299 femmes vont bientôt devenir « adoules »    L'appui du Souverain aux Palestiniens salué par l'Union interparlementaire arabe    Trump, Poutine et l'UE    Maroc-Tunisie en amical à Radès    Photos- Jawhara Talents 2018 dévoile la liste des gagnants    25 enfants victimes d'intoxication alimentaire à El Haouzia    Officiel : La finale de la Supercoupe d'Espagne 2018 aura lieu à Tanger    Faux départ du Conseil national de la presse    Attention, la canicule tue !    L'après-Russie2018: Le président de la CAF en colère    Benabdallah: Cette décision est «dangereuse, condamnable et inacceptable»    L'examen crucial des accords de pêche!    Frais de dossier: l'ISCAE réagit enfin!    A Monaco, Soufiane El Bakkali signe la meilleure performance de l'année    Rebaptisée CineAtlas, Le Colisée, salle mythique, de Rabat, fait peau neuve    Le Maroc, « le plus bel endroit au monde » selon The Hollywood Reporter    Le Conseil de gouvernement examine les effets juridiques de la décision de la Cour constitutionnelle    3 ans de prison pour agression à l'arme blanche    Aid Al Adha : L'ONSSA fait le point sur le cheptel    La campagne agricole 2017-2018 s'annonce prometteuse    Croissance: le gouvernement trop optimiste    Etats-Unis : Un homme interpellé après une prise d'otages dans une épicerie d'Hollywood    Jeux Africains à Alger: Le Maroc vise les JO de Buenos Aires    Une hausse de 0,2% de l'indice des prix à la consommation enregistrée en juin selon le HCP    Youssoufia : Il la violente et met le feu à sa maison    Le Maroc prend part à la 23e édition du Salon international du livre de Lima    El Haddad entre le championnat turc et le Golfe...    299 femmes réussissent le concours d'adoul...une première    Al Hoceima: Le ministère de la Santé rassure sur l'avancement des projets    Careem et deux syndicats de taxis signent le début d'une belle aventure    Prix à la consommation : Les produits de la mer en hausse de 4,4%    Marrakech : Pour se venger de sa femme il met le feu au domicile conjugal    Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de loi sur le CNDH : Les députés doivent accélérer la cadence
Publié dans Les ECO le 14 - 12 - 2017

Plus de cinq mois après sa présentation au Parlement, le projet de loi portant réorganisation du Conseil national des droits de l'Homme, qui va permettre d'instaurer le mécanisme de prévention de la torture n'a pas encore été discuté par les députés de la Commission de la justice de la chambre basse.
C'est un texte important qui va permettre au royaume d'avoir une législation relative à la création d'un mécanisme de prévention de la torture. Plus que jamais, la mise en place d'une législation de lutte contre la torture s'impose d'autant plus que les responsables marocains ne nient pas l'existence de mauvais traitements dans les centres de privation de liberté (CPL). Une grande responsabilité incombe à l'institution législative pour que le projet de loi portant réorganisation du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) voit le jour très vite. L'examen de ce texte n'a pas encore été entamé au sein de la Commission de la justice, de la législation et des droits de l'homme à la Chambre des représentants, presque sept mois après son adoption par le Conseil de gouvernement. Les parlementaires ont programmé une journée d'étude à la chambre basse sur le sujet en présence des parties concernées notamment le secrétaire général du CNDH, Mohamed Sebbar, et le ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme, Mustapha Ramid.
Le renforcement des prérogatives du CNDH s'inscrit dans ce cadre à l'instar de ce qui se fait dans plusieurs pays. Ramid aurait souhaité que le mécanisme de la prévention de la torture soit entre les mains d'une institution indépendante relevant du Parlement mais le gouvernement a opté pour la formule actuelle qui «répond aussi aux standards internationaux». En vertu des dispositions de ce texte, le CNDH aura le droit de visiter tous les CPL : prisons, commissariats, gendarmeries, hôpitaux psychiatriques, centres de sauvegarde de l'enfance et d'accueil des personnes âgées etc... Grâce à la future loi, les visites du conseil ne pourront pas être refusées. Les parlementaires sont appelés à accélérer le rythme d'examen et d'adoption du texte pour que le CNDH puisse jouer le rôle de mécanisme national de prévention de la torture. Depuis l'adoption du projet par le Conseil de gouvernement en mai dernier, Ramid et le président du CNDH Driss El Yazami militent pour le voir entériné avant la fin de l'année afin que le Maroc puisse honorer ses engagements internationaux. Ce vœu semble pieux. Difficile de passer un tel projet en deux semaines. La mission d'asseoir non seulement un mécanisme de prévention de la torture mais aussi tout un dispositif transversal n'est pas aisée. Le ministre de tutelle met l'accent sur le rôle des magistrats appelés à être indépendants à l'image de la législation actuelle. L'administration, pour sa part, devra jouer un rôle déterminant dans le transfert des dossiers à la justice qui est le premier protecteur des droits de l'Homme. Tout le processus est à revoir pour garantir le respect des droits de l'Homme. Ramid souligne l'importance de doter tous les centres de police et de détention de caméras ainsi que la nécessité d'enregistrer les aveux des prévenus.
À cela s'ajoute le renforcement du rôle de la défense. À ce titre, le plan d'action national en matière de démocratie et des droits de l'homme, dont la présentation officielle était prévue hier après-midi, recommande de réviser les dispositions juridiques pour permettre aux avocats d'assister les prévenus dès leur détention mais la mise en œuvre de cette disposition ne se fera pas du jour au lendemain. Elle nécessitera au moins trois ans voire cinq ans pour former la police judiciaire et les avocats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.