire sur sa mère enceinte    «L'arsenal juridique et réglementaire de protection du patrimoine est caduc et désuet»    Le livre piraté, un tsunami qui inonde le marché!    Journées pédagogiques au profit des enseignants de français    Oujda : Un policier tente de se suicider en se tirant une balle    Santé: La grippe tue en masse en France    Destruction de plus de 6,4 t de Chira à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de loi sur le CNDH : Les députés doivent accélérer la cadence
Publié dans Les ECO le 14 - 12 - 2017

Plus de cinq mois après sa présentation au Parlement, le projet de loi portant réorganisation du Conseil national des droits de l'Homme, qui va permettre d'instaurer le mécanisme de prévention de la torture n'a pas encore été discuté par les députés de la Commission de la justice de la chambre basse.
C'est un texte important qui va permettre au royaume d'avoir une législation relative à la création d'un mécanisme de prévention de la torture. Plus que jamais, la mise en place d'une législation de lutte contre la torture s'impose d'autant plus que les responsables marocains ne nient pas l'existence de mauvais traitements dans les centres de privation de liberté (CPL). Une grande responsabilité incombe à l'institution législative pour que le projet de loi portant réorganisation du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) voit le jour très vite. L'examen de ce texte n'a pas encore été entamé au sein de la Commission de la justice, de la législation et des droits de l'homme à la Chambre des représentants, presque sept mois après son adoption par le Conseil de gouvernement. Les parlementaires ont programmé une journée d'étude à la chambre basse sur le sujet en présence des parties concernées notamment le secrétaire général du CNDH, Mohamed Sebbar, et le ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme, Mustapha Ramid.
Le renforcement des prérogatives du CNDH s'inscrit dans ce cadre à l'instar de ce qui se fait dans plusieurs pays. Ramid aurait souhaité que le mécanisme de la prévention de la torture soit entre les mains d'une institution indépendante relevant du Parlement mais le gouvernement a opté pour la formule actuelle qui «répond aussi aux standards internationaux». En vertu des dispositions de ce texte, le CNDH aura le droit de visiter tous les CPL : prisons, commissariats, gendarmeries, hôpitaux psychiatriques, centres de sauvegarde de l'enfance et d'accueil des personnes âgées etc... Grâce à la future loi, les visites du conseil ne pourront pas être refusées. Les parlementaires sont appelés à accélérer le rythme d'examen et d'adoption du texte pour que le CNDH puisse jouer le rôle de mécanisme national de prévention de la torture. Depuis l'adoption du projet par le Conseil de gouvernement en mai dernier, Ramid et le président du CNDH Driss El Yazami militent pour le voir entériné avant la fin de l'année afin que le Maroc puisse honorer ses engagements internationaux. Ce vœu semble pieux. Difficile de passer un tel projet en deux semaines. La mission d'asseoir non seulement un mécanisme de prévention de la torture mais aussi tout un dispositif transversal n'est pas aisée. Le ministre de tutelle met l'accent sur le rôle des magistrats appelés à être indépendants à l'image de la législation actuelle. L'administration, pour sa part, devra jouer un rôle déterminant dans le transfert des dossiers à la justice qui est le premier protecteur des droits de l'Homme. Tout le processus est à revoir pour garantir le respect des droits de l'Homme. Ramid souligne l'importance de doter tous les centres de police et de détention de caméras ainsi que la nécessité d'enregistrer les aveux des prévenus.
À cela s'ajoute le renforcement du rôle de la défense. À ce titre, le plan d'action national en matière de démocratie et des droits de l'homme, dont la présentation officielle était prévue hier après-midi, recommande de réviser les dispositions juridiques pour permettre aux avocats d'assister les prévenus dès leur détention mais la mise en œuvre de cette disposition ne se fera pas du jour au lendemain. Elle nécessitera au moins trois ans voire cinq ans pour former la police judiciaire et les avocats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.