Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani    Coupe de France: Nayef Aguerd de retour dans le groupe dijonnais    Coronavirus: les autorités chinoises mettent à la disposition des Marocains résidant à Hubei deux numéros verts    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    PAM : Abdesslam Boutayeb annonce sa candidature au poste de Secrétaire général du parti    Marathon international de Marrakech: Victoire de Hicham Laquahi    Négociations post-Brexit: Barnier met en garde contre une rupture brutale    Aït Bennasser : On verra pour mon avenir en fin de saison    Rumeurs de nouveaux compteurs électriques, le démenti formel de l'ONEE    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Surf : C'est parti pour le 1er Pro Taghazout Bay !    Football féminin : Le Maroc affronte la Tunisie en amical    Hand-CAN 2020 : Le Maroc décroche son billet pour le Mondial    Décès de Dr Jean Lévy : Un humaniste et combattant inlassable pour la tolérance    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    Conférence initiée par la CDG à Rabat : De la transformation structurelle pour booster la croissance    Décès d'une détenue au centre hospitalier Al Ghassani de Fès : la mise au point de la DGAPR    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Les jeunes et le discours religieux contemporain    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations
Publié dans Libération le 11 - 12 - 2019

Le rideau a été levé, lundi soir à Agadir, sur la 16ème édition du Festival international "Cinéma et migrations" (FICMA), qui se tient du 9 au 14 décembre et rend hommage au cinéma belge, en présence d'une pléiade de personnalités des mondes cinématographique, médiatique et culturel.
S'exprimant à cette occasion, Driss Moubarik, président de l'Association "Initiative culturelle", organisatrice de cette manifestation, a indiqué que, comme à l'accoutumée, le FICMA vient rendre hommage au cinéma d'un pays ami et cette année le choix a porté sur la Belgique, "pays au riche répertoire cinématographique".
M. Moubarik a expliqué que le choix de ce pays ami est motivé par la dynamique des ressortissants marocains qui ont brillé dans le monde du 7ème art en Belgique, ajoutant que le FICMA s'assigne comme mission de mettre en lumière nos frères qui excellent dans la sphère de la culture et précisément dans le cinéma. "Cette jeune génération de cinéastes belges d'origine marocaine a toujours fait partie de la sélection officielle des films, courts et longs métrages confondus, lors de précédentes éditions du festival et beaucoup d'entre eux ont été récompensés", s'est-il félicité.
M. Moubarik a, en outre, fait savoir que ce rendez-vous annuel culturel et artistique, fidèle à l'esprit du cinéma et à la thématique de la migration, propose au grand public une programmation riche et variée, avec notamment à l'affiche deux compétitions de courts et longs métrages, des projections dans le cadre du panorama de films marocains et d'ailleurs, hommages, conférences et rencontres cinématographiques.
Dans un cinéma Rialto archicomble, la cérémonie d'ouverture a commencé par un hommage à la "rose du cinéma marocain", Asmaa Khamlichi, qui depuis sa tendre enfance, a développé un engouement pour l'art et le cinéma, et à l'acteur franco-marocain, Karim Saidi, qui compte à son actif des dizaines de participations à des productions marocaines, françaises, belges, allemandes, suisses et américaines. La 16ème édition du FICMA a également rendu hommage au défunt réalisateur algérien, feu Moussa Haddad, qui a laissé derrière lui un respectable palmarès cinématographique, avec des expériences et des films inoubliables, ainsi qu'à l'acteur turc Murat Danacı, très connu pour son rôle dans la série turque traduite en dialecte marocain "Samhini".
Cet événement cinématographique vise à mettre en évidence la diversité du cinéma Marocain, aussi bien au niveau des films produits au Maroc, que ceux produits par les marocains du monde, notamment à travers la thématique de la migration. Cette édition est marquée par la participation de 10 longs métrages et 15 courts métrages dans les deux compétitions officielles du festival, ainsi que par la projection de films appartenant à plus de 20 pays, traitant, de différentes approches, la thématique de la migration.
Ainsi, le jury du long métrage est présidé par le cinéaste, homme politique et ancien ministre malien de la Culture, Cheick Oumar Sissoko, aux côtés de l'actrice tunisienne Fatma Ben Saidane, du réalisateur franco-marocain Ismael Ferroukhi, de la réalisatrice italienne Annamaria Gallone et du réalisateur français Manuel Sanchez. Le jury du court métrage est présidé, quant à lui, par le réalisateur, producteur et scénariste marocain Abdeslam Kelai, aux côtés de l'actrice marocaine Saadia Ladib, de la comédienne et auteur libanaise Darina Al Joundi, du metteur en scène et scénariste marocain Mohamed El Khomais, et de l'acteur franco-tunisien Abel Jafri.
Dans le cadre de la rubrique "Panorama", les fans du festival auront l'occasion de voir quelques-unes des dernières productions cinématographiques marocaines représentées par six films récemment produits et projetés dans divers salles de cinémas marocaines, notamment "Cambodia" du réalisateur Taha Mohamed Ibn Slimane. La technologie "audio-description" a été adoptée pour la première fois au festival au profit des personnes aveugles.
A l'instar des éditions précédentes, le programme de cette année propose des "Master Class" animés par le réalisateur français d'origine algérienne Rachid Bouchareb, qui partage avec le public sa carrière artistique et son parcours durant plus de quatre décennies.
Le menu prévoit également des ateliers de formation au profit des jeunes cinéastes, variant entre "Direction d'acteur", "L'acteur entre la création théâtrale et l'interprétation cinématographique", "Le métier d'acteur au Maroc" et "Réaliser un film sans formation cinéma: possible?", animés respectivement par Danièle J. Suissa de l'Institut Founty, l'actrice tunisienne Fatma Ben Saïdane, l'acteur Malek Akhmiss, et la réalisatrice Malika Zairi.
La programmation prévoit également des rencontres cinématographiques autour de deux thèmes, à savoir "Le 7ème Art et sa relation avec les autres formes d'art" et "L'industrie cinématographique au Maroc", animées respectivement par le réalisateur Kamal Kamal, et l'acteur et réalisateur Abdou El Mesnaoui, ainsi que deux tables rondes organisées sous les thèmes "Migrations Sud-Sud" et "Le droit à l'accessibilité: entre discours et réalités?", qui seront animées par une pléiade de spécialistes et d'artistes.
Dans le cadre de son ouverture à son environnement éducatif, le festival a consacré une rubrique pour les étudiants, qui comprend des ateliers sur la "Passion du cinéma" et le "Montage numérique", en plus des projections de courts métrages des réalisateurs Aziz Salmy, Farid Regragui et Ghizlane Assif.
Sur le registre du "cinéma de proximité", le festival a décidé de continuer à s'ouvrir aux "zones profondes" de la région Souss-Massa, à travers la projection de longs métrages amazighs du réalisateur Mustapha Achaour, qui sera présent avec certains des acteurs participant à ses films lors de ces spectacles.
Le FICMA est organisé en partenariat avec le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration, le Centre cinématographique marocain (CCM), le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME), la wilaya de la région Souss-Massa, le Conseil régional de Souss-Massa, la préfecture d'Agadir Idda Outanane et la commune d'Agadir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.