El Jadida : Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise du prix du roi Mohammed VI    300 migrants envahissent l'enclave de Melilla, un mort    Béni Mellal: En état d'ébriété, un brigadier-chef provoque accident    Vidéo. L'artisanat marocain mis en valeur au salon du cheval d'El Jadida    Visite surprise de Laftit à Madrid    Ouverture d'une enquête après une tentative de viol filmée    La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Affronter les pollueurs récidivistes!    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    Sahara : De l'informel à l'officiel…    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Une sordide histoire de décapitation défraye la chronique à Mohammedia (Vidéo)    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de loi sur le CNDH : Les députés doivent accélérer la cadence
Publié dans Les ECO le 14 - 12 - 2017

Plus de cinq mois après sa présentation au Parlement, le projet de loi portant réorganisation du Conseil national des droits de l'Homme, qui va permettre d'instaurer le mécanisme de prévention de la torture n'a pas encore été discuté par les députés de la Commission de la justice de la chambre basse.
C'est un texte important qui va permettre au royaume d'avoir une législation relative à la création d'un mécanisme de prévention de la torture. Plus que jamais, la mise en place d'une législation de lutte contre la torture s'impose d'autant plus que les responsables marocains ne nient pas l'existence de mauvais traitements dans les centres de privation de liberté (CPL). Une grande responsabilité incombe à l'institution législative pour que le projet de loi portant réorganisation du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) voit le jour très vite. L'examen de ce texte n'a pas encore été entamé au sein de la Commission de la justice, de la législation et des droits de l'homme à la Chambre des représentants, presque sept mois après son adoption par le Conseil de gouvernement. Les parlementaires ont programmé une journée d'étude à la chambre basse sur le sujet en présence des parties concernées notamment le secrétaire général du CNDH, Mohamed Sebbar, et le ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme, Mustapha Ramid.
Le renforcement des prérogatives du CNDH s'inscrit dans ce cadre à l'instar de ce qui se fait dans plusieurs pays. Ramid aurait souhaité que le mécanisme de la prévention de la torture soit entre les mains d'une institution indépendante relevant du Parlement mais le gouvernement a opté pour la formule actuelle qui «répond aussi aux standards internationaux». En vertu des dispositions de ce texte, le CNDH aura le droit de visiter tous les CPL : prisons, commissariats, gendarmeries, hôpitaux psychiatriques, centres de sauvegarde de l'enfance et d'accueil des personnes âgées etc... Grâce à la future loi, les visites du conseil ne pourront pas être refusées. Les parlementaires sont appelés à accélérer le rythme d'examen et d'adoption du texte pour que le CNDH puisse jouer le rôle de mécanisme national de prévention de la torture. Depuis l'adoption du projet par le Conseil de gouvernement en mai dernier, Ramid et le président du CNDH Driss El Yazami militent pour le voir entériné avant la fin de l'année afin que le Maroc puisse honorer ses engagements internationaux. Ce vœu semble pieux. Difficile de passer un tel projet en deux semaines. La mission d'asseoir non seulement un mécanisme de prévention de la torture mais aussi tout un dispositif transversal n'est pas aisée. Le ministre de tutelle met l'accent sur le rôle des magistrats appelés à être indépendants à l'image de la législation actuelle. L'administration, pour sa part, devra jouer un rôle déterminant dans le transfert des dossiers à la justice qui est le premier protecteur des droits de l'Homme. Tout le processus est à revoir pour garantir le respect des droits de l'Homme. Ramid souligne l'importance de doter tous les centres de police et de détention de caméras ainsi que la nécessité d'enregistrer les aveux des prévenus.
À cela s'ajoute le renforcement du rôle de la défense. À ce titre, le plan d'action national en matière de démocratie et des droits de l'homme, dont la présentation officielle était prévue hier après-midi, recommande de réviser les dispositions juridiques pour permettre aux avocats d'assister les prévenus dès leur détention mais la mise en œuvre de cette disposition ne se fera pas du jour au lendemain. Elle nécessitera au moins trois ans voire cinq ans pour former la police judiciaire et les avocats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.