Elle est décédée mardi soir : Zhour Maamri s'en va    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Législation : Un bilan maigre se profile    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile
Publié dans L'observateur du Maroc le 24 - 11 - 2020

Lors de cette période de crise sanitaire, la demande en concentrateurs d'oxygène explose. Les prix aussi. Encore faut-il les trouver puisque les professionnels évoquent une pénurie sur le marché. Décryptage.
A 65 ans, un commerçant casablancais a été testé positif il y a 5 jours. Il est cardiaque et hypertendu et son cas s'est compliqué hier soir avec une insuffisance respiratoire. «Nous avons fait le tour des cliniques pour trouver un lit en réanimation, sans succès. La plupart nous demande d'attendre 24 heures le temps qu'une place se libère », raconte à l'Observateur du Maroc la fille du sexagénaire. Dans le public, «ce n'est même pas la peine d'essayer », ajoute t-elle. La famille a donc opté pour des soins à domicile, et a activé son réseau sur facebook à la recherche d'un concentrateur d'oxygène en location ou même en vente. «Une amie nous a orienté vers une société de fournitures médicales. Finalement, nous avons acheté l'appareil, le seul disponible d'ailleurs chez le fournisseur, à un prix de 22.000 DH », relève notre source.
Une chère pénurie
Sur le marché, la demande en concentrateurs d'oxygène ne cesse d'augmenter. Elle a même été multipliée par 100, d'après Abdelkader El Kanbi. Le gérant de la société de distribution du matériel médical Distamed reconnait par ailleurs qu'il y a flambée de prix de vente. «En temps normal un concentrateur de 5 litres coûte entre 11.000 et 13.000DH. Actuellement, son prix a presque doublé, et se situe entre 13.000DH et 17.000 DH chez le revendeur », révèle Abdelkader El Kanbi. Pour un concentrateur de 10 L, le professionnel ajoute que les prix peuvent atteindre les 30.000 DH alors qu'ils oscillaient auparavant entre 20.000 et 23.000 DH. Côté location, un autre spécialiste évoque une hausse de 150% des prix pratiqués sur le marché au cours des deux dernières semaines. Raisons invoquées ? «La demande a augmenté par rapport à une offre de plus en plus réduite », explique t-il. Abdelkader El Kanbi va encore plus loin et parle d'une pénurie des produits depuis près d'un mois et demi.
Importation Vs spéculation
En dehors de la loi de l'offre et la demande, El Kanbi note aussi une augmentation des prix à la source et des frais de transport à l'international. Les produits donc coûtent plus chers aux importateurs qui imputent l'écart sur le prix de vente appliqué aux revendeurs. Ces derniers vendent à leur tour plus cher. Et finalement, c'est le patient qui paie le prix fort pour un produit vital, fortement demandé lors de cette pandémie et rare sur le marché.
Un autre vendeur de matériel médical à Rabat dénonce le fait que certains spéculateurs se soient emparés de gros stocks, durant les derniers mois, pour ensuite imposer leurs lois sur le marché.
El Kanbi précise également qu'en dépit de la multiplication de la quantité des concentrateurs importée par 7 ou 8, il y a problème chez les fabricants mondiaux. «Il faut attendre jusqu'à deux mois pour être livré. Ce qui a un impact considérable sur la quantité disponible sur le marché et donc n'est pas sans impact sur les prix pratiqués », conclut le commerçant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.