Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Renault, Nissan et Mitsubishi Motors font de l'électrique le nouveau ciment de leur alliance    Projets de développement social et humain : l'Agence Bayt Mal Al Qods débourse un million de dollars    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    CAN 2021 : Le drame du stade d'Olembé, principal événement des huitièmes    CAN 2021 / Les Comoriens, les plus valeureux, les plus sympathiques en huitièmes !    Infantino affirme qu'un Mondial biennale pourrait empêcher la mort de migrants, ses propos choquent    CAN 2021 : Sofiane Boufal complète sa métamorphose avec coach Vahid    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Santé : un nouveau centre de santé à Sidi Moumen    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Le Maroc, « partenaire solide » sur lequel peuvent compter la France et l'Europe    USFP : les demandes de report et suspension rejetées, le 11e congrès maintenu    Le Canada prolonge sa mission de formation militaire en Ukraine    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Perturbations de l'approvisionnement en eau potable dans certains quartiers de Casablanca, Settat et Berrechid (ONEE)    Météo: fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces du Royaume    Lancement du MCRDV pour encourager la recherche scientifique agricole    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    La Bourse de Paris recule après la Fed    Khouribga : Report au 28 mai prochain de la 22ème édition du Festival International du Cinéma Africain    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    Lutte contre le changement climatique : L'ONU salue le leadership du Maroc    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 27 janvier    Glencore et Managem : un partenariat pour produire du cobalt à partir de batteries recyclées    CAN 2021: la CAF change le lieu et l'horaire de Maroc-Egypte    Province de Taroudant : visite de projets agroalimentaires et de développement agricole et rural    UA : Le Maroc réitère son attachement à la solidarité africaine pour éradiquer la pandémie de la COVID-19    Chutes de neige et averses au Royaume ce jeudi 27 janvier    L'espoir s'amenuise pour retrouver des migrants ayant chaviré au large de la Floride    CAN 2021 : Les Lions de l'Atlas se sont entrainés sans Nayef Aguerd    Après la France, le siège du Parlement andalou accueille une réunion de soutien au Polisario    Le PAM, membre du gouvernement, plaide pour la réouverture des frontières    Casablanca : Report de l'audience d'un universitaire soupçonné de harcèlement sexuel    "أحسن Pâtissier": La saison II est lancée, (re) vivez le Premier prime en Replay    Report du Festival international du cinéma africain de Khouribga au 28 mai prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nord- Mali : l'UE pour une réponse rapide | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 17 - 10 - 2012

Pour sortir du bourbier nord-malien, l'Union européenne préconise une réponse rapide. Elle a demandé le lancement d'une mission militaire pour réorganiser et entraîner l'armée malienne.
Catherine Ashton, Chef de la diplomatie européenne.
Face à la situation actuelle, l'Union Européenne préconise une réponse rapide. « L'UE est convaincue de la nécessité d'apporter une réponse rapide aux défis sécuritaires et à la menace terroriste au Mali dans un cadre à définir par le Conseil de sécurité des Nations unies » ont soutenu les ministres des Affaires étrangères des 27 pays de l'Union Européenne, lundi, lors d'une réunion au Luxembourg. Pour rappel, le Conseil de sécurité a donné 45 jours à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et à l'Union Africaine pour préciser les modalités d'une intervention militaire dans le nord du Mali, tout en invitant le gouvernement malien et les rebelles touaregs à négocier une solution politique. « L'Union européenne a clairement décidé de s'engager pour le Mali et pour le Sahel. Le Conseil a demandé la préparation d'une mission militaire pour réorganiser et entraîner l'armée malienne », a déclaré Laurent Fabius, chef de la diplomatie française à l'issue de la réunion. Préconisant l'approfondissement de la coordination avec les partenaires clés du Mali, en vue d'accroître l'efficacité de l'appui au processus de transition dans le pays, l'UE s'est dite favorable à la réunion du Groupe d'appui et de suivi sur la situation au Mali, qui se tiendra vendredi, à l'initiative de l'Union africaine (UA) et en consultation avec l'ONU et la CEDEAO. Les ministres des Affaires étrangères des 27 pays de l'UE ont affirmé leur détermination à soutenir les efforts nécessaires pour résoudre la crise malienne. Selon Paris, qui a pris les devants, une intervention militaire est possible dans les semaines à venir.
Paris entre le marteau et l'enclume
C'est ce qu'a affirmé hier le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, interrogé par France 2 sur le moment où pouvait avoir lieu une telle intervention. « C'est une question de quelques semaines, pas plusieurs mois » a-t-il assuré, qualifiant le Nord-Mali de sanctuaire du terrorisme. Selon le président français, François Hollande, les deux devoirs de la France dans cette situation sont : libérer les otages français (six au total) et libérer le Mali des terroristes. Un message qui n'est pas du goût des islamistes armés, maîtres absolus de la région. Depuis, ils ont multiplié les menaces de mort à l'encontre du chef d'Etat français et aussi menacé d'exécuter les otages en cas d' « attaque » de la France. Force est de souligner que Paris a déjà déployé une unité dans la sous-région, en vue de former les forces africaines devant prendre part à cette intervention militaire. Bon nombre d'acteurs de la société civile malienne ont salué la détermination de François Hollande.
La Chine veut apporter sa contribution
Lors d'une conférence de presse samedi, le président de l'Alliance des générations démocratiques du Mali(AGDM), Dramane Diarra, a salué le courage politique du président français pour avoir défendu la cause du Mali au Conseil de sécurité de l'ONU. Selon lui, les autorités maliennes n'ont entrepris jusque-là « aucune action majeure allant dans le sens de la réalisation des deux missions principales qui leur ont été assignées, à savoir la reconquête rapide du Nord et l'organisation d'élections libres, transparentes, apaisées et acceptées de tous les Maliens ». L'AGDM a appelé le Mali à n'accepter aucune négociation avec le mouvement touareg MNLA, qui avait proclamé l'indépendance du Nord au début de la crise. L'autre point essentiel reste la divergence entre Paris et Alger, qui partage une frontière avec le Mali. Les autorités algériennes sont favorables à une solution négociée. Alger craint qu'une telle opération à proximité de ses frontières n'ait des répercussions sur son territoire. L'Algérie veut tout faire pour inclure le groupe Ansar Dine dans ces négociations, alors que Paris le considère comme terroriste, au même titre que le Mujao et Aqmi. La Chine, pour sa part, entend également apporter sa pierre à l'édifice. Le représentant spécial du gouvernement chinois pour les Affaires africaines, Zhong Jianhua, est d'ailleurs attendu aujourd'hui à Bamako pour une visite de travail de trois jours. Au cours de son séjour, le haut responsable chinois s'entretiendra avec les autorités maliennes sur les moyens de régler les choses. S.R.A.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.