Casablanca accueille l'assemblée générale de l'Union mondiale des professions libérales    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Textile : Les deux salons ont connu un beau succès, selon l'AMITH    Barid Al Maghrib étoffe son offre digitale    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Brèves Internationales    Un Monde Fou    Brèves    Le Parquet général suscite la polémique au Parlement    BAM : L'encours des financements par Mourabaha totalise 7,17 MMDH    Maroc PME organise la Semaine de l'entreprise dans la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra    La 4ème Commission de l'ONU exprime son soutien au processus politique au Sahara    Bachir Edkhil : L'option référendaire est caduque    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Paris Jackson arrêtée en plein cœur d'Hollywood    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Clasico au Camp Nou : Valverde a "confiance" malgré les violences    Réforme de la C1 : Lampard opposé à la multiplication des matches    Liga: Duel à distance entre Real et Barça    A Madagascar, l'électricité reste un produit de luxe    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Divers    L'ANRUR, un mécanisme d'amélioration du paysage urbain et architectural    Le jour où un des acteurs de Friends a failli être renvoyé à cause de Jennifer Aniston    Pourquoi Kate Winslet s'est fait tacler par la Reine Elizabeth II    Pitt vs Jolie : Pourquoi le couple star n'a toujours pas entériné son divorce    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Le CSCA sanctionne Radio Méditerranée    Filière équine : Une stratégie créatrice de richesse    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer
Publié dans Libération le 23 - 04 - 2019

Pour une fois, la vérité sort de la bouche du Polisario et de ses séides. Précisément à travers une dépêche de l'agence de désinformation et de propagande algérienne APS qui a reconnu que «les Etats-Unis n'ont pas proposé un mécanisme pour la protection des droits de l'Homme dans le cadre du renouvellement du mandat de la MINURSO ».
Le fait donc que ces derniers n'ont pas fait allusion à la mouture du projet de résolution sur le Sahara qu'ils ont distribué au Groupe des amis du Sahara qui inclut également la France, la Russie, le Royaume-Uni et l'Espagne constitue en soi une sévère raclée aux séparatistes et à leurs mentors qui n'ont cessé depuis des années de faire pression pour pousser à la mise en place de ce mécanisme.
L'APS qui a, par ailleurs, rappelé dans la même dépêche qu'«en 2013, les Etats-Unis ont demandé que le mandat de la mission onusienne soit étendu à la surveillance des droits de l'Homme, une initiative qui avait, alors, irrité, Rabat et Paris à la fois », a néanmoins sciemment passé sous silence le fait que cette proposition a été déjà formulée en 2012 et que la diplomatie marocaine s'en était alarmée au motif qu'un «scénario d'élargissement de la MINURSO aux droits humains» augurera d'«une timorisation programmée de la question du Sahara » et « créera(it) deux ordres de juridictions parallèles. Un ordre au Nord du Maroc régi par les lois marocaines en vigueur, et un autre ordre qui dépendra(it) d'un mécanisme onusien dans la région du Sahara», peut-on encore lire dans un câble diplomatique qu'avait alors «fuité» le hacker Chris Coleman.
L'officine de propagande algérienne a également omis de rappeler que si cette proposition est tombée à l'eau malgré les fortes pressions exercées par les chefs de la diplomatie algérienne qui se sont succédé depuis lors, c'est grâce aux énormes efforts consentis par la diplomatie marocaine et à la justesse de notre cause nationale.
A titre d'exemple, l'ancien ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, avait soutenu devant la 28ème session du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU tenue en 2015 à Genève que « la MINURSO, déployée depuis plus de deux décennies, se trouve paradoxalement amputée d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme. Il est tout aussi urgent que le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme accorde davantage d'importance à cette situation, en mettant en place un mécanisme de surveillance indépendant de la situation des droits de l'Homme au Sahara ». Toutes ces gesticulations et bien d'autres sont donc tombées à l'eau.
S'il y a une question sur laquelle devrait se pencher l'instance onusienne, c'est celle concernant le recensement de la population séquestrée dans les camps de Tindouf depuis plus de quarante ans. Ce recensement demandé nombre de fois par l'ONU et auquel s'opposent farouchement le Polisario et l'Algérie, est crucial. Premièrement pour fournir des aides à cette population qui vivote dans des conditions difficiles et deuxièmement pour la protéger contre les violations des droits de l'Homme commises par les milices du Polisario et par l'Etat algérien.
A titre d'exemple, depuis les manifestations anti-régime en Algérie, l'Etat algérien impose un blocus sur les camps de Tindouf pour empêcher la défection en masse au sein du Polisario, surtout après qu'un groupe de 12 éléments de cette milice a rallié la mère patrie en mars dernier. L'armée algérienne n'exclut d'ailleurs pas le recours aux armes pour empêcher les séquestrés de fuir les camps de Lahmada. Le 18 mars dernier, elle a ainsi tué un jeune Sahraoui, Kari Mohamed Ali El Ouali. Son seul péché est d'avoir eu le courage de fuir à bord d'une voiture.
Mieux encore. Il y a quelques jours, nos confrères de Le360 ont rapporté des témoignages accablants de militants associatifs. Ainsi, « le président de l'ONG "SOS Camps de Tindouf", Sidi Mohamed Cheikh Ismaaili, a-t-il rappelé que les Sahraouis vivent depuis plus de 40 ans dans des conditions difficiles, sur les plans social, économique et psychique, en l'absence totale des libertés d'expression, de déplacement et de travail, faisant observer que les opposants au Polisario risquent l'exil, l'arrestation, la torture et l'assassinat.
Il convient aussi de rappeler que dans le dernier rapport qu'il a soumis aux membres du Conseil de sécurité, Antonio Guterres avait mis l'accent sur les deux tables rondes de Genève, soulignant qu'une solution politique du différend régional sur le Sahara est possible mais qu'un règlement nécessiterait «une volonté politique forte, non seulement de la part des parties et des Etats voisins, mais également de la communauté internationale». Il avait également proposé la reconduction du mandat de la MINURSO, sans en préciser la durée. Ce projet de résolution, rappelle-t-on, sera approuvé au début de la semaine prochaine par les membres du Conseil de sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.