Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    L'étape actuelle exige une implication de tous    Déclaration de la Contribution Professionnelle Unique (CPU) : la date limite, c'est avant le 1er avril 2021    La réduction des écarts d'activité entre les hommes et les femmes entrainerait un accroissement du PIB    Mercedes-Benz Classe C : la grande classe    Change. Le dirham s'apprécie face à l'euro du 25 février au 3 mars    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    Le Maroc reçoit 500 000 doses de vaccin de la Chine    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    L'égalité des genres au centre des efforts de relèvement de la crise    La femme, au cœur du développement!    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Google ne se servira plus des cookies pour la publicité    Sebta et Mellilia: quelles alternatives pour mettre fin à la contrebande ?    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    LDC Afrique: Le WAC bat Horoya Conakry et prend la tête de son groupe    RSB-FAR (1-2) : Les Militaires confirment leur ascension !    Présidence de la CAF: un candidat se retire de la course    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 6 mars    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Une influenceuse marocaine attaquée sur la Toile à cause de Saad Lamjarred (VIDEO)    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Suède: Ibrahimovic de retour en sélection ?    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Hervé Renard: ses maîtres chanteurs condamnés à de la prison ferme    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    Armée américaine et insurgés du Capitole    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aâtimad Zahidi, une parlementaire nouvelle génération | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 23 - 08 - 2012

Elle est la plus jeune femme parlementaire du Maroc. Députée du PJD, Aâtimad Zahidi fêtera bientôt ses 29 ans, mais aussi son parcours politique de dix ans. Portrait d'une success-story pas comme les autres.
Aâtimad Zahidi est députée PJD dans la circonscription de Skhirat-Témara.
Elle ne s'imaginait pas devenir parlementaire, mais les élections en ont décidé autrement. De cette nuit blanche, attendant les résultats du scrutin, Aâtimad Zahidi se rappellera toute sa vie. « Dans la circonscription électorale locale de Skhirat-Témara, le PJD avait l'habitude de ne décrocher qu'un seul siège. J'étais seconde sur la liste et donc je ne m'attendais pas du tout à être élue. Mais lorsqu'on a annoncé que le PJD a obtenu deux sièges, j'ai été presque choquée. J'avais la gorge nouée et les larmes aux yeux », raconte la jeune députée du PJD. À peine 28 ans, Aâtimad devient la plus jeune femme députée à la Chambre des représentants.
Tout a commencé par La mémoire d'un roi
Comme le veut le règlement du PJD, les candidats aux élections, quelles qu'ils soient, sont proposés par les responsables du parti et validés au niveau régional puis par le secrétariat général. « Lorsque mon parti m'a informée qu'il a proposé ma candidature sur la liste locale de Skhirat-Témara, j'ai été vraiment surprise », confie-t-elle. Mais pour le PJD, cette candidature est tout à fait justifiée par le parcours exceptionnel de la jeune femme originaire d'Errachidia. Aâtimad est ingénieur en informatique et prépare actuellement un Master en finances. Son intérêt pour la politique, lui, remonte à son enfance. «Dans ma famille, on avait une tradition, celle de débattre régulièrement de la situation politique. Nous aspirions, comme l'ensemble des Marocains au changement», explique la jeune femme qui, pour étancher sa soif, dévorait les livres biographiques et les récits politiques. « Mon premier livre de chevet a été La mémoire d'un roi. Il a suscité mon appétit pour ce genre de lecture et, depuis, ma gourmandise n'a fait que grandir », révèle-t-elle. La curiosité a évolué au fil du temps pour se transformer en volonté de participer à la vie politique surtout après l'avènement du gouvernement El Youssoufi. « Le gouvernement de l'Alternance a représenté un espoir de changement et l'opposition, à l'époque, a particulièrement retenu l'attention des Marocains », estime-t-elle.
Parcours politique
Parceque la volonté n'attend pas le nombre d'années, Aâtimad Zahidi a décidé de rallier ce parti vedette de l'opposition, le PJD. «Je suis allée au siège du PJD à Témara où j'habitais. J'ai rempli le formulaire avant de le donner au responsable du parti Moh Rejdali. Il m'a regardée et m'a dit : « Tu dois être une révoltée ! », se souvient-elle, esquissant un large sourire. À 18 ans, elle était déjà la plus jeune à s'inscrire au parti où elle constituera avec plusieurs autresmembres de la jeunesse de la justice et du développement. On l'a toujours prise pour une révoltée, mais elle n'en avait pas réellement conscience. « Pour moi, l'important était de militer pour la moralisation de la politique dont le PJD est convaincu », tient-elle à préciser avant de reconnaître que son engouement politique a suscité un bouleversement dans sa vie. « Mon père avait peur que la politique m'éloigne de mes études. Il m'a même menacée de m'interdire toute activité d'ordre politique s'il constatait une baisse sur mon bulletin de notes. J'ai veillé sur l'organisation de mon emploi du temps et que les activités de la jeunesse du PJD soient réservées aux week-ends m'arrangeait amplement », reconnaît la jeune femme. Conférences, meetings, réunions, Aâtimad ne passe pas inaperçue par son don de persuasion de ses convictions. Membre du bureau régional du parti, la jeune femme est aussi conseillère municipale de Témara depuis 2009, membre de la commission centrale des élections du parti et du bureau national de la chabiba. Le couronnement de ce parcours a été son entrée au Parlement. Une mission que Aâtimad entame avec un seul regret, celui de la nécessité d'imposer un quota pour permettre aux femmes et aux jeunes d'exercer leur rôle politique.
Un quota pour le droit à la parole
Aâtimad Zahidi se serait mieux sentie si l'accès à la politique était celui de tous, que les jeunes et les femmes ne soient pas obligés de passer par des quotas pour pouvoir exercer un droit. Au Parlement, elle ne passe pas inaperçue par son sérieux et son assiduité. « Je ne prends rien à la légère. J'ai un engagement et une responsabilité à assumer, alors je ne ménage aucun effort pour y arriver», confie-t-elle. Très sollicitée par les associations féminines et les jeunes avec lesquels elle tient régulièrement des rencontres, elle tente d'en être la meilleure porte-voix au Parlement. Sa première question orale, d'ailleurs, s'est penchée sur le fléau du chômage, principale préoccupation des jeunes diplômés. Egalement membre de la commission parlementaire des Affaires étrangères, des affaires islamiques et des Marocains résidant à l'étranger, Aâtimad Zahidi commence à tracer son chemin. Vis-à-vis de l'opposition, elle ne mâche pas ses mots déclarant qu'elle ne dispose pas de matière consistante et reste uniquement avide de scandale.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.