Indemnité pour perte d'emploi : près de 14.000 bénéficiaires depuis le début de l'année    Le groupe Medi1 s'allie au centre de recherches africain Timbuktu Institute    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    CHAN / Cameroun 2021: 5 arbitres marocains convoqués    Covid-19: voici le premier pays européen à approuver le vaccin Pfizer/BioNTech    Vaccin anti-Covid-19, mode d'emploi pour les Marocains    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 2 décembre    LDC: le Real Madrid s'incline face au Shakhtar Donetsk (VIDEO)    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Covid-19: le Maroc s'approche des 6.000 décès    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    El Otmani met en évidence l'élan de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Message du roi Mohammed VI au président roumain    L'OMS promet de tout faire pour connaître les origines du Covid-19    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Mission française : Le port du masque obligatoire pour tous les élèves dès le CP    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amazighe : la loi traîne toujours
Publié dans Le Soir Echos le 23 - 07 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / featured / Amazighe : la loi traîne toujours
La société civile amazighe se mobilise pour l'opérationnalisation de l'officialisation de la langue amazighe. Une pétition vient d'être lancée sur Internet par des citoyens pour recueillir 1 million de signatures. La pétition sera ensuite adressée aux différentes institutions publiques et organisations pour défendre leur cause. Cette action de plaidoyer-lobbying vise à faire pression sur le cabinet de Benkirane pour accélérer le processus de mise en œuvre de l'officialisation de la langue amazighe, reconnue par la Constitution en tant que langue officielle de l'Etat. Les signataires critiquent le retard accusé dans la préparation de la loi organique relative à l'officialisation de la langue amazighe devant définir les méthodes d'intégrer cette langue dans la vie publique. Certes, le Chef de Gouvernement s'est engagé à concrétiser ce projet. Il a même soutenu qu'il en fait une priorité. Toutefois, rien dans l'horizon. Depuis plus d'un an et demi, la loi organique sur la langue amazighe se fait toujours attendre. Quelles sont les raisons de ce blocage ? Pour Ahmed Boukous, recteur de l'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), « ce retard accusé dans la préparation de la loi organique relative à la langue amazighe ne se justifie pas». « Le Chef de Gouvernement avance que de nombreux lois organiques sont en préparation. Nous lui avons demandé de consulter au préalable les institutions en rapport avec la langue amazighe et les organisations de la société civile pour écouter les différentes propositions et les coordonner avant de les soumettre au pouvoir législatif », indique Boukous, avant de poursuivre : « Le travail accompli par l'IRCAM il y a de cela 10 ans peut nous aider à économiser du temps pour l'élaboration de la loi organique. Si le chef de Gouvernement donne son aval, une équipe ad hoc sera formée pour passer à l'action. Tous les partenaires sont prêts pour participer à ce travail ». Pour rappel, le 1e juillet dernier, l'IRCAM a organisé un symposium national autour de «l'officialisation de l'amazighe dans la Constitution marocaine: quelles stratégies et quelles mesures». Des personnalités de premier rang étaient présentes dont Abdellatif Manouni, Conseiller du Roi en charge du dossier de l'officialisation de la langue amazighe, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et le président de la Chambre des représentants, Karim Ghellab. « Le symposium vise à débloquer le processus de mise en œuvre de l'officialisation de la langue amazighe. L'IRCAM s'est adressé à ces différentes personnalités pour leur demander de conjuguer leurs efforts pour que la loi organique soit promulguée dans les meilleurs délais », affirme Ahmed Boukous. Ce symposium intervient trois mois après la dernière note envoyée par le recteur de l'IRCAM au Chef de Gouvernement. « Nous avons envoyé une note au Chef de Gouvernement il y a de cela trois mois dans laquelle nous avons précisé la portée de cette loi organique relative à la langue amazighe et la nécessité de la mettre en œuvre dans les meilleurs délais », rappelle le recteur de l'IRCAM. Les appels à la promulgation de la loi organique se multiplient que ce soit de la part de l'institution officielle chargée de la promotion de la langue et la culture amazighe (IRCAM) ou de la part des organisations de la société civile.
Un débat nationale sur la question amazighe
Pour les acteurs amazighes, la question revêt un caractère d'urgence, surtout après l'interdiction de la langue amazighe au Parlement. Pour rappel, en 2012, la députée du Rassemblement National des Indépendants (RNI), Fatima Tabaamrant de son vrai nom Fatima Chaho, a posé en tamazight une question orale au ministre de l'Education nationale à la Chambre des représentants. La démarche de la députée a suscité une vive polémique. Depuis, le débat autour de l'usage de la langue amazighe au Parlement et dans les différentes institutions et administrations publiques fait rage. L'élaboration d'une loi organique définissant les méthodes d'intégration de la langue amazighe dans la vie publique devient une urgence. Les militants berbères exigent d'abord l'organisation d'une rencontre nationale autour de la question. Le chef du gouvernement a promis d'adopter une approche participative dans l'élaboration de ce texte de loi. Cependant, aucune action n'a été entreprise dans ce sens à ce jour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.