Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mères célibataires : INSAF à l'heure du bilan
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 02 - 2013

Le programme de lutte contre l'abandon des enfants nés hors mariage initié par l'Association INSAF avec l'appui financier de la Fondation Drosos, il y a 5 ans de cela, a pris fin. L'heure est aujourd'hui au bilan. L'ONG lance une étude d'évaluation pour apprécier l'impact de ce programme sur la vie des mères célibataires et de leurs enfants. Les objectifs du programme ont-ils été atteints ? Quelle est la situation post-prise en charge des bénéficiaires de ce programme ? Quels sont les changements intervenus dans la situation du couple « mère-enfant » ? Les mères célibataires ont-elles réussi à développer leur autonomie ? Les actions menées ont-elles réussies à convaincre les mères célibataires à maintenir leurs bébés avec elles au lieu de les abandonner ? L'étude devra répondre à ces questions entre autres pour déterminer les facteurs de réussite du programme à consolider ou les lacunes à combler. Elle permettra ainsi « d'améliorer la gestion des futures interventions ou le développement de nouvelles politiques et de stratégies d'intervention d'INSAF pour la prévention de l'abandon des bébés ».
Une réinsertion sociale et professionnelle pour les mères
Il faut dire que le phénomène des mères célibataires au Maroc a pris de l'ampleur. De 2003 à 2009, 210 343 femmes célibataires ont donné naissance à au moins 340 903 enfants. «La situation est alarmante et nécessite une action urgente de la part du gouvernement pour prévenir ce phénomène», ne cesse de revendiquer les acteurs associatifs. La société civile à elle seule ne peut pas résoudre ce problème. « De nombreuses femmes, souvent très jeunes, voient leurs vies détruites lorsqu'elles se savent enceintes, hors mariage. Rejetées par leur famille, exclues de la société, ces jeunes « mères célibataires » envisagent parfois le suicide, l'abandon de leur bébé, voire l'infanticide », regrette INSAF, qui fait de la lutte contre la discrimination et l'exclusion des femmes et leurs enfants son cheval de bataille. Créée en 1999, INSAF concentre son intervention sur trois champs d'action à savoir la prévention de l'abandon des enfants nés hors mariage par leur protection contre l'abandon, l'adoption sauvage, voire l'infanticide, en leur donnant la chance de grandir dans un milieu sain avec leur maman et dans le respect de leurs droits. L'ONG soutient les mamans à travers leur réinsertion sociale et professionnelle. Les mères célibataires bénéficient d'une formation qui leur permet d'apprendre un métier et de travailler pour obtenir leur autonomie financière. Une démarche qui leur permettra de prendre en charge leurs bébés. INSAF offre ainsi un projet de vie aux mères célibataires et à leurs enfants. Au cours d'une période déterminée, l'association prend en charge les mères célibataires et leurs enfants en leur proposant un espace, un lieu et du temps, un niveau de protection et de prévention de risques. Un chiffre éloquent : depuis sa création, INSAF a pris en charge plus de 10 000 mères célibataires.
L'ONG réclame la suppression de l'article 490 du code pénal
Le deuxième axe d'intervention de l'association INSAF est la lutte pour l'éradication du travail domestique des filles âgées de moins de 15 ans par leur prise en charge et leur réinsertion en famille et à l'école. Les militantes de l'association vont à la rencontre des parents pour les sensibiliser aux dangers du travail domestique et à l'importance de la scolarisation de leurs enfants en particulier pour les petites filles. Le troisième axe d'intervention de INSAF est le plaidoyer pour la défense et l'amélioration des droits des femmes et des enfants. L'ONG plaide surtout pour l'amélioration du cadre législatif relatif à la mère célibataire et son enfant. Elle réclame entre autres la suppression de l'article 490 du code pénal ou sa révision en introduisant « une immunité » à la mère célibataire. « Sont punies de l'emprisonnement d'un mois à un an, toutes personnes de sexe différent qui, n'étant pas unies par les liens du mariage, ont entre elles des relations sexuelles », stipule l'article 490. Cet article est jugé discriminatoire au niveau des poursuites engagées à l'encontre des femmes, lesquelles, par leur grossesse, prouvent une sexualité hors mariage, l'homme pouvant y échapper lorsqu'il nie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.