Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Températures min et max prévues - Samedi 20 Juillet 2019    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hilale: Pas de solution à la question du Sahara en dehors de la souveraineté du Maroc
Publié dans Les ECO le 18 - 06 - 2019

Dans sa déclaration, lundi à New York, devant le Comité des 24, organe subsidiaire de l'Assemblée Générale, l'Ambassadeur, Représentant Permanent du Maroc auprès de l'ONU, Omar Hilale, a souligné qu'une solution politique, sous l'égide exclusive des Nations-Unies, au différend du Sahara marocain, ne pourra et ne sera être conçue que dans le cadre de la souveraineté du Maroc, de son intégrité territoriale et de son unité nationale sur la base de l'Initiative marocaine d'autonomie.
Hilale a ainsi affirmé que la question du Sahara est une question de parachèvement de l'intégrité territoriale du Maroc et nullement de décolonisation. En témoigne son examen par le Conseil de Sécurité, en tant que différend régional, hérité de la guerre froide.
Après avoir énuméré les faits et réalités historiques irréfutables qui confirment l'appartenance du Sahara à la mère patrie, le Maroc, l'Ambassadeur a indiqué que suite à l'échec de tous les plans précédents et leur enterrement définitif par le Secrétaire général de l'ONU et le Conseil de Sécurité, et en réponse aux appels de ce dernier, le Maroc a soumis le 11 avril 2007, l'Initiative d'autonomie pour la région du Sahara marocain, qualifiée de sérieuse et crédible par le Conseil de Sécurité dans ses 15 dernières résolutions depuis 2007, dont la 2468, adoptée le 30 avril 2019.
« De par son contenu conforme aux standards internationaux les plus avancés en matière de dévolution de pouvoirs et sa conformité au droit international et au principe de l'autodétermination, cette Initiative est l'incarnation de la solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis, consacrée par le Conseil de Sécurité » a souligné M. Hilale, qui a réaffirmé que l'Initiative d'autonomie demeure la seule et unique voie pour le règlement définitif de ce différend.
Le diplomate marocain a noté que cette Initiative est la base du processus politique, mené sous l'égide exclusive des Nations Unies et qui est actuellement caractérisé par un nouvel élan et un momentum positifs grâce à la tenue de deux tables rondes à Genève en décembre et mars derniers, avec la participation du Maroc, de l'Algérie, de la Mauritanie et du «polisario». «Ces tables rondes, dont la troisième se tiendra plus tard, dans le même format et selon les mêmes modalités, comme agréé par les 4 participants, ont été érigées, par la résolution 2468, en un véritable processus dont la seule finalité est de parvenir à la solution politique réaliste, pragmatique, durable et de compromis », a-t-il fait savoir, appelant les autres participants à contribuer substantiellement tout au long de la durée du processus.
L'Ambassadeur Hilale a relevé que la résolution 2468 consacre le rôle de l'Algérie en tant que partie prenante principale à ce différend et lui demande instamment de contribuer à la recherche de la solution, au même titre et sur un pied d'égalité avec le Maroc, et ce jusqu'à l'aboutissement du processus politique. «Je voudrais ici, souligner que l'Algérie est citée dans 5 paragraphes de la résolution, soit autant de fois que le Maroc », a fait remarquer l'ambassadeur.
Hilale a indiqué que les deux tables rondes de Genève ont été marquées par la participation des élus des deux régions du Sahara marocain qui ont mis en relief les avancées et les réalisations tant politiques, que socioéconomiques au Sahara marocain. « Ce sont ces élus qui se sont exprimés devant nous cet après-midi, comme l'année dernière et comme lors des deux derniers séminaires du Comité des 24 à Grenade en tant que représentants légitimement et démocratiquement élus par les populations du Sahara marocain » a-t-il précisé. Et d'ajouter que les élections régionales et législatives, tenues respectivement en 2015 et 2016, ont consacré l'adhésion indéfectible des populations du Sahara au processus démocratique, au renforcement de l'Etat de droit et au respect des droits de l'Homme.
Soulignant que la régionalisation avancée est une réalité tangible, avec ses institutions et leurs attributions respectives, il a noté que depuis le parachèvement de son intégrité territoriale, le Maroc a entrepris des efforts colossaux pour assurer le développement socio-économique et l'émancipation politique de ses provinces du Sud.
Enfin, Hilale a réaffirmé l'attachement du Maroc au processus politique mené sous les auspices des Nations-Unies, à travers l'autorité du Conseil de Sécurité et les bons offices du Secrétaire Général de l'ONU. Il a ainsi appelé les autres parties à saisir l'opportunité des tables rondes et à privilégier l'esprit de compromis, et de s'engager dans des négociations sur la base de l'Initiative d'autonomie, afin de mettre définitivement fin à ce différend.
« Je voudrais lancer un appel pour mettre à profit l'élan du processus des tables rondes afin de faire preuve de volonté politique réelle pour aller de l'avant vers une solution politique, conformément aux paramètres définis par le Conseil, loin des formules et approches passéistes, éculées, irréalistes et des questions périphériques qui sont souvent évoquées dans les discussions pour dévier le processus de ses objectifs principaux», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.