Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FIFM. Coup de maître !
Publié dans Les ECO le 10 - 12 - 2018

La 17e édition du Festival international du film de Marrakech, qui s'est déroulée du 30 novembre au 8 décembre, est un franc succès. Après une année d'absence, le festival a réussi son pari : être un festival international tout en assumant sa marocanité. Coulisses.
Une année de pause pour revenir plus fort, telle a été la philosophie du Festival international du film de Marrakech qui s'est déroulé du 30 novembre au 8 décembre. Entre nouveaux rendez-vous et pérennisation des temps forts du festival, le rendez-vous cinéphile du royaume a réussi son défi.
L'édition des légendes
Avec Robert De Niro, Martin Scorsese, Guillermo Del Torro ou encore Agnès Varda, le festival a su continuer cette ambition d'un rendez-vous international qui accueille les grandes stars. Mais cette année, la programmation a fait rougir les festivals de catégorie A. En recevant des légendes comme Robert De Niro, le temps d'un hommage ou d'une conversation, ou encore Martin Scorsese, ou Agnès Varda, le FIFM a marqué l'histoire et a fait des envieux. «Avoir des monstres du cinéma en masterclass ou en hommage est un honneur !», confesse l'acteur français, Tahar Rahim, qui n'est pas le seul à faire le déplacement pour rencontrer les légendes. Entre émotion et moments de cinéma, le festival a rythmé le Palais des Congrès avec des rencontres et des échanges. Une édition qui a accueilli des noms prestigieux comme Monica Bellucci, Gilles Lelouche, Gaspard Ulliel, Sandrine Kimberlin, Nadine Labaki, Gael Garcia Bernal ou encore Rossy De Palma pour ne citer qu'eux. Et plus que l'édition des légendes, cette 17e édition a été celle de l'humilité avec James Gray, président du Jury et des bonnes ondes. Après avoir donné le ton le soir de l'ouverture en annonçant qu'il était le jury le moins talentueux, il clôture avec un geste gracieux : il appelle tous les réalisateurs à se lever dans l'audience pour profiter des applaudissements du public ! «Vous êtes tous extraordinaires !», confie le réalisateur américain.
L'édition de la jeunesse
Le retour du festival a marqué par l'implication de la jeunesse dans les salles, dans les masterclass, dans les nouveaux rendez-vous. «La culture du cinéma se cultive tôt, dès le départ», explique le directeur artistique Christoph Terhechte. Une nouvelle section «Jeune public» qui veut que les films soient visionnés par les plus petits. Un nouveau rendez-vous qui a séduit le public. En parallèle, le festival est allé à la rencontre des étudiants de cinéma afin de leur présenter la programmation du festival et les inciter à remplir les salles. Le résultat est satisfaisant. Chaque séance est pleine de monde et à chaque fin de films, les étudiants se rassemblent au café d'en face, pour délibérer, échanger, faire leur propre palmarès. Un festival qui a su se positionner dans le cœur des gens, et qui a su attirer un public fidèle et curieux. «Les salles sont pleines !», continue le Directeur artistique, qui est fier de cette réussite.
L'édition marocaine
Avec sa nouvelle formule, le Festival international du film de Marrakech a été plus marocain que jamais. Avec son panorama marocain qui a mis en avant le cinéma marocain, les réalisateurs marocains mis en avant dans les «Conversation With» où Faouzi Bensaidi et Leila Marrkachi interviewent Martin Scorsese ou encore quand Narjiss Nejjar titille amoureusement Agnès Varda. La compétition officielle a laissé la place à un film marocain, celui de Mohcine Besri : Une Urgence Ordinaire. Et en parallèle, les ateliers de l'Atlas accompagnent les projets marocains, arabes et africains en post-production et pré-production. Une rencontre orchestrée par Rémy Bonhomme, de la Semaine de la critique à Cannes, qui fait rencontrer des porteurs de projets à des professionnels du métier. En somme, le festival a compris qu'il s'agissait d'un festival qui mettait en avant les talents de demain tout en les inspirant en côtoyant les stars, les grandes. Pour sa 17e édition, le FIFM semble avoir compris ses failles, ses faiblesses, et semble avoir trouvé sa ligne éditoriale. Un festival qui promet de belles surprises les années à venir, s'il continue sur sa lancée…À l'année prochaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.