BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Covid-19 : Casablanca se prépare à plus d'hospitalisations    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Coronavirus : Attijriwafa bank soutient la distribution des aides aux ménages    La Journée mondiale du sport, un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Aide aux ramédistes : l'opération d'indemnisation commence aujourd'hui    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Résultats financiers : Bon cru pour le groupe Société Générale Maroc en 2019    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    BTP : Des scénarios post-pandémie se précisent    Covid-19 : la situation épidémiologique à Chichaoua est "stable" et "non préoccupante"    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Edito : Discerner    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Campagnes de contrôle des prix à Ouarzazate et Tahanaout    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Liverpool met une partie de ses salariés en chômage partiel    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    Distribution de 100.000 quintaux d'orge subventionnée aux éleveurs de la région de Souss-Massa    Les banques apportent une bouffée d'oxygène aux ménages et aux entreprises impactés par le Covid-19    Le Maroc de tous les espoirs!    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    La sécurité des patients et du personnel de santé mise en avant    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le côté obscur des lumières LED
Publié dans Libération le 18 - 05 - 2019

Inconnus jusqu'au début du nouveau millénaire, les LED pour « light-emitting diode», ont à présent conquis notre quotidien. Cette source d'éclairage est désormais une composante majeure de notre éclairage familial et urbain. Les téléviseurs et les divers écrans n'y échappent pas non plus. Cependant, si la technologie LED, présente dans les écrans, a la vertu de consommer 40% moins d'énergie sans nuire à la résolution de l'image et la luminosité du moniteur, à l'inverse, elle a un inquiétant pouvoir de nuisance pour la santé des enfants notamment.
Sur l'autre rive de la Méditerranée, au-delà des Pyrénées, en France, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) a, en effet, confirmé dans un nouveau rapport, le pouvoir de nuisance et les risques de toxicité pour la vue et le rythme biologique du sommeil d'une exposition aux appareils utilisant les lumières LED et en particulier chez les enfants.
En réalité, cette information a été révélée par l'ANES suite à la mise à jour d'un rapport datant de 2010. D'où le terme utilisé, à savoir : confirmation. Car déjà, la première version dudit rapport pointait du doigt les risques toxiques des écrans LED. La première victime étant logiquement la rétine. D'après ces auteurs, les risques toxiques de cette technologie sur la rétine peuvent occasionner une baisse définitive, partielle ou totale de l'acuité visuelle. Et ce n'est pas tout. Puisque les scientifiques évoquent également des troubles biologiques du sommeil en cas d'exposition le soir ou la nuit, notamment chez les enfants.
La décennie qui sépare les deux rapports a permis aux experts de l'ANES de collecter suffisamment d'informations pour mettre en garde de manière formelle les usagers des écrans LED contre les « effets phototoxiques à court terme liés à une exposition aiguë et ceux à long terme liés à une exposition chronique, qui augmentent le risque d'atteinte d'une dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)». Et si les enfants sont particulièrement concernés par ces risques, c'est tout simplement parce que leurs yeux "ne filtrent pas pleinement la lumière bleue" », attestent les experts.
D'après ces derniers, les principaux dangers des lampes à LED résident, quant à eux, dans « la modulation temporelle de la lumière entraînant des effets de variations plus ou moins rapides de l'intensité de la lumière». Un procédé qui entraînerait des papillotements, des effets stroboscopiques et un effet de réseau fantôme (une persistance de l'image sur l'oeil). Soit autant de phénomènes quasi invisibles mais dont les conséquences peuvent aller jusqu'à provoquer les troubles précités.
Alors à la lumière de ses éléments, que faire ? Bannir les LED de nos maisons ? Existe-t-il des alternatives ? Pour l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, limiter au maximum les risques toxiques liés à la lumière bleue passerait par un éclairage de type blanc chaud, dont la température de couleur est inférieure à 3.000 K (Kelvin). Pour vous donner un ordre de grandeur, les ampoules tungstène, très prisées par le passé, d'une lumière orange et chaude, se caractérisent par une température de couleur de 3200 K, tandis que la lumière du soleil atteint les 5600 K.
Plus important encore, afin de protéger les yeux des enfants et des adolescents, il conviendrait de minimiser leur exposition aux objets utilisant des écrans à LED comme les smartphones, les tablettes et les ordinateurs. Ce qui n'est pas une mince affaire. Et pour ceux qui pensent que les verres de lunettes disposant d'une protection contre la lumière bleue sont la solution miracle, détrompez-vous. A en croire les experts de l'ANSES, leur efficacité de protection de l'œil est très variable. Du coup, pour eux, il est inutile de les porter en utilisant son smartphone juste avant de se coucher, cela n'a aucun effet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.