Marhaba 2021: le roi Mohammed VI demande un dispositif spécial d'accompagnement    L'Algérie retire l'accréditation à France 24    Blue Origin. Un milliardaire a déboursé 28 millions de dollars pour être avec Jeff Bezos    Le Raja s'incline contre Berkane et perd du terrain pour la première place    Djokovic-Tsitsipas: les meilleurs moments de la finale (VIDEO)    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Hamid Fettah, nouveau coordinateur de l'Istiqlal à Fès    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Botola / HUSA-WAC (3-5) : Un match renversant au score renversé !    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »
Publié dans Les ECO le 17 - 05 - 2021


Abdou Diop. Managing Partner de Mazars au Maroc
Comment se porte le secteur de l'audit au Maroc ? Est-ce que ce qui s'y passe va dans le même sens que les résultats de l'étude que vous avez réalisée, c'est-à-dire un besoin de réformes et d'amélioration ?
Compte tenu des mutations que nous vivons, que ce soit au niveau national et international, le marché de l'audit ne peut qu'évoluer pour mieux répondre aux différents besoins et attentes des clients. Nous avons une responsabilité pour l'améliorer. Certes, sur un plan purement législatif, il n'y a pas eu de changements majeurs au Maroc comparativement à des pays européens par exemple où la réforme de l'audit engagée depuis quelques années a apporté son lot de nouveautés. Par contre, notre marché a évolué dans le sens où l'auditeur n'est plus considéré comme une personne certifiant seulement des comptes ; il est bien plus que cela. Il est un partenaire de choix pour l'entreprise, qui l'accompagne pour aller au-delà des chiffres. La transparence financière exigée par les marchés nous conduit également à œuvrer pour l'atteindre tout en donnant des informations justes et fiables et en élaborant des rapports extra-financiers. Nous n'attendons pas qu'il y ait des normes ou des obligations pour le proposer à nos clients. Nous anticipons l'avenir. La technologie n'est pas en reste. Elle apporte une valeur ajoutée aux processus d'audit. Elle modifie le rôle de l'auditeur, crée de nouvelles opportunités et constitue un levier important pour l'évolution de notre métier. Cependant, elle ne nous remplace pas. Les conclusions de l'étude que Mazars a réalisée sur l'avenir de l'audit dans plusieurs pays dont le Maroc nous confortent alors dans tous les changements qui s'opèrent progressivement sur notre marché, à savoir que la technologie est importante, que les compétences des auditeurs vont au-delà de leur expertise (compétences comportementales souhaitées), que l'audit dépasse l'élaboration d'un «simple» reporting financier et que les services sont plus élargis, etc.
À votre avis, qu'elle est l'attente majeure des entreprises marocaines en matière d'audit ?
Les attentes sont les mêmes quel que soit le lieu où les entreprises sont basées. Les entreprises ont besoin d'auditeurs qui les accompagnent, qui développent des services plus étendus que la certification des comptes elle-même, de réactivité et proactivité, de transparence et de communication. Des auditeurs qui apportent des réponses adaptées aux attentes, qui vont au-delà des enjeux de conformité pour contribuer à la maîtrise des risques et éviter les mauvaises surprises.
Les entreprises marocaines sont-elles aujourd'hui prêtes pour le co-commissariat aux comptes pour lequel l'étude affiche un vrai engouement ?
Selon les conclusions de l'étude menée par Mazars, le co-commissariat aux comptes est très bien compris et même demandé. Les sociétés le considèrent comme un moyen d'améliorer les audits, de conforter la confiance dans les rapports financiers et de renforcer l'indépendance de l'auditeur. D'ailleurs, je voudrais préciser que le co-commissariat aux comptes existe déjà au Maroc pour les sociétés cotées ou faisant appel public à l'épargne ainsi que les secteurs régulés (établissements de crédit, assurance, etc). Nous gérons diverses missions dans ce sens avec nos confrères et cela se passe très bien.
Aziz Diouf / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.