411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Intensification des manifestations contre les restrictions imposées par Alger aux camps de Tindouf
Publié dans Libération le 15 - 04 - 2019

Le nombre des habitants des camps de Tindouf qui dénoncent les restrictions imposées à leurs déplacements vers l'Algérie et à l'intérieur même desdits camps prend de plus en plus de l'ampleur. En effet, mercredi, le «Hirak pacifique», comme l'a désigné la presse pro Polisario, est monté d'un cran avec la sortie de groupes d'habitants du «camp Smara» dont plusieurs dizaines de femmes. Après la sortie de lundi dernier, des femmes et des jeunes du «camp de Boujdour» ont, eux aussi, réclamé l'abrogation de la décision de restreindre les déplacements ou un assouplissement des mesures prises par Alger et attribuées, officiellement, à la direction du Polisario. Des mesures ayant pour finalité d'interdire toute circulation des personnes et des biens à l'intérieur des camps et vers les villes algériennes et mauritaniennes.
«Il faut dire que ce durcissement ne porte pas la signature du mouvement de Brahim Ghali. Il a été décrété depuis Alger, et ce dès le début de son Hirak par un renforcement du cordon de la gendarmerie algérienne entourant les camps et par une réduction drastique des autorisations de sortie délivrées aux Sahraouis», nous confie une source proche du dossier. Pour elle, «les Algériens craignaient en effet une fuite des armes des camps vers le reste du pays».
«Ces décisions ont logiquement eu de néfastes conséquences sur les conditions de vie de la population. Les prix des produits de première nécessité et des carburants ont flambé, et l'activité des contrebandiers qui alimentaient régulièrement le marché local en a pris un sérieux coup», ajoute-t-elle.
Pour l'instant, les manifestations pointent du doigt la responsabilité du «prétendu ministre de l'Intérieur» du Polisario qui se transformerait en bouc émissaire au cas où les manifestations dégénèrent. Ce qui ne peut être exclu, sachant que près de 400 personnes ont repris, au milieu de la semaine devant le siège du soi-disant «ministère sahraoui de l'intérieur», leur mouvement de protestation contre la décision algérienne de limiter la délivrance des autorisations de circulation des véhicules et des personnes à l'intérieur et l'extérieur des camps.
Les manifestants, exaspérés par cette décision algérienne de ne leur délivrer les autorisations de sortie qu'une fois tous les 10 jours, ont entrepris de bloquer, à l'occasion du nouveau sit-in, l'accès du prétendu «ministère», en stationnant près de 200 véhicules devant ledit département.
Ne se limitant pas au blocage de ce prétendu ministère, les manifestants ont effectué une marche en direction du siège du prétendu «secrétariat national du Polisario », escortés par un cortège de plusieurs véhicules, avant de se replier vers le camp dit «Smara» (25 km à l'est de Rabouni), où ils ont organisé une autre marche de protestation. Ils se sont dispersés par la suite, sur l'engagement de reprendre leur action, le lendemain.
Ces nouvelles mesures drastiques ont été prises par les autorités algériennes à la suite des dernières défections dans les rangs de la milice du Polisario.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.