Inwi fait la paix avec Maroc Telecom    La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc    Errachidia : deux individus arrêtés pour trafic de drogue    Brésil: Bolsonaro repousse les limites du politiquement incorrect    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    Asilah : Inauguration de la nouvelle gare routière    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    La FRMF réduit la sanction de l'AS FAR    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Safi: une mère se jette devant un train    Crédit du Maroc: Hausse du dividende malgré la baisse des bénéfices    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Conseil de gouvernement : La sécurité sociale au menu    Données personnelles, les fortes recommandations de la CNDP et de la BM    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Chômage au Maroc: les derniers chiffres du HCP    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Port Tanger Med 2 : APM Terminals dépasse son 1er million d'EVP traités    Météo Maroc: nuages instables avec averses orageuses ce jeudi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Ministère de la Justice : la liberté provisoire accordée au Koweïtien poursuivi pour viol fait suite à une décision judiciaire    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Quelque 170 étudiants marocains participent à New York au programme «Jeunes ambassadeurs aux Nations unies»    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Issue de parité entre Khouribguis et Mesfiouis    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    Divers    De l'urgence de la réforme du système électoral    Divers Economie    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    Casillas prend sa retraite sportive    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ecobank : Pas de filiale au Maroc... pour l'instant
Publié dans Les ECO le 24 - 07 - 2018

La banque panafricaine présente dans une trentaine de pays du continent n'entend pas se positionner sur le marché marocain où l'un de ses actionnaires, Qatar National Bank, détient des participations.
Pas d'implantation prévue au Maroc pour Ecobank. Dans une déclaration aux «Inspirations ECO» à Abuja, en marge de l'assemblée générale 2018 d'Afreximbank (www.leseco.ma), le président directeur général d'Ecobank, Ade Ayeyemi, a exclu toute éventualité pour son groupe de s'installer au Maroc. «Nous ne pouvons pas être partout. Notre stratégie actuelle est de consolider nos positions dans les pays où nous sommes déjà installés», a-t-il indiqué en réponse à une question des «Inspirations ECO» sur les chances de voir cette banque panafricaine débarquer dans le royaume. Pour Ayeyemi, le marché marocain déjà quadrillé par les grands acteurs locaux et continentaux que sont Attijariwafa bank, BMCE Bank of Africa et Banque Centrale Populaire ne fait pas partie des priorités du moment. En plus, «je dirais que nous sommes présents en Afrique du Nord à travers notre actionnaire Qatar National Bank (QNB) car cette banque est bien présente dans cette région septentrionale du continent. Donc Ecobank est présente en Afrique du Nord à travers QNB», ajoute-t-il pour écarter toute probabilité d'ouvrir une filiale sur cette partie de l'Afrique.
Pas peur de la concurrence marocaine
Ecobank qui est la 7e plus grande banque africaine avec des fonds propres évalués à 3,01 milliards de dollars en 2017 par le classement annuel du magazine «The Banker» dit aussi ne pas redouter la concurrence des groupes bancaires marocains en Afrique subsaharienne. «Nous n'avons peur de personne», a répété son patron en faisant référence aux banques marocaines. «Ecobank est une banque qui est aussi bien capable d'opérer dans des environnements stables comme Dakar qu'instables comme Bangui. Nous sommes la seule banque parmi toutes celles que vous évoquez qui soit actuellement présente dans un environnement aussi difficile que celui de Bangui. Aucune des autres banques dont vous parlez n'est à ce jour sur le terrain en Centrafrique pour essayer de trouver des solutions aux populations sur place, contrairement à Ecobank», a-t-il poursuivi non sans afficher une mine teintée de fierté et de fougue.
14 millions de clients
Basée à Lomé, au Togo, Ecobank est considérée comme l'une des plus performantes banques du continent. En 2017, elle a affiché des bénéfices de 182 millions de dollars après avoir subi une perte sèche de 39 millions de dollars un an plus tôt. La banque aux couleurs bleues fondée en 1985 est aujourd'hui présente dans quelque 33 pays africains et revendique plus de 14 millions de clients à fin 2017.
Ade Ayeyemi
Président-directeur général d'Ecobank
Pourquoi Ecobank ne vient-elle pas s'installer au Maroc ?
Nous ne pouvons pas être partout. Notre stratégie actuelle est de consolider nos positions dans les pays où nous sommes déjà installés. Cela dit, je considère que nous sommes des partenaires avec les banques marocaines dans la mesure où nous œuvrons ensemble pour faire accéder les populations africaines aux services bancaires.
Quels types de partenariats ?
Je dirais que nous sommes présents en Afrique du Nord à travers notre actionnaire Qatar National Bank (QNB) car cette banque est bien présente dans cette région septentrionale du continent. Donc Ecobank est présente en Afrique du Nord à travers QNB.
Avez-vous peur de la concurrence des banques marocaines sur le continent ?
Nous n'avons peur de personne et je n'ai pas l'air de quelqu'un qui a peur non plus. Je suis issu de ce continent et j'y suis né. Nous menons nos activités depuis plus de trente ans. Ecobank est une banque qui est tout aussi capable d'opérer dans des environnements stables comme Dakar qu'instables comme Bangui. Nous sommes la seule banque parmi toutes celles que vous évoquez qui soit actuellement présente dans un environnement aussi difficile que celui de Bangui. Aucune des autres banques dont vous parlez n'est à ce jour sur le terrain en Centrafrique pour essayer de trouver des solutions aux populations sur place, contrairement à Ecobank.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.