Pegasus, médiatus, propagus    Evolution du coronavirus au Maroc. 8995 nouveaux cas, 606.871 au total, jeudi 29 juillet 2021 à 16 heures    Vaccination anti-Covid: Des équipes médicales militaires appuient les efforts du ministère de la Santé    Le Malawi ouvre un consulat à Laâyoune    FEC-AFD: un prêt de 200 millions d'euros pour appuyer la convergence et la résilience des territoires du Royaume    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.243 personnes    Tunisie : Saïed veut récupérer 13,5 milliards de dinars « pillés aux Tunisiens »    Climat : le Royaume-Uni risque de dépasser les 40°C en été, selon un rapport local    SM le Roi adresse samedi un discours à la Nation à l'occasion de la Fête du Trône    Double meurtre à Casablanca : un multirécidiviste arrêté    L'Opinion : 22 ans d'activisme Royal multidimensionnel    Au Gabon, le parc d'Ivindo classé au Patrimoine mondial de l'Unesco    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Le Maroc, un allié important de l'UE dans la lutte contre le crime transfrontalier (Ambassadeur de l'UE)    Casablanca. Decathlon inaugure son plus grand magasin en Afrique    Arrestation en Grèce d'un Marocain affilié à Daech    Nos Voeux    Sport national: Des performances en dents de scie    Les Marocains Assmaa Niang (judo) et Abderrahim Moum (haltérophilie) éliminés d'entrée    Acteurs de l'affichage publicitaire urbain. une citoyenneté chevillée à l'âme    Automobile. Les exportations à leur meilleur niveau    Mi-2021, les investissements étrangers sont restés importants au Maroc    Attijariwafa bank élue «Meilleure banque au Maroc en 2021» par Euromoney    Signature de deux accords de partenariat pour promouvoir les droits des personnes en situation de handicap    Covid-19 : l'Algérie à court d'oxygène, le régime pointé du doigt    Génocide : l'enquête en Espagne contre Brahim Ghali classée sans suite pour cause de prescription    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Elections générales 2021 : La HACA présente aux opérateurs audiovisuels ses recommandations    Position américaine sur le Sahara: le gros mensonge de l'APS !    JO-2020: vingt athlètes recalés après avoir échoué aux standards des contrôles antidopage (AIU)    La CAF sanctionne financièrement Al Ahly (8000 dollars)    L'hôpital de campagne du Royaume à Manouba opérationnel : Un signal fort de l'amitié maroco-tunisienne    Officiel : Yair Lapid inaugurera la mission israélienne au Maroc en août    Une provocation algérienne irrite les internautes    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    La CGEM tient son Conseil d'administration et son Conseil national de l'entreprise    Tunisie : le patron de la chaîne nationale démis de ses fonctions    CAN-2021 : le tirage au sort reporté au 17 août à Yaoundé    Transfert : Malongo, 3ème meilleur transfert financier dans l'Histoire du football national    Les confessions de Faouzi Benzarti après la fin de la saison : « L'angle de vision du responsable technique est différent de celui des autres »    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Décompensation du sucre et de la farine dès 2022    Covid-19 : Une augmentation de 50% des contaminations chaque semaine    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    Le plus ancien Acheuléen de l'Afrique du Nord découvert à Casablanca    Scène artistique actuelle : La FNM présente ses acquisitions en partenariat avec le ministère de tutelle    JO-2020 : Les Marocains Assmaa Niang (judo) et Abderrahim Moum (haltérophilie) éliminés    Maroc : découvertes de vestiges archéologiques majeurs à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Institut français du Maroc : le post-Covid-19 sera digital !
Publié dans Les ECO le 20 - 10 - 2020

L'Institut français du Maroc fait une rentrée en force avec une programmation numérique pour défier les restrictions sanitaires liées à la pandémie. Littérature, débats, expositions… un menu très riche à «consommer» virtuellement.
«La culture est plus que jamais indispensable, et l'Institut français (IF) du Maroc travaille avec ses partenaires marocains pour soutenir le secteur de la culture, vital pour nos sociétés», commence Clélia Chevrier Kolako, conseillère de la coopération et d'action culturelle et directrice générale de l'Institut français du Maroc. Pour ce faire, l'institut, après des mois d'absence, a donné, jeudi dernier, une conférence de presse face à un comité de journalistes restreint afin de relancer une saison culturelle freinée par la pandémie. L'idée est d'innover, de contourner le virus, de chercher des options pour faire vivre la culture. Et la solution ultime est numérique.
À distanciation physique, numérisation culturelle
Le rapprochement est interdit. Le virus circule. Comment faire quand culture rime avec réunion et association ? En attendant un retour à la normale, il s'agit de trouver une alternative. «Le numérique. C'est la possibilité de présenter des versions en ligne d'évènements majeurs comme la «Nuit des philosophes» ou de programmer des rencontres littéraires avec de grands écrivains francophones du monde entier, malgré les contraintes existantes sur la mobilité», précise la directrice générale de l'IF. Un programme musclé a été élaboré avec Expo I-Maroc où la photographie et l'animation ne font qu'un: Novembre numérique, un rendez-vous qui questionne la place du monde virtuel dans la société, le cycle Littératures en francophonie, tournée virtuelle d'auteurs francophones, à l'instar de Youssouf Amine Elalamy ou encore Andreï Makine, sont ainsi au menu. La célèbre Nuits des philosophes revient pour une 7e édition en novembre sous un autre format et avec un thème qui fait écho à ce que l'on vit : «Passerelle vers un nouveau monde». «La particularité de cette situation que nous vivons n'a pas pour vocation de nous séparer comme les guerres ou les attentats, mais elle nous questionne ensemble en tant qu'humains sur notre existence sur terre. Il nous a donc paru normal de faire évoluer un évènement que nous avons initié le Chant des colibris, un évènement co-citoyen pour tenter d'apporter une réponse, une invitation à réfléchir à ce que pourrait être le monde de demain».
C'est ainsi qu'est né Demain dès aujourd'hui, un rendez-vous éco-citoyen qui s'inscrit dans la continuité du Chant des colibris, initié par le mouvement Colibri de Pierre Rahbi et Cyril Dion. Un évènement qui tentera de mener une réflexion sur les changements que la situation actuelle impose, les questionnements et enjeux y afférents, et de réunir les citoyens, associations et acteurs de la société civile autour d'intellectuels pour initier le débat. En format vidéo, les débats seront modérés par la journaliste et animatrice Hanane Harrath avec notamment la sociologue Fattouma Djerrari Benabdenbi autour de «L'amour de la terre, le souci de l'homme» le 22 octobre, ou avec le designer qui pense son art dans le contexte de l'espace public, Ruedi Baur, le 5 novembre. La professeure en philosophie Jeanne Bugart s'attaquera à «L'éco-féminisme: principes et actions» le 3 décembre. Le philosophe et sociologue Frédéric Lenoir sera au rendez-vous «Pour une révolution des consciences», le 22 novembre. La chanteuse Oum pensera demain avec «Ghedda men daba» avant de laisser la place à Arnaud Maurières, paysagiste, avec «Eloge de l'aridité, un autre jardin est possible» . Des rencontres vidéo ponctueront la saison culturelle octobre–novembre-décembre de Rabat à Agadir, en passant par Casablanca, Fès, Kénitra, Meknès, Tanger, Tétouan et Oujda. Le tout, accompagné d'une exposition inédite de Ruedi Baur, tout droit sortie de son carnet de confinement. À un déconfinement culturel... 
Jihane Bougrine / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.