Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Maroc-Argentine. Messi finalement absent    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FIFM. Coup de maître !
Publié dans Les ECO le 10 - 12 - 2018

La 17e édition du Festival international du film de Marrakech, qui s'est déroulée du 30 novembre au 8 décembre, est un franc succès. Après une année d'absence, le festival a réussi son pari : être un festival international tout en assumant sa marocanité. Coulisses.
Une année de pause pour revenir plus fort, telle a été la philosophie du Festival international du film de Marrakech qui s'est déroulé du 30 novembre au 8 décembre. Entre nouveaux rendez-vous et pérennisation des temps forts du festival, le rendez-vous cinéphile du royaume a réussi son défi.
L'édition des légendes
Avec Robert De Niro, Martin Scorsese, Guillermo Del Torro ou encore Agnès Varda, le festival a su continuer cette ambition d'un rendez-vous international qui accueille les grandes stars. Mais cette année, la programmation a fait rougir les festivals de catégorie A. En recevant des légendes comme Robert De Niro, le temps d'un hommage ou d'une conversation, ou encore Martin Scorsese, ou Agnès Varda, le FIFM a marqué l'histoire et a fait des envieux. «Avoir des monstres du cinéma en masterclass ou en hommage est un honneur !», confesse l'acteur français, Tahar Rahim, qui n'est pas le seul à faire le déplacement pour rencontrer les légendes. Entre émotion et moments de cinéma, le festival a rythmé le Palais des Congrès avec des rencontres et des échanges. Une édition qui a accueilli des noms prestigieux comme Monica Bellucci, Gilles Lelouche, Gaspard Ulliel, Sandrine Kimberlin, Nadine Labaki, Gael Garcia Bernal ou encore Rossy De Palma pour ne citer qu'eux. Et plus que l'édition des légendes, cette 17e édition a été celle de l'humilité avec James Gray, président du Jury et des bonnes ondes. Après avoir donné le ton le soir de l'ouverture en annonçant qu'il était le jury le moins talentueux, il clôture avec un geste gracieux : il appelle tous les réalisateurs à se lever dans l'audience pour profiter des applaudissements du public ! «Vous êtes tous extraordinaires !», confie le réalisateur américain.
L'édition de la jeunesse
Le retour du festival a marqué par l'implication de la jeunesse dans les salles, dans les masterclass, dans les nouveaux rendez-vous. «La culture du cinéma se cultive tôt, dès le départ», explique le directeur artistique Christoph Terhechte. Une nouvelle section «Jeune public» qui veut que les films soient visionnés par les plus petits. Un nouveau rendez-vous qui a séduit le public. En parallèle, le festival est allé à la rencontre des étudiants de cinéma afin de leur présenter la programmation du festival et les inciter à remplir les salles. Le résultat est satisfaisant. Chaque séance est pleine de monde et à chaque fin de films, les étudiants se rassemblent au café d'en face, pour délibérer, échanger, faire leur propre palmarès. Un festival qui a su se positionner dans le cœur des gens, et qui a su attirer un public fidèle et curieux. «Les salles sont pleines !», continue le Directeur artistique, qui est fier de cette réussite.
L'édition marocaine
Avec sa nouvelle formule, le Festival international du film de Marrakech a été plus marocain que jamais. Avec son panorama marocain qui a mis en avant le cinéma marocain, les réalisateurs marocains mis en avant dans les «Conversation With» où Faouzi Bensaidi et Leila Marrkachi interviewent Martin Scorsese ou encore quand Narjiss Nejjar titille amoureusement Agnès Varda. La compétition officielle a laissé la place à un film marocain, celui de Mohcine Besri : Une Urgence Ordinaire. Et en parallèle, les ateliers de l'Atlas accompagnent les projets marocains, arabes et africains en post-production et pré-production. Une rencontre orchestrée par Rémy Bonhomme, de la Semaine de la critique à Cannes, qui fait rencontrer des porteurs de projets à des professionnels du métier. En somme, le festival a compris qu'il s'agissait d'un festival qui mettait en avant les talents de demain tout en les inspirant en côtoyant les stars, les grandes. Pour sa 17e édition, le FIFM semble avoir compris ses failles, ses faiblesses, et semble avoir trouvé sa ligne éditoriale. Un festival qui promet de belles surprises les années à venir, s'il continue sur sa lancée…À l'année prochaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.