Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ecobank : Pas de filiale au Maroc... pour l'instant
Publié dans Les ECO le 24 - 07 - 2018

La banque panafricaine présente dans une trentaine de pays du continent n'entend pas se positionner sur le marché marocain où l'un de ses actionnaires, Qatar National Bank, détient des participations.
Pas d'implantation prévue au Maroc pour Ecobank. Dans une déclaration aux «Inspirations ECO» à Abuja, en marge de l'assemblée générale 2018 d'Afreximbank (www.leseco.ma), le président directeur général d'Ecobank, Ade Ayeyemi, a exclu toute éventualité pour son groupe de s'installer au Maroc. «Nous ne pouvons pas être partout. Notre stratégie actuelle est de consolider nos positions dans les pays où nous sommes déjà installés», a-t-il indiqué en réponse à une question des «Inspirations ECO» sur les chances de voir cette banque panafricaine débarquer dans le royaume. Pour Ayeyemi, le marché marocain déjà quadrillé par les grands acteurs locaux et continentaux que sont Attijariwafa bank, BMCE Bank of Africa et Banque Centrale Populaire ne fait pas partie des priorités du moment. En plus, «je dirais que nous sommes présents en Afrique du Nord à travers notre actionnaire Qatar National Bank (QNB) car cette banque est bien présente dans cette région septentrionale du continent. Donc Ecobank est présente en Afrique du Nord à travers QNB», ajoute-t-il pour écarter toute probabilité d'ouvrir une filiale sur cette partie de l'Afrique.
Pas peur de la concurrence marocaine
Ecobank qui est la 7e plus grande banque africaine avec des fonds propres évalués à 3,01 milliards de dollars en 2017 par le classement annuel du magazine «The Banker» dit aussi ne pas redouter la concurrence des groupes bancaires marocains en Afrique subsaharienne. «Nous n'avons peur de personne», a répété son patron en faisant référence aux banques marocaines. «Ecobank est une banque qui est aussi bien capable d'opérer dans des environnements stables comme Dakar qu'instables comme Bangui. Nous sommes la seule banque parmi toutes celles que vous évoquez qui soit actuellement présente dans un environnement aussi difficile que celui de Bangui. Aucune des autres banques dont vous parlez n'est à ce jour sur le terrain en Centrafrique pour essayer de trouver des solutions aux populations sur place, contrairement à Ecobank», a-t-il poursuivi non sans afficher une mine teintée de fierté et de fougue.
14 millions de clients
Basée à Lomé, au Togo, Ecobank est considérée comme l'une des plus performantes banques du continent. En 2017, elle a affiché des bénéfices de 182 millions de dollars après avoir subi une perte sèche de 39 millions de dollars un an plus tôt. La banque aux couleurs bleues fondée en 1985 est aujourd'hui présente dans quelque 33 pays africains et revendique plus de 14 millions de clients à fin 2017.
Ade Ayeyemi
Président-directeur général d'Ecobank
Pourquoi Ecobank ne vient-elle pas s'installer au Maroc ?
Nous ne pouvons pas être partout. Notre stratégie actuelle est de consolider nos positions dans les pays où nous sommes déjà installés. Cela dit, je considère que nous sommes des partenaires avec les banques marocaines dans la mesure où nous œuvrons ensemble pour faire accéder les populations africaines aux services bancaires.
Quels types de partenariats ?
Je dirais que nous sommes présents en Afrique du Nord à travers notre actionnaire Qatar National Bank (QNB) car cette banque est bien présente dans cette région septentrionale du continent. Donc Ecobank est présente en Afrique du Nord à travers QNB.
Avez-vous peur de la concurrence des banques marocaines sur le continent ?
Nous n'avons peur de personne et je n'ai pas l'air de quelqu'un qui a peur non plus. Je suis issu de ce continent et j'y suis né. Nous menons nos activités depuis plus de trente ans. Ecobank est une banque qui est tout aussi capable d'opérer dans des environnements stables comme Dakar qu'instables comme Bangui. Nous sommes la seule banque parmi toutes celles que vous évoquez qui soit actuellement présente dans un environnement aussi difficile que celui de Bangui. Aucune des autres banques dont vous parlez n'est à ce jour sur le terrain en Centrafrique pour essayer de trouver des solutions aux populations sur place, contrairement à Ecobank.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.