Compteur coronavirus : 1.240 nouveaux cas confirmés et 1.361 guérisons en 24H    Cosumar accompagnera 10 auto-entrepreneurs    Un nouveau partenaire de Bank Of Africa en Chine    À Tamernoute (province d'Azilal) : Un enfant sauve tout un douar    CMC : financement externe "maitrisé et soutenable"    « Un maire de ville doit être un très bon gestionnaire »    Sahara : Le Gabon réaffirme son appui à l'Initiative marocaine d'autonomie    Maire : Un «boulot» bien payé    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Proximité culturelle et sportive    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Les parents tortionnaires ont souvent des antécédents de maltraitance »
Publié dans L'observateur du Maroc le 26 - 11 - 2020


Entretien
Dr Mostafa Massid, psychologue clinicien
Choquante, la vidéo de la mère tortionnaire de Larache brutalisant sa fille, laisse perplexe : Comment la mère, censée être source d'amour et de protection, peut-elle devenir le pire bourreau de ses enfants ? Dr Mostafa Massid analyse cette affaire en mettant la lumière sur un cas psychiquement pathologique.
Entretien réalisé par Hayat Kamal Idrissi

* Qu'est ce qui peut pousser une mère à » torturer » son enfant ?
Il s'agit là de ce que l'on appelle une « parentalité dysfonctionnelle ». Ca se caractérise par un comportement qui se manifeste par des négligences, du rejet, du manque affectif, des exigences éducatives disproportionnées par rapport à l'âge de l'enfant, pouvant ainsi conduire à l'agressivité, à la maltraitance voire à la violence physique ou psychique.
On relève souvent chez les parents tortionnaires des antécédents de maltraitance, d'attachement insécure désorganisé, de séparation, de rejet et d'abandon constituant des sources d'insécurité et de manque d'estime de soi. Ce sont des personnes qui très souvent, présentent une structure mentale pathologique.


* La punition et le châtiment physique comme moyen et manière d'éduquer sont assez courants dans notre société. Quand est-ce que ça devient « malsain » et inhumain ?

En effet beaucoup de parents continuent à user de la gifle et /ou la fessée « bien méritée qui n'a jamais tué son monde » dans leurs pratiques éducatives. Le châtiment corporel s'inscrit dans un héritage ancestral et s'impose telle une tradition dans l'éducation des enfants.
Je dirai que quelque soit la nature du châtiment celui-ci est malsain et inhumain. La punition physique est ressentie par l'enfant comme une agression, une atteinte à son intégrité physique qui provoque un énorme stress. Ce dernier risque de provoquer des désordres de comportement, un manque d'estime de soi et de confiance en soi, de l'agitation, un repli sur soi, la révolte, l'automutilation, des fugues ou encore de la délinquance. L'enfant risque également de culpabiliser. Il va alors cesser de s'aimer, persuadé que si ses parents le « corrigent », c'est qu'il est coupable et que c'est de sa faute. Il a aussi été démontré que les enfants maltraités étaient plus susceptibles d'être agressifs, déprimés ou anxieux.

* Comment expliquer le fait de filmer cette scène ? Pourquoi ce besoin d' » immortaliser » la détresse de la fillette ?

Cela peut s'expliquer par le fait qu'il s'agit d'une femme en grande détresse psychologique et qui aurait besoin de témoins pour alléger ses souffrances et atténuer son sentiment de culpabilité. Il s'agit d'un comportement paradoxal où le coupable se transforme en victime.

* Quelles séquelles de ce genre de traitement sur la santé psychique de la fille ? La vidéo circulant sur les réseaux sociaux n'en rajoute-t-elle pas à son traumatisme ?

Déjà comme expliqué plus haut les séquelles des violences physiques sont d'une grande gravité. Elles risquent de compromettre son développement global. La vidéo vient aggraver davantage ces séquelles. On peut s'attendre à d'énormes dégâts que ce soit sur le plan comportemental, social et relationnel.

* Pourquoi la vidéo a-t-elle choqué autant ?

Comme toutes les scènes de violence, celle-ci a eu un impact choquant, plus choquant encore car s'agissant d'un enfant qui subit une torture dont le bourreau est sa propre mère. C'est ce comportement venant d'une mère qui est censée être source d'amour et de protection qui a le plus indigné la toile. On peut aller plus loin dans l'analyse dans la mesure où les scènes de violence faites sur les enfants sont susceptibles de faire remonter des réminiscences de traumatismes anciens en fonction du vécu de tout un chacun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.