Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Micro crédits : trois millions de bénéficiaires à l'horizon 2020 | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 15 - 10 - 2012

Après plus d'une année de travail pour l'élaboration d'une feuille de route pour le secteur de la microfinance, la Fédération nationale des associations de microcrédit a dévoilé lors du Symposium international sur la microfinance une stratégie nationale ayant des visées jusqu'au 2020.
Le président de la FNAM, Tarik Sijilmassi a souligné que « la stratégie nationale de la micro-finance doit créer 2 millions d'emplois à l'horizon 2020 ».
La tant attendue feuille de route du secteur de la micro-finance a finalement été dévoilée jeudi dernier lors d'un symposium organisé à Skhirat par la fédération nationale des associations de microcrédit (FNAM) et le Centre Mohammed VI de soutien à la micro-finance solidaire. Cette stratégie projette, à l'horizon 2020, de servir plus de 3 millions de bénéficiaires pour un montant global de crédits de 25 milliards de DH. « Des actions sont envisagées en faveur d'un maillage plus complet du territoire national avec une implantation prioritaire dans les zones de pauvreté, surtout en zones rurales », a indiqué Idriss El Azami El Idrissi, ministre délégué chargé du Budget, à l'ouverture du premier symposium international de la micro-finance au Maroc.
Un maillage essentiel
Le ministre a rappelé la place qu'occupe la micro-finance au sein du système financier marocain en tant que levier important de par le rôle qu'il joue dans l'inclusion financière, la lutte contre la pauvreté et l'insertion des populations économiquement faibles, à travers la création des emplois et des activités génératrices de revenu. Et de souligner que l'action des pouvoirs publics dans ce cadre se focalise autour de quatre principaux axes, à savoir l'élargissement du champ d'activités des associations de microcrédit, la mise en place d'incitations fiscales, le développement et la diversification des ressources financières mobilisées en faveur du secteur et le renforcement du cadre de sa supervision.
Pour le roi, dans une lettre lue par sa conseillère Zolikha Nasri, cette nouvelle stratégie marquera « une étape nouvelle dans le processus de consolidation du secteur de la micro-finance devenu un acteur agissant dans la lutte contre la pauvreté et l'exclusion financière des populations défavorisées ». Née il y a 20 ans, la micro-finance a le mérite de répondre aux besoins financiers des plus démunis et contribue, ainsi, à l'élargissement du champ d'inclusion financière de l'ensemble de la population et ce, grâce à l'implication des acteurs associatifs, aux interventions des bailleurs de fonds internationaux et aux encouragements et appuis financiers substantiels de l'Etat.
2 millions d'emplois
De son côté, le président de la FNAM, Tarik Sijilmassi, lors de son intervention, a souligné que « la stratégie nationale de la micro-finance doit créer 2 millions d'emplois à l'horizon 2020. Dans la décennie, le secteur de la micro-finance doit pouvoir servir 3,2 millions de bénéficiaires et générer ou financer 2 millions d'emplois à temps partiel additionnels ». Afin de concrétiser ces objectifs, une trajectoire en deux étapes s'impose, à savoir l'amélioration de l'efficacité du secteur et son évolution vers les meilleurs pratiques financières, précisant que ladite trajectoire repose sur 49 actions organisées autour de 7 leviers stratégiques, notamment l'amélioration de l'environnement institutionnel et concurrentiel, le ciblage des bénéficiaires et le développement de l'offre. Le président de la FNAM a indiqué que le secteur de la micro-finance, en mettant le cap sur ces objectifs, vise à combiner la création d'activités génératrices de revenus avec l'inclusion financière et sociale des citoyens démunis, et ce, dans le dessein de lutter contre la pauvreté. « Aujourd'hui, nous avons 900 000 bénéficiaires actifs. Au total, sur les vingt dernières années, plus de 40 milliards DH de microcrédit ont été accordés au profit de 4,5 millions de personnes, ce qui leur a permis de créer une activité génératrice de revenu », a indiqué Sijilmassi, ajoutant que les associations de microcrédit ont contribué jusqu'à présent à la création d'un million d'emplois au Maroc. Il a expliqué, au sujet de l'écart entre le nombre des crédits et celui des emplois créés, qu'« un microcrédit octroyé ne signifie pas nécessairement la création d'un emploi, puisqu'il faudrait retrancher les crédits non utilisés directement dans l'emploi ». En outre, Sijilmassi a souligné que le secteur continue d'investir dans le renforcement de ses capacités et la modernisation de ses structures, faisant état de plus de 50 millions DH investis en 2012 et 2013 dans des projets visant à « hisser les pratiques du secteur aux meilleurs standards internationaux ». Il a déploré, toutefois, que le statut des associations de microcrédit limite leur capacité à mobiliser des ressources financières importantes et à faible coût, à côté d'un cadre réglementaire qui ne permet pas de mobiliser la micro-épargne, évoquant la problématique de recouvrement due à des contraintes juridico-administratives.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.