Coronavirus : 36 nouveaux cas confirmés au Maroc, 919 au total, samedi à 21h    Kenzi Hotels héberge le personnel médical    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Fadel Sekkat tire sa révérence    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Coronavirus : selon le prix Nobel d'économie 2019, il ne faut pas s'inquiéter de la facture de la crise sanitaire    Coronavirus : les autorités marocaines prennent en charge les Marocains bloqués en Turquie    Marrakech: Environ 1400 chambres d'hôtels mises à disposition du corps médical    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Fonds Covid-19 : L'ANAM fait don de 10 MDH    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Coronavirus : La Maison-Blanche conseille le port du masque    Commande publique : une réponse urgente à la pandémie Covid19    Coronavirus : un infirmier italien tue sa compagne pensant qu'elle l'avait contaminé    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le PPS appelle à un large débat sur la crise et l'après-crise du Coronavirus    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    L'administration publique entre à petits pas dans l'ère du numérique    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Allégement du déficit du compte courant    Les soldats de l'ombre en rangs serrés contre le Covid-19    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    4.835 personnes poursuivies pour violation de l'état d'urgence sanitaire    L'hôpital de campagne de Benslimane prêt à entrer en action    Mobilisation générale contre le coronavirus dans la région de Marrakech-Safi    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne
Publié dans Libération le 13 - 09 - 2019

Sept millions de Tunisiens sont appelés à voter dimanche pour la deuxième élection présidentielle libre de leur histoire, à l'issue d'une campagne qui laisse le suspense entier et a ranimé la flamme politique dans le berceau du Printemps arabe.
Vingt-six candidats, dont un en prison, des familles politiques éclatées, des programmes parfois peu différenciés: rarement l'incertitude aura été si forte dans ce pays qui a connu plusieurs scrutins depuis la révolution de 2011 --dont une présidentielle en 2014--, et a poursuivi sur la voie démocratique malgré les embûches. "Il y a un peloton de favoris, et toutes les combinaisons sont possibles: même le Bon Dieu ne peut pas nous dire le résultat du premier tour, encore moins la suite", souligne l'éditorialiste Zied Krichen. "Cette élection est vraiment celle de l'incertitude", renchérit le politologue Hatem Mrad.
Si la ligne de partage était claire lors de la présidentielle de 2014, entre islamistes et anti-islamistes, ce n'est plus le cas dans le paysage politique de 2019, qui s'éparpille en plusieurs pôles, selon M. Mrad: islamistes, laïques, populistes et partisans de l'ancien régime. L'un des candidats en vue, le publicitaire controversé Nabil Karoui, poursuivi depuis 2017 pour "blanchiment d'argent", a été placé en détention provisoire trois semaines avant les élections. La situation pourrait devenir ubuesque si M. Karoui passait le premier tour. Le sulfureux homme d'affaires s'est construit une forte popularité en organisant ces dernières années des distributions d'aide médiatiques dans les régions défavorisées, et la chaîne privée Nessma qu'il a fondée fait sa campagne au rouleau-compresseur.
Le Premier ministre Youssef Chahed, qui a démenti toute instrumentalisation de la justice dans cette affaire, fait également figure de poids lourd dans l'élection, même si son niveau de popularité interroge. Le ministre de la Défense Abdelkarim Zbidi, l'universitaire indépendant conservateur Kais Saied, ou encore un opposant à la dictature de Zine el Abidine Ben Ali et ex-ministre, Mohamed Abbou, sont également cités. Dans la famille islamiste, le populaire avocat septuagénaire Abdelfattah Mourou porte les couleurs du parti Ennahdha, qui a toujours été au pouvoir --seul ou au travers d'alliances-- depuis la révolution.
Deux femmes, dont une avocate farouchement anti-islamiste, Abir Moussi, sont aussi sur la ligne de départ. La campagne s'achève vendredi, sans qu'aucun candidat ne soit véritablement sorti du lot, en dépit de multiples débats à la radio et de soirées politiques télévisées très commentées, signe d'un regain d'intérêt après le désabusement des scrutins récents.
Deux à trois millions de téléspectateurs ont suivi chacune des trois soirées d'interviews politiques inédites organisées en début de semaine, durant lesquels 24 des 26 candidats ont répondu à des questions tirées au sort. La lutte antiterroriste, thème longtemps omniprésent dans une Tunisie traumatisée par les attentats de 2015-2016, n'est plus au coeur des débats, remplacée par celui de la lancinante crise sociale et économique.
La révolution a apporté la liberté d'expression mais pas la prospérité économique, et la population est surtout préoccupée par un chômage endémique, des salaires maigres érodés par plusieurs années d'inflation élevée et de chute de la monnaie nationale, et l'incapacité de l'Etat à répondre aux attentes sociales. Dans un pays où le "capitalisme de copinage" perdure selon la Banque mondiale, certains candidats "ne se battent plus pour le pouvoir mais pour la maîtrise des rouages de l'Etat afin de pouvoir faire des affaires", déplore M. Krichen.
Les prérogatives du président restent limitées dans le domaine social: en vertu de la Constitution de 2014, marquée par la volonté de tourner la page de décennies de pouvoirs personnels, c'est le Parlement qui prime. Le calendrier initial prévoyait la présidentielle en décembre, mais la mort du président Beji Caïd Essebsi en juillet a bouleversé les échéances et les législatives, prévues le 6 octobre, sont passées à l'arrière-plan.
Les luttes de pouvoir qui ont entraîné des candidatures multiples à la présidentielle et le court laps de temps entre les deux élections risquent de compliquer les alliances, et de se traduire par une fragmentation du Parlement.
Pour ce 1er tour, de premières estimations devraient être publiées dimanche soir par des organisations de la société civile et des instituts de sondage. L'instance d'organisation des élections (Isie) doit publier des résultats préliminaires le 17 septembre. La date du second tour n'est pas encore connue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.