Service militaire : Plus de 900 candidats accueillis à Larache    Cinq morts dans une bousculade avant le concert de Soolking    Divided G-7 Leaders Headed for Clashes at Tense French Summit    Tétouan : Un jeune homme se donne la mort par pendaison    Casablanca : 3 ans de prison pour un escroc récidiviste    La première journée dominée par les Sud-africains : Le Maroc décroche la médaille de bronze au relais 4x100m nage libre    Vidéo : Luis Suarez poursuivi par des fans à Tanger…    Renaissance Sportive de Berkane : Fouzi Lekjaa quitte la présidence    Le troisième Festival national de Marmoucha du 30 août au 1er septembre    11ème Festival «Voix de Femmes» de Tétouan : Daoudia, Najat Rajoui et les autres    Le droit à la TERRE !    Jeux Africains: Les Lionnes font mieux que les Lionceaux    Belksiri : Arrestation d'un multirécidiviste apparu sur les réseaux sociaux en possession d'armes blanches    Label'Vie récompense les bacheliers    RFI : C'est un véritable défi que le Maroc a relevé    Actifs immobiliers. Baisse des prix d'environ 1% au 2e trimestre    Barid Al-Maghrib participe au concours du plus beau timbre-poste lancé par PUMED    Classe moyenne : Une reconnaissance royale    Cristina López Barrio: Tanger la «captivante»    Budget des régions. Le dispositif projeté pour 2020    Marquage fiscal : En cas de victoire, De La Rue peu soucieux d'honorer son contrat ?    La mode veut agir pour l'environnement, mais sans contraintes    Souss-Massa : Plus de 2 MMDH pour 83 projets au 1er semestre 2019    Edito : Rentrée    Le patron de la Fed joue gros avec son discours vendredi    Tensions et dissensions attendues au sommet du G7 qui s'ouvre samedi en France    Ocean Viking: Les réserves de nourriture s'épuisent (MSF)    Italie: le Premier ministre Giuseppe Conte démissionne…    «Les Forces Armées Royales, la Marche de la fidélité et l'esprit du renouveau» : Un livre qui traite de l'action royale permanente en faveur de la modernisation des FAR    Parlement. Vacances prolongées ?    Initiative «Cinéma sur la Muraille» : Le 7ème art à l'honneur à Essaouira    M'barek Boussoufa rejoint le club d'Al-Sailiya    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    Le partenariat Afrique-Indonésie doit reposer sur une logique gagnant-gagnant    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc avorte plus de 65.000 tentatives d'émigration irrégulière par an
Publié dans Les ECO le 15 - 10 - 2018

Le nombre de tentatives avortées d'émigration irrégulière au départ du Maroc est passé de 32.000, en moyenne chaque année entre 2003 et 2015, à quelque 65.000 depuis 2016, soit plus du double, a indiqué Khalid Zerouali, wali, directeur de l'immigration et de la surveillance des frontières.
Dans un entretien publié par l'hebdomadaire international Jeune Afrique, Khalid Zerouali a expliqué les raisons de la réorientation des flux de migrants vers le Maroc : «Ceci s'explique, tout d'abord, par le renforcement des facteurs d'appel et d'attraction en Europe enregistrés dans le sillage des vagues de migrants et de réfugiés qu'a connues ce continent. Et puis par le contexte sécuritaire qui a un impact sur la route migratoire passant par la Libye».
Interrogé sur la coopération maroco-espagnole en matière d'immigration, le responsable marocain a souligné que les réunions régulières du groupe migratoire permanent, créé en 2003, ont permis aux deux pays d'harmoniser leurs matrices d'analyse et de coordonner leurs actions, non seulement dans la lutte contre la migration irrégulière, mais également dans la promotion des voies légales de la migration régulière.
En ce qui concerne l'Union européenne (UE), Zerouali a assuré que les rencontres, ces derniers mois, du ministre de l'Intérieur avec le commissaire européen aux migrations et affaires intérieures ont inauguré une nouvelle ère de coopération rénovée entre le Maroc et l'UE dans le domaine des contrôles frontaliers et dans la lutte contre les réseaux.
«Les contours de cette coopération, que nous voulons durable et pérenne, et non juste conjoncturelle, sont en cours de finalisation par les experts des deux parties», a-t-il précisé.
Processus de Rabat … Une référence internationale
En réponse à une question sur le Processus de Rabat, lancé par le Maroc en 2006, le wali, directeur de l'immigration et de la surveillance des frontières a souligné que ce processus avait inauguré un chapitre inédit en mettant autour d'une même table les pays d'origine, de transit et de destination, observant qu'il est devenu la référence en matière de nouvelles initiatives régionales et internationales.
«C'est un cadre qui offre une vision globale intégrant des solutions structurelles en amont, notamment à travers des initiatives de développement durable en Afrique», a-t-il dit en faisant remarquer toutefois que sa mise en œuvre se heurte parfois à la primauté de la logique sécuritaire de certains pays du Nord.
Pas de centres de rétention au Maroc !
L'ouverture des centres de rétention pour les migrants interceptés en mer en dehors des frontières européennes devient un sujet récurrent. Sur ce point, le wali, directeur de l'immigration et de la surveillance des frontières, s'est montré ferme en relevant que cette solution a déjà montré ses limites en Europe.
«Nous n'allons donc pas transposer une mesure vouée à l'échec. D'autant plus qu'in fine cette solution ne fera que déplacer un problème sans le résoudre sur le fond», a-t-il affirmé en répondant à l'interrogation du journaliste sur le rejet par Rabat de l'idée de tels centres.
«Ce refus est également cohérent avec notre acceptation de la notion de responsabilité partagée», a-t-il expliqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.