Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Edito : Ramed, mort clinique?    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    Intelligence en entreprise : SAP affiche ses ambitions pour l'Afrique francophone depuis Casablanca    Mercedes-Benz GLS: Limousine de franchissement    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    850.000 MRE y sont attendus…    23e édition Caftan: Des créations audacieuses inspirées du monde antique    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    Bon début d'année pour le groupe Maroc Telecom    La FDT boycotte le 1er Mai    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Les avocats plaident pour une réforme de fond    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Ziyech convoité par les Merengue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé
Publié dans Libération le 26 - 03 - 2019

Issu d'une famille de pêcheurs de perles, le Qatari Nasser Al-Khelaïfi incarne depuis 2011 un Paris SG haut de gamme, tourné vers l'international, mais cet ancien tennisman de 45 ans, discret pour ne pas dire secret, a perdu de sa superbe et semble fragilisé après un nouvel échec en Ligue des champions et une accumulation d'affaires extra-sportives.
Pointé du doigt après l'élimination du Paris SG par Manchester United début mars en 8e de finale de la C1, le dirigeant qatari, également patron de la chaîne beIN Sports, fait face à un nouveau front judiciaire.
Il a en effet été entendu mercredi à Paris sur des versements d'une société qatarie qui alimentent des soupçons de corruption au sein de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF). En cause notamment la candidature du Qatar aux Mondiaux 2017, finalement attribués à Londres, mais dont l'édition 2019 se déroule sur son sol. Nasser El-Khelaïfi clame son innocence.
Il s'était déjà retrouvé dans le collimateur de la justice suisse à l'automne 2017 quand les bureaux parisiens de sa chaîne BeIN Sports avaient été perquisitionnés dans le cadre d'une enquête portant sur l'attribution de droits média pour les Coupes du monde de football.
Et même s'il est entré au comité exécutif de l'UEFA début février, l'ombre du fair-play financier, prôné par l'instance européenne, plane toujours sur le club parisien, malgré la décision cette semaine du tribunal arbitral du sport (TAS) d'annuler le réexamen du dossier PSG par l'instance européenne.
Autant d'affaires qui commencent à sérieusement écorner l'image de "NAK", très rare dans les médias, toujours souriant en public, dans d'impeccables costumes en Europe ou dishdashas au Moyen-Orient.
Lisse devant les caméras, l'homme est décrit comme inflexible en affaires. Seul point faible entendu dans l'entourage du PSG, dont il est le patron depuis 2011, date du rachat du club par le fonds souverain du Qatar, il donnerait "trop de pouvoirs à certains joueurs".
Pour le reste, il sait trancher comme le montre le débarquement sans ménagement à l'été 2016 de son entraîneur Laurent Blanc dans la foulée d'un cuisant revers face à Manchester City en Ligue des champions, un club détenu par un membre de la famille royale d'Abou Dhabi, un rival du Qatar.
Quand son club a été humilié l'année suivante en Ligue des champions par Barcelone (la fameuse "remontada"), il n'a pas touché à Unai Emery mais a fait exploser les records en matière de transferts avec Neymar, joueur le plus cher de l'histoire, et Mbappé, venu lui pour un montage financier à 180 M EUR.
Et si "NAK" entretient une relation privilégiée avec l'Emir du Qatar, nourrie par une passion commune pour le tennis et le football, la patience de ce dernier pourrait atteindre ses limites après deux nouvelles déconvenues en C1, face au Real Madrid l'an dernier et surtout le nouvel accident industriel contre Manchester United en début de mois (défaite 3-1 au Parc des Princes synonyme d'élimination malgré une victoire 2-0 à l'aller).
Le foot est un enjeu majeur pour son pays qui avait obtenu l'organisation du Mondial-2022 de football. Mais le Sunday Times a révélé début mars l'existence d'un contrat secret passé entre la Fifa et la chaîne de télévision Al-Jazeera, propriété de Doha, trois semaines avant le vote remporté en 2010 par le Qatar à la barbe des Etats-Unis, de la Corée du Sud et du Japon, également candidats à l'organisation de cette Coupe du monde.
L'entrée de Nasser Al-Khelaïfi le mois dernier au comité exécutif de l'UEFA a également nourri des accusations de conflit d'intérêt, alors qu'il est aussi le patron de la chaîne beIN Sports, principal contributeur économique de l'instance européenne.
"Sa nomination doit être rejetée parce qu'elle viole toutes les règles de bonne gouvernance", avait ainsi plaidé sans succès le président de la Ligue espagnole Javier Tebas, qui accuse régulièrement le club parisien de ne pas respecter le fair-play financier de l'UEFA.
"Je sais qu'il y a des inquiétudes, mais je ne les partage pas. On a tous de temps en temps des situations de conflit d'intérêts. On signe un document qui dit que l'on s'exclut des discussions concernées", avait répondu le patron de l'UEFA Aleksander Ceferin.
Celui que tout le monde en France nomme simplement "Nasser" possède des casquettes multiples. Outre ses fonctions dans le foot, il est aussi président-directeur général de BeIN Media group, qui a racheté les studios Miramax, producteurs des films de Quentin Tarantino comme "Pulp Fiction".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.