Que veut cacher le PAM ?    Inwi : Nadia Fassi-Fehri quitte la présidence    Le roi Mohammed VI a écrit au président chinois    RSB : voici les successeurs potentiels de Tarik Sektioui    Enseignement à distance : Les écoles privées n'ont pas le droit de réclamer la totalité des frais    Une unité mobile de dépistage du Covid-19 fait le tour de la ville de Fès    Casablanca: deux corps échangés dans une clinique    Colors of Africa. Ces photographes qui renouvellent le portrait...    Botola Pro / 27ème journée : Une journée « remue-ménage » !    Covid-19. Les fortunes se réfugient en Suisse    Deux Belgo-marocaines nommées ministres dans le nouveau gouvernement fédéral belge    Vote : Des astronautes livrent une leçon de civisme aux abstentionnistes    Maroc : le confinement a favorisé l'achat en ligne [Etude]    Chômage en hausse. Le char à boeuf du gouvernement à l'arrêt    En 2019, les dépenses d'investissement se sont établies à 70 412 MDH    Othmane El Firdaous craque sous le pression du PJD    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    Sala Al-Jadida : ouverture d'une enquête préliminaire à l'encontre d'un policier soupçonné de fraude et d'escroquerie    Guergarat: contrairement aux allégations de l'agence de presse algérienne, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Rencontre : AfricaDev Sessions débat des infrastructures et de logistique    Botola Pro: le Raja toujours aux commandes, la RSB rate le coche    Allemagne: Le Bayern remporte la Supercoupe    Botola Pro D1 : Le HUSA assure son maintien en D1    WAC vs Espérance sportive de Tunis: La victoire s'arrache «dans un terrain, pas dans un tribunal»    Préparatifs : La natation nationale face au défi de la qualification    Edito : Filons oubliés    Nasser Bourita: La pandémie de Covid-19 a rappelé au monde la communauté de notre destin    Le Maroc adresse un message d'encouragement, d'amitié et de solidarité au Mali    Le nouvel Emir du Koweït prête serment    Hôpital Zaatari des FAR : Mission accomplie    Vaccins anti-covid: la France à la recherche de 25.000 volontaires    Chloroquine. Le match Maroc-France, les prolongations    Bilan quotidien: Casa-Settat toujours en première position    Etude Inforisk: l'impact de la crise sur les entreprises marocaines    Marrakech : enfin une bonne nouvelle pour le tourisme    Subventions au profit des artistes: Said Mosker a pris une décision    Le soutien de la discorde    US Round Up du mercredi 30 septembre – Débat présidentiel, Wall Street, Disney, Jennifer Aniston    L'intégration du Maroc dans l'économie africaine vue par le CESE    Guerguerat : le PPS condamne les agissements des séparatistes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    Les condoléances du Parti du Progrès et du Socialisme    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un rapport financier plein de zones d'ombre
Publié dans Les ECO le 12 - 01 - 2018

Le Raja tient son assemblée générale aujourd'hui vendredi. Une rencontre cruciale pour le club casablancais. Décryptage des finances polémiques des Verts.
Le bilan financier du mandat de Saïd Hassbane était très attendu par le public du Raja de Casablanca. Mais pas uniquement. Le tribunal de la FIFA, la Fédération royale marocaine de football (FRMF), et les nombreux créanciers du club (joueurs, ex-coachs, prestataires de services et fournisseurs) surveillent, en effet, de très près l'évolution de la situation financière du club casablancais depuis deux ans. Ce document reste à adopter par les adhérents du Raja de Casablanca. Ledit document arrêté au 30 juin 2017, confirme la situation financière inextricable des Verts. Le prochain président aura pour mission de continuer l'opération d'assainissement financier de l'association sportive.
Une dette surévaluée
Une fois n'est pas coutume, l'association Raja Club Athletic termine l'exercice avec un excédent de 35 MDH ! Les produits du club se sont établis à 85,5 MDH, en baisse de 17% par rapport à l'exercice précédent où le club avait enregistré des recettes de 100 MDH. Une baisse due à la régression des recettes tirées des transferts de joueurs (-1084%), la billetterie (-101%) et les dons (-722%). Malgré cette instabilité, les finances du club se sont maintenues grâce au sponsoring (16 MDH), les subventions de l'Intérieur, la FRMF et la ville de Casablanca (21 MDH). Côté charges, le Raja continue la réduction drastique de ses dépenses (-71%). Durant la saison passée, le fonctionnement du club a nécessité une enveloppe budgétaire de 50,4 MDH.
Pour le dernier exercice, le rapport inscrit des dotations aux amortissements de joueurs (51,8 MDH), autres immobilisations (13 MDH) et provisions aux litiges (85 MDH). Au final, les charges du club sont de l'ordre de 200 MDH. Ce point des dotations est le plus problématique, à l'instar de l'endettement du club. Selon le rapport financier, les dettes du club s'élèvent au montant (tenez-vous bien) de 252 MDH. Un record ! Ce chiffre confond dettes et immobilisations incorporelles. Comme l'indique le tableau ci-dessous, 43% de l'endettement du club représente les «soldes contrats de joueurs», évalués à 110 MDH. Le rapport à la page 16 le rappelle, «les dettes de financement sont constituées essentiellement des engagements des contrats des joueurs du club». Or, les montants à payer aux joueurs dans les prochaines années, sous forme de primes et salaires, ne peuvent être comptabilisés comme dettes car ils représentant des actifs du club, même la principale immobilisation du Raja. D'ailleurs, le rapport le mentionne dans sa neuvième page. Les contrats de joueurs sont inscrits comme «immobilisations incorporelles» pour une valeur de 93, 7 MDH. Par contre, les autres composantes de l'endettement sont bien réelles et continueront à représenter un goulot d'étranglement pour la gestion du club pour les années à venir. La dette «Fournisseurs» de 16 MDH est en grande partie une conséquence des exercices antérieurs (12 MDH). La dette du «Personnel» (9 MDH) correspond aux salaires des joueurs, personnel technique et personnel administratif non encore payés depuis plusieurs exercices. La dette sociale (CNSS) est d'environ 2 MDH. Le compte «Autres créditeurs» (12 MDH) correspond essentiellement à la dette de l'ex-président Boudrika (10 MDH) et les créances en litiges judiciaires (6 MDH). Enfin, 23% des dettes estimées du club sont plutôt des provisions à payer pour la DGI (58,4 MDH). Précisons que l'ensemble des clubs de la Botola Pro se trouvent dans une situation similaire. Le prochain président du Raja devra trouver des solutions pour pouvoir gérer un club aux finances dans le rouge.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.