Coronavirus : Attijriwafa bank soutient la distribution des aides aux ménages    La Journée mondiale du sport, un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Aide aux ramédistes : l'opération d'indemnisation commence aujourd'hui    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Résultats financiers : Bon cru pour le groupe Société Générale Maroc en 2019    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    BTP : Des scénarios post-pandémie se précisent    Covid-19 : la situation épidémiologique à Chichaoua est "stable" et "non préoccupante"    Benslimane : Expérience inédite de don de sang sans violer l'état d'urgence    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Les sept consignes de Benchaâboun    La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Coronavirus : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113, lundi à 8h    Edito : Discerner    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Liverpool met une partie de ses salariés en chômage partiel    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    Campagnes de contrôle des prix à Ouarzazate et Tahanaout    Distribution de 100.000 quintaux d'orge subventionnée aux éleveurs de la région de Souss-Massa    Les banques apportent une bouffée d'oxygène aux ménages et aux entreprises impactés par le Covid-19    Le Maroc de tous les espoirs!    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    La sécurité des patients et du personnel de santé mise en avant    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Un député français d'origine marocaine saisit la justice    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète
Publié dans Libération le 20 - 06 - 2019

Préserver les prairies et les forêts, couvrir les sols des champs en toute saison, planter des haies et des arbres: l'agriculture a un rôle clé pour lutter contre le réchauffement climatique, quantifié pour la première fois à l'échelle d'un pays entier, par l'INRA.
En appliquant l'ensemble des pratiques culturales identifiées par l'Institut national de recherche agronomique pour augmenter le stockage du carbone dans ses sols, la France pourrait parvenir à compenser "près de 7% du total de ses émissions de gaz à effet de serre", a ainsi annoncé jeudi le président de l'organisme Philippe Mauguin.
"Même si cela ne suffit pas pour tenir les engagements internationaux de la France, car le pays est un gros émetteur, c'est loin d'être négligeable et cela mérite d'être examiné", a-t-il ajouté.
Les surfaces dédiées aux grandes cultures de céréales ou d'oléagineux, qui sont celles qui stockent actuellement le moins de carbone à l'hectare, ont le meilleur taux d'amélioration potentielle. "La Beauce en particulier" a souligné Sylvain Pellerin, directeur de recherche à l'INRA.
Parmi les neuf "pratiques stockantes" prônées pour améliorer les performances climatiques de l'agriculture dans les 30 années à venir, trois sont spécialement pointées pour leur efficacité:
-L'extension des cultures dites "intermédiaires", c'est-à-dire l'implantation de couverts végétaux juste après la récolte de la céréale principale, de manière à ce que le sol soit le plus longtemps possible recouvert de végétation et jamais laissé à nu. "C'est bon pour absorber le carbone, mais c'est aussi bon pour lutter contre l'érosion des sols, pour la qualité de l'eau et pour la biodiversité", a jugé M. Pellerin.
-L'agroforesterie, c'est-à-dire l'installation d'allées d'arbres entre les parcelles de cultures.
- Et l'extension de la durée des "prairies temporaires", celles qui sont alternativement prairies ou cultures, dans les systèmes de rotation.
L'étude souligne aussi l'efficacité climatique du "semis direct", une technique qui supprime le labour, mais dans les zones de climat sec uniquement.
Autre pratique à encourager en zone d'élevage, le remplacement de la coupe de l'herbe par du pâturage direct du bétail, mais ceci est forcément limité car l'herbe est coupée pour l'alimentation du bétail pendant l'hiver.
La viticulture peut aussi jouer un petit rôle via l'"enherbement" des vignobles, qui consiste à implanter des bandes herbacées entre les rangs de vigne.
Quant aux forêts et aux prairies permanentes, leur potentiel d'amélioration est soit quasi-nul (forêts), soit faible (prairies) car elles stockent déjà beaucoup de carbone: 80 tonnes à l'hectare pour les prairies contre 50 tonnes/ha pour les grandes cultures, par exemple.
"Mais il est très important qu'elles soient préservées en l'état", a dit M. Mauguin. "Il faut à la fois préserver les écosystèmes où les stocks de carbone sont élevés et améliorer les grandes cultures", a-t-il précisé.
L'étude menée par l'INRA avait été demandée par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.
Elle vise à apprécier concrètement et géographiquement le potentiel de stockage du carbone des sols de toute la France, les pratiques agricoles à suivre pour l'augmenter, les coûts, et les budgets mobilisables, y compris ceux de la Politique agricole commune (PAC) pour y parvenir, a expliqué M. Mauguin.
Les coûts des techniques suggérées sont très différents, certaines étant quasi-gratuites, comme l'"enherbement" des vignobles, d'autres nécessitant des investissements conséquents comme la plantation d'arbres ou de haies.
"Il faudra voir comment intégrer ceci dans la politique agricole commune, et notamment quelle mesure simple de masse il faudrait prévoir dans le premier pilier de la PAC" pour accompagner les agriculteurs, a dit M. Mauguin.
Cette étude est la première du genre dans le monde menée à l'échelle d'un pays entier, la France, pour valider la mise en oeuvre de l'initiative "4/1.000" (lire: 4 pour mille) lancée lors de la Conférence de Paris sur le climat (COP21) en 2015.
Les experts avaient alors émis l'hypothèse que l'augmentation chaque année de 4/1000e de la teneur en carbone de tous les sols du monde permettrait de compenser l'augmentation du carbone émis par l'activité humaine, et donc de lutter contre le réchauffement climatique à l'horizon 2050.
"L'agriculture émet un peu moins de 20% des émissions françaises et la technique du 4/1000 permet de réduire de 40% les émissions de l'agriculture française", a conclu M. Mauguin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.