Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Eliminatoires du Mondial Qatar-2022 : Le Maroc dans le groupe I    La 31ème édition du Marathon international de Marrakech ce dimanche : Plus de 13.000 athlètes de 75 pays au départ    Entretien avec Adil Terrab, président du Conseil Préfectoral du tourisme Meknès    Abdellatif Ouahbi, officiellement candidat à la présidence du PAM    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    Le défi national !    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Qui est le binôme Alj-Tazi, le nouveau duo qui tient les rênes de la CGEM ?    Tanger Med dématérialise la procédure d'exportation des produits agroalimentaires    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    La tempête Gloria fait au moins sept morts en Espagne, quatre disparus    Terres collectives : Ce que recommande le CESE    Un stand marocain aménagé par l'ONMT : La 40ème édition du FITUR de Madrid se poursuit jusqu'au 26 janvier    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Province de Guelmim : 3 morts et 10 blessés dans un accident de la route    Une quinzaine de routes libre et une douzaine coupée    Les eaux des provinces du Sud officiellement marocaines    Météo : temps froid et chutes de neige ce jeudi 23 janvier    Walid Azaro face à Abderrazak Hamdallah et Nordin Amrabat ce vendredi ?    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Sébastien Desabre : L'atteinte des objectifs est une responsabilité collective qui exige du travail fondé sur la discipline, le respect et l'efficacité    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    60ème anniversaire de l'USFP Grande manifestation à Larache    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Insolite : Perché dans un tonneau    Divers sportifs    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Le coronavirus de Wuhan : Panique sur toute la ligne    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    Poutine dépose ses propositions d'amendements à la Constitution    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oignons. Pourquoi les prix flambent-ils ?
Publié dans Les ECO le 09 - 05 - 2019

Les besoins du marché sont couverts actuellement par les cultures d'oignons en zones irriguées alors que la production conduite en Bour a subi le contrecoup du déficit pluviométrique.
Les prix de l'oignon ont encore augmenté au cours de cette semaine dans plusieurs régions du pays. Et c'est principalement en raison du déficit pluviométrique enregistré cette année au Maroc, avec une mauvaise répartition temporelle des pluies, que cette hausse a été enregistrée au niveau du marché local. Actuellement, les besoins du marché interne sont essentiellement couverts par les cultures d'oignons issues de zones irriguées alors que la production conduite en Bour a subi le contrecoup du déficit pluviométrique précité. Partant de ce constat, «c'est l'absence de la production émanant des zones en Bour qui a entraîné cette hausse des prix sur le marché local, lequel est constitué de près de 35% de la superficie plantée au Maroc», explique Abdenabi Zirari, président de l'Association marocaine de producteurs d'oignons et de pommes de terre de Guerrouane-Beni M'tir.
Il s'agit notamment des régions de Doukkala, Chiadma, Lgara et Ain Karma à Meknès. Ce n'est qu'après le mois de ramadan, où la consommation des oignons connaît plus au moins un recul, que les prix seront en baisse grâce à la commercialisation sur le marché des oignons de la région de Beni Mellal, cultivés en zones irriguées. En ce qui concerne le prix, les quantités expédiées vers le marché sont vendues par l'agriculteur, qui assume à lui seul le coût de la production et les aléas climatiques, à hauteur de 3,50 DH le kilo. Par contre, au niveau du marché d'Inezgane, principal fournisseur de fruits et légumes au Maroc, le prix varie entre 9 à 10 DH le kilo pour les oignons rouges et blancs. En ce qui concerne le prix de l'oignon vert, il oscille entre 5,50 à 6 DH alors que les prix au consommateur final sont passés de 3 DH à 13 DH pour les oignons rouges et blancs. «Malgré le manque constaté de pluviométrie, c'est la multiplicité des intermédiaires qui reste la principale problématique relative au circuit de commercialisation et de distribution, induisant en effet un écart énorme entre le prix des producteurs et celui proposé aux consommateurs finaux», explique Ahmed Mouflih, directeur de la Fédération interprofessionnelle marocaine de production et d'exportation des fruits et légumes (FIFEL).
Au-delà du manque à gagner qui échappe aux producteurs dans la mesure où les intermédiaires et les courtiers absorbent la grande part de la marge, de l'avis d'Ahmed Mouflih, c'est le retard de la structuration du marché local qui amplifie le problème surtout dans des périodes de fortes consommations telles que le ramadan ou lors de situations conjoncturelles (conditions climatiques ou économiques). Par ailleurs, la filière de l'oignon occupe la deuxième place au niveau de la sole maraîchère après les pommes de terre avec une production nationale moyenne d'environ 800.000 tonnes par an et une superficie moyenne annuelle de 30.000 hectares. Selon la répartition par région, Fès-Meknès est le principal producteur d'oignons avec environ 11.600 hectares, soit 41% de la superficie totale nationale avec une part de 27.073 hectares selon des données du département de l'Agriculture. Cette superficie génère ainsi une production de près de 454.600 tonnes, soit 62% de la production nationale estimée à 737.090 tonnes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.