Un pays des Caraïbes décide d'ouvrir un consulat à Dakhla    L'introduction en Bourse de Aradei Capital validée par l'AMMC    Préparations CHAN-2021 : La sélection nationale s'impose 4-0 face au Mouloudia d'Oujda    France/Déconfinement: les mesures annoncées par Emmanuel Macron (VIDEO)    Un ancien rugbyman français retrouvé mort dans un parc près de Paris    Nomination : Toni Pérez, nouveau directeur général de Glovo Maroc    Travail des enfants et droits de la femme : 14 associations bénéficient de la subvention de l'Etat    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président mauritanien    Détection des discours haineux : Facebook chiffre ses progrès    [Vidéo] C.I.N. comme garantie : ce que dit la loi [MFM Radio]    L'hommage au Roi unificateur    Fuyant la guerre, des Ethiopiens accueillis dans des maisons soudanaises    Liverpool ne pourra bientôt plus aligner 11 joueurs valides    Le "butin " qui trahit l'expédition du Polisario à El Guerguarat    "Bayt Dakira " , partenaire du ministère de l'Education nationale pour promouvoir la richesse de toutes nos diversités    Parution de l'édition arabe des "Voix de Marrakech" de l'Allemand Elias Canetti    Croissance économique et rationalisation des choix budgétaires : cas du Maroc [Tribune]    HACA/ONU Femmes : «16 jours d'activisme contre la violence faite aux femmes»    Un nouveau bain de sang évité en Tunisie    Un chanteur marocain testé positif au covid-19    La Franco-marocaine Amina dévoile son premier clip«Je te quitte»    Réseau de lecture au Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    FICMEC 2020 : Une 9ème édition virtuelle qui met à l'honneur l'Amérique latine    L'épreuve de vaccination!    Activité portuaire : Casablanca et SPEZIA renforcent leur coopération    Intégrité territoriale : L'Alliance des Médecins Istiqlaliens fière des positions de SM le Roi    Large soutien international à l'intervention du Maroc pour protéger ses territoires    Zoom : Hamilton ou Schumacher, qui est le meilleur pilote de l'Histoire ?    Le Parlement péruvien salue l'intervention du Maroc    660 nouveaux véhicules mis à la disposition de différents services    La loi pour l'exclusion de Huawei des futurs réseaux 5G présentée au parlement    Météo: au Maroc, pluie et rafales de vent dans ces villes à partir de mercredi    Susana Diaz : le Maroc, le "partenaire le plus stable de l'Espagne dans toute la Méditerranée"    Raja de Casablanca: Ziyat persiste et signe    Colorado: le chiffre d'affaires en baisse de 10,3% à fin septembre    Karim Belhassan, nouveau Directeur général Adjoint de BMCI    Chambre des conseillers: L'importance de la mission exploratoire des commissions permanentes mise en avant    Pourquoi les cas de covid-19 ont baissé au Maroc, selon un expert    Vaccination au Maroc: Ait Taleb donne (presque) tous les détails    Griezmann brise le silence sur ses rapports avec Messi    Al-Nasr : la colère d'Amrabat après la défaite face à Al Hilal (VIDEO)    Coronavirus : voici les métiers les plus à risque [Etude]    Entretien / Prévisions des tendances du digital en 2021    Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeunes brûlés vifs à Tindouf : Des ONG sahraouies mettent les autorités algériennes et la communauté internationales devant leurs responsabilités
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 10 - 2020


Les deux nouvelles victimes de l'armée algérienne.

Face au silence coupable de la communauté internationale et des Associations de défense des droits de l'Homme après le récent double crime commis à Tindouf par des éléments de l'armée algérienne, des ONG sahraouies marocaines s'indignent.

La Fondation sahraouie Nouvelle génération pour le développement humain et le Centre sahraoui d'études et de recherches sur le développement et les droits de l'homme dénoncent, chacune dans un communiqué publié mercredi 21 octobre 2020, les terribles assassinats commis par des militaires appartenant à l'armée algérienne dont ont été victimes Moha Ould Hamdi Ould Sweilm et Ali Idrissi. Pour rappel, ces deux jeunes Sahraouis ont été brûlé vifs par un groupe de militaires algériens, alors qu'ils ne faisaient que chercher, désespérément, quelques introuvables paillettes d'or pour survivre.
«Dans son communiqué, la Fondation Nouvelle génération pour le développement humain exprime sa profonde consternation à la suite cet acte criminel et barbare, qui bafoue tous les principes moraux et les droits humains universels», proteste l'ONG sahraouie. L'ONG lance un appel aux autorités judiciaires algériennes compétentes pour qu'une enquête soit ouverte dans les plus brefs délais et pour que des poursuites soient engagées contre les militaires algériens incriminés dans ces terribles assassinats. Connaissant bien ces autorités, les auteurs du communiqué insistent sur la présence d'observateurs internationaux.
Des crimes quotidiens dans les camps de la honte
La Fondation exprime aussi son inquiétude face à la dégradation de la qualité de vie, déjà déplorable, menée par les «séquestrés dans les camps de Tindouf et l'avenir spolié de la jeunesse sahraouie dans les camps». L'ONG regrette que les jeunes séquestrés se trouvent dans l'incapacité de rêver, de se projeter ou d'aspirer à un avenir décent, et dans le contexte de ce drame, de jouir du droit à la vie, droit le plus élémentaire qui puisse exister.
Par ailleurs, la Fondation sahraouie «Nouvelle génération pour le développement humain» appelle les instances internationales des droits de l'homme à dénoncer ces actes barbares, et à prendre part aux investigations qui s'imposent. «Ces actes criminels sont le résultats de l'existence d'un territoire de non-droit, où des réfugiés non-recensés sont emprisonnés depuis quatre décennies. Le HCR doit prendre ses responsabilités et intervenir pour protéger ces populations et leur garantir, au moins, le droit le plus élémentaire, le droit à la vie», conclut la Fondation.
De son côté, déplorant l'exécution brutale de civils sahraouis en Algérie, le Centre sahraoui d'études et de recherches sur le développement et les droits de l'Homme souligne que dans les camps de Tindouf, même le droit élémentaire à la vie est n'est pas respectée.
Préserver le droit à la vie
«Contrairement aux règles onusiennes contre les exécutions arbitraires qui sont des violations graves des droits de l'Homme et défiant les principes fondamentaux internationaux pour la préservation du droit à la vie comme l'un des droits les plus importants, les autorités algériennes continue de violer ce droit et exécute des militants pacifiques», regrette le Centre. Il joint à sa ferme dénonciation un appel aux entités des Nations Unies concernées, au Haut-Commissaire pour les réfugiés, au Haut-commissaire aux droits de l'Homme et à la communauté internationale d'assumer leurs responsabilités et d'ouvrir une enquête pour élucider ce crime horrible et appliquer les normes internationales de base pour protéger les séquestrés Sahraouis à Tindouf. Certains parmi ces derniers ayant été témoin du double horrible assassinat, prévient le Centre, ont été menacés par des éléments de la «police secrète algérienne» pour les obliger à se taire.
Avec la même désolation exprimée par la Fondation sahraouie Nouvelle génération pour le développement humain, le Centre sahraoui d'études et de recherches sur le développement et les droits de l'homme montre l'évidence de la responsabilité de l'Algérie dans ces crimes qui s'ajoutent à bien d'autres et qui ne doivent pas continuer à être couverts par le silence et par l'impunité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.