Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Spoliation: un juriste harcelé en France!    Casa-Settat: Le wali Ahmidouch anticipe l'après-confinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Covid19: 81 nouveaux cas ce jeudi à 18H00    Article 1062894    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    «Dire non ne suffit plus»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam
Publié dans Les ECO le 21 - 11 - 2019

Le dossier le plus attendu de cette session de la Cour d'assises de Bamako a été examiné à savoir l'assassinat de l'imam Abdoul Aziz Yattabaré pour lequel Moussa Guindo est inculpé. L'audience a été présidée par le magistrat Faradji Baba, assisté de Mamadou Sylla Diakité et Samba Tamboura. Le banc du ministère public était occupé par Karamoko Diakité, premier substitut du procureur général près la Cour d'appel de Bamako.
Mardi, le jeune homme, accusé d'avoir assassiné un imam à Bamako en janvier dernier, a été condamné à la peine capitale. Cette condamnation a été réclamée par des centaines de personnes, dont des membres d'associations de musulmans qui ont manifesté devant le tribunal pour motiver la condamnation à mort du prévenu.
Il n'a fallu que quelques heures d'audience pour que le tribunal prononce la peine de mort pour Moussa Guindo, qui a reconnu l'assassinat perpétré contre l'imam Abdoul Aziz Yattabaré. Le 19 janvier dernier, alors que l'imam se rendait à la mosquée, Moussa Guindo l'a sauvagement abattu, la défense à mis en avant la déficience mentale de l'accusé, mais ce réquisitoire n'a pas convaincu les juges qui ont requis la peine capitale.
Moussa Guindo a clairement reconnu les faits durant l'enquête préliminaire et devant le magistrat instructeur. Il est d'ailleurs allé se présenter lui-même au commissariat du 3e arrondissement qui a immédiatement ouvert une enquête sur instruction du procureur de la république.
L'accusé a assumé avoir pris l'initiative d'assassiner l'imam Abdoul Aziz Yattabaré, en plus des leaders religieux, à savoir, Chérif Ousmane Madani Haïdara et l'imam Mahmoud Dicko ainsi que le président de la république.
Quant à l'imam assassiné, Moussa Guindo a fait savoir que sa décision de le tuer avait été prise une semaine avant de passer à l'acte. Son projet aurait «tardé parce que l'imam ne venait pas un moment à la mosquée», a-t-il révélé.
Le public présent lors de l'audition n'a pas caché sa joie lors de l'annonce du verdict, dès l'ouverture de l'audience les centaines de personnes présentes ont demandé la «peine de mort pour l'assassin». Les faits reprochés par le tribunal sont l'assassinat, crime de torture, outrage envers les dépositaires de l'autorité ou de la force publique. D'où son renvoi devant les jurés de la Cour d'assises pour être jugé conformément à la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.