Edito : Rattraper le retard    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Maroc-Russie. Le renouvellement de l'accord de pêche amorcé    1,2,3, où va l'Algérie ?    Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Ahmed : "Il faut mettre en place des programmes réels de formation et de gouvernance pour atteindre le niveau mondial"
Publié dans Les ECO le 21 - 07 - 2018

Il faut mettre en place des programmes réels de formation et de gouvernance pour atteindre le niveau mondial, ont souligné les participants à une Conférence de la Confédération africaine de football (CAF), tenue samedi à Rabat pour évaluer la participation des pays du continent au Mondial Russie-2018 de football.
"Si on prend en compte qu'il s'agit d'un échec, il faut assumer", a dit le président de la CAF, Ahmad Ahmad à cette occasion, soulignant la nécessité de faire une analyse minutieuse, pour avoir des constats et chercher avec les parties prenantes des potentielles solutions.
Cette conférence est organisée pour expliquer les raisons de l'élimination des cinq pays africains (Maroc-Tunisie-Egypte-Nigeria-Sénégal) dès le 1er tour de la Coupe du monde 2018.
Le Malgache ne s'est pas arrêté là, mettant l'accent sur l'impératif de voir également le format des qualifications, mais surtout avant tout le football de jeunes (U20 et U23) et les programmes de formation.
"Les équipes européennes ont bien réussi ce Mondial parce qu'elles mettent en place des programmes cohérents de formation", a-t-il constaté, notant que l'exemple concret de l'efficacité de cette stratégie est la France.
"La France est championne du monde par la formation ! Ils ont produit beaucoup de talents, devenus aujourd'hui toutes des stars mondiales", a-t-il enchaîné.
La CAF est toujours prête à mettre en œuvre les suggestions et les propositions émanant des techniciens et spécialistes pour revaloriser le travail, a-t-il poursuivi.
Cette conférence, qui s'étale sur deux jours et à laquelle prennent part des légendes du football, notamment Aliou Cissé, ancien joueur et actuel sélectionneur du Sénégal, le Camerounais Patrick Mboma ou encore son compatriote Geremi Njitap, a été également l'occasion de mettre l'accent sur les moyens mis en place par le pays du Grand Ours pour organiser l'un des mondiaux les plus "beaux" et les plus "réussis" de l'histoire.
"Nous venons de vivre une Coupe du monde FIFA 2018 très riche à tous les niveaux", s'est-il réjoui, faisant savoir que la planification, le travail sérieux et l'ardent désir de servir son pays furent les principales clés qui ont rendu ce pays une vraie terre d'accueil et ce mondial l'un des plus beaux et des plus réussis de l'histoire du football mondial.
"Peut-on rêver d'appliquer à nos plus belles compétitions, la CAN ou la Ligue des champions, entre autres, de telles mesures pour espérer atteindre le très haut niveau dans l'organisation ?", s'est interrogé M. Ahmad.
"La réponse est oui", a-t-il tranché, précisant qu'il faut "revoir notre vision sur l'avenir, asseoir les bases d'une approche stratégique et mettre en place une feuille de route et de nouvelles règles bien définies de planification, de rigueur pour entrer dans une nouvelle ère. L'ère du travail bien fait".
De son côté, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ a indiqué que ce genre de conférences est l'occasion de réfléchir sur les mesures à prendre pour développer le football africain et permettre aux pays du Continent de rivaliser l'ascension du football mondial.
"Il faut faire en sorte de rattraper des décalages qui aujourd'hui deviennent de plus en plus des réalités, que ce soit au niveau de la pratique, de la formation et de la gouvernance de football", a-t-il insisté.
"A part quelques initiatives individuelles, les conditions de pratique ne répondent pas aux normes", a-t-il regretté, déplorant le fait de ne pas avoir des processus professionnels pour la formation des jeunes.
Ceci étant, "la gouvernance de notre football nous interpelle et nous interpellera durant les prochaines années pour mettre en place des mesures concrètes au niveau de la formation, des infrastructures et permettre à notre football d'aller rivaliser les grandes nations du football mondial", a lancé M. Lekjaâ, également membre du bureau exécutif de la CAF.
Il s'est ensuite attardé sur la question de l'arbitrage, relevant que les nouvelles technologies, en l'occurrence la VAR doivent être discutées avec des "interpellations philosophiques et civilisationnelles pour qu'elles assument leur rôle principal, celui d'être un instrument d'assurer l'impartialité sur les pelouses et faire régner la justice footballistique".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.