Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Le nouvel album de Rihanna vaudra l'attente    Kim Kardashian et Kanye West au bord du divorce    Taylor Swift fait de nouveau un tabac    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    L'ANAPEC ouvre son agence universitaire à Casablanca : Elle est opérationnelle à partir du mois d'octobre    USA : Trump promulgue par décret un nouveau plan d'aide économique    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Responsabilité et démission    Le Bayern et le Barça en quart !    Botola: Le Raja de Casablanca leader    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    La Bourse de Casablanca en hausse    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    Au bord du naufrage!    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Les femmes plus que les hommes?    Paraguay : Ronaldinho et son frère bientôt libérés    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Beyrouth : l'initiative royale vue par un journaliste libanais    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    212 Founders s'impose parmi les leaders en Afrique    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Météo : la saison des ouragans 2020 sera pire que prévu dans l'Atlantique    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Laâyoune: les marins soumis aux tests de dépistage    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Un matelas anti covid-19 pour Messi    La Botola a désormais un nouveau leader    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que veut-on ?
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2019

Une question toute simple s'impose à nous. Voulons-nous élargir les horizons en matière d'emploi aux jeunes ou réduire les possibilités d'insertion de ceux-ci dans le monde professionnel ? C'est une interrogation que j'ai eue à chaud en apprenant ce différend entre le chef de gouvernement et son ministre de l'Enseignement. Il s'agit d'une décision prise par Saâd Dine El Otmani de relever l'âge d'accès au concours des enseignants contractuels à 50 ans, chose à laquelle s'est opposé Amzazi, avant de se rétracter. Soyons clairs. Traçons d'abord les priorités du pays, qui croule sous le poids du chômage des jeunes, et rappelons que sur 250.000 lauréats de l'enseignement supérieur, l'Etat ne crée que 10% de ce chiffre en postes d'emplois.
La majorité du reliquat renforce les rangs des chômeurs qui cumulent en stock, à ce jour, quelque 1,5 million de personnes âgées de 25 à 30 ans. Comment un pays avec cette structure se permet-il de prolonger l'âge d'accès au concours public de 45 ans, déjà très élevé, à 50 ? Franchement, je suis dans l'incapacité de trouver un argument valable qui puisse justifier cette décision.
Le comble est que le ministre de tutelle s'y est farouchement opposé, mais on ne sait si c'est par conviction ou seulement pour protester contre son chef qui l'a royalement ignoré en y pensant, ne serait-ce que par une consultation protocolaire. Et puis, sur un autre registre, que fait un ministre de tutelle s'il est le dernier à apprendre la mise en œuvre d'actions entrant dans son champ d'action? Un ministre, faut-il le rappeler au chef de gouvernement, est le responsable politique de la stratégie à mener dans son secteur et des mécanismes à déployer pour atteindre les objectifs escomptés. Ce n'est certes pas un haut fonctionnaire ou un super directeur chargé de l'exécution et de la mise en œuvre. Cet incident, que d'aucuns pourraient juger minime, est révélateur de bien des choses...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.