Le Real Madrid dément avoir refusé d'héberger les joueurs de Tottenham    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Private banking : Les ficelles d'un segment en plein essor    "Programme Minhaty": 950.000 cartes bancaires distribuées depuis le lancement    Personnes en situation de handicap. 1,8% seulement finissent leurs études    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    Le SOC inwi Business, pour une veille en continu contre les cyberattaques…    Open Data. Le Maroc classé 42e sur 178 pays    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    CAN Egypte 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Finale aller de la Ligue des Champions d'Afrique : Huit ans après, le WAC retrouve l'est sur son chemin    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Lancement de la plateforme dates-concours.ma    Autriche: Eclatement de la coalition droite-extrême droite…    Les déficiences du football national!    Attijariwafa bank fixe son budget pour 2019 : 27 milliards DH de financement en faveur des TPME    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Sept réformes phares de l'UE    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    L'ANP lève un fonds de 1 milliard de dirhams    Santé mentale. Le parent pauvre du système    Edito : Villes en otage    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    Theresa May pose les armes    Traitement impérial pour Trump lors de sa visite au Japon    Le ministère de l'Education nationale réagit au boycott des syndicats    Le Roi Mohammed VI inaugure la section casablancaise du Centre National Mohammed VI des Handicapés    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    Les vraies fausses raisons d'une démission    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer
Publié dans Libération le 23 - 04 - 2019

Pour une fois, la vérité sort de la bouche du Polisario et de ses séides. Précisément à travers une dépêche de l'agence de désinformation et de propagande algérienne APS qui a reconnu que «les Etats-Unis n'ont pas proposé un mécanisme pour la protection des droits de l'Homme dans le cadre du renouvellement du mandat de la MINURSO ».
Le fait donc que ces derniers n'ont pas fait allusion à la mouture du projet de résolution sur le Sahara qu'ils ont distribué au Groupe des amis du Sahara qui inclut également la France, la Russie, le Royaume-Uni et l'Espagne constitue en soi une sévère raclée aux séparatistes et à leurs mentors qui n'ont cessé depuis des années de faire pression pour pousser à la mise en place de ce mécanisme.
L'APS qui a, par ailleurs, rappelé dans la même dépêche qu'«en 2013, les Etats-Unis ont demandé que le mandat de la mission onusienne soit étendu à la surveillance des droits de l'Homme, une initiative qui avait, alors, irrité, Rabat et Paris à la fois », a néanmoins sciemment passé sous silence le fait que cette proposition a été déjà formulée en 2012 et que la diplomatie marocaine s'en était alarmée au motif qu'un «scénario d'élargissement de la MINURSO aux droits humains» augurera d'«une timorisation programmée de la question du Sahara » et « créera(it) deux ordres de juridictions parallèles. Un ordre au Nord du Maroc régi par les lois marocaines en vigueur, et un autre ordre qui dépendra(it) d'un mécanisme onusien dans la région du Sahara», peut-on encore lire dans un câble diplomatique qu'avait alors «fuité» le hacker Chris Coleman.
L'officine de propagande algérienne a également omis de rappeler que si cette proposition est tombée à l'eau malgré les fortes pressions exercées par les chefs de la diplomatie algérienne qui se sont succédé depuis lors, c'est grâce aux énormes efforts consentis par la diplomatie marocaine et à la justesse de notre cause nationale.
A titre d'exemple, l'ancien ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, avait soutenu devant la 28ème session du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU tenue en 2015 à Genève que « la MINURSO, déployée depuis plus de deux décennies, se trouve paradoxalement amputée d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme. Il est tout aussi urgent que le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme accorde davantage d'importance à cette situation, en mettant en place un mécanisme de surveillance indépendant de la situation des droits de l'Homme au Sahara ». Toutes ces gesticulations et bien d'autres sont donc tombées à l'eau.
S'il y a une question sur laquelle devrait se pencher l'instance onusienne, c'est celle concernant le recensement de la population séquestrée dans les camps de Tindouf depuis plus de quarante ans. Ce recensement demandé nombre de fois par l'ONU et auquel s'opposent farouchement le Polisario et l'Algérie, est crucial. Premièrement pour fournir des aides à cette population qui vivote dans des conditions difficiles et deuxièmement pour la protéger contre les violations des droits de l'Homme commises par les milices du Polisario et par l'Etat algérien.
A titre d'exemple, depuis les manifestations anti-régime en Algérie, l'Etat algérien impose un blocus sur les camps de Tindouf pour empêcher la défection en masse au sein du Polisario, surtout après qu'un groupe de 12 éléments de cette milice a rallié la mère patrie en mars dernier. L'armée algérienne n'exclut d'ailleurs pas le recours aux armes pour empêcher les séquestrés de fuir les camps de Lahmada. Le 18 mars dernier, elle a ainsi tué un jeune Sahraoui, Kari Mohamed Ali El Ouali. Son seul péché est d'avoir eu le courage de fuir à bord d'une voiture.
Mieux encore. Il y a quelques jours, nos confrères de Le360 ont rapporté des témoignages accablants de militants associatifs. Ainsi, « le président de l'ONG "SOS Camps de Tindouf", Sidi Mohamed Cheikh Ismaaili, a-t-il rappelé que les Sahraouis vivent depuis plus de 40 ans dans des conditions difficiles, sur les plans social, économique et psychique, en l'absence totale des libertés d'expression, de déplacement et de travail, faisant observer que les opposants au Polisario risquent l'exil, l'arrestation, la torture et l'assassinat.
Il convient aussi de rappeler que dans le dernier rapport qu'il a soumis aux membres du Conseil de sécurité, Antonio Guterres avait mis l'accent sur les deux tables rondes de Genève, soulignant qu'une solution politique du différend régional sur le Sahara est possible mais qu'un règlement nécessiterait «une volonté politique forte, non seulement de la part des parties et des Etats voisins, mais également de la communauté internationale». Il avait également proposé la reconduction du mandat de la MINURSO, sans en préciser la durée. Ce projet de résolution, rappelle-t-on, sera approuvé au début de la semaine prochaine par les membres du Conseil de sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.