Frontière de Bab Sebta: où en est la situation ?    Change. Le dirham s'apprécie face à l'euro du 25 février au 3 mars    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Google ne se servira plus des cookies pour la publicité    Déclaration de la Contribution Professionnelle Unique (CPU) : la date limite, c'est avant le 1er avril 2021    Sebta et Mellilia: quelles alternatives pour mettre fin à la contrebande ?    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Le Maroc reçoit 500.000 doses du vaccin Sinopharm    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Congrès des Nations Unies pour la Prévention du Crime et la Justice Pénale : le Maroc élu à la vice-présidence    Maroc : Les barrages remplis à 50%    LDC Afrique: Le WAC bat Horoya Conakry et prend la tête de son groupe    RSB-FAR (1-2) : Les Militaires confirment leur ascension !    Présidence de la CAF: un candidat se retire de la course    Concours d'accès au COPE : 543 candidats passeront l'épreuve orale par visioconférence    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 6 mars    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    L'ouverture du consulat jordanien à Laâyoune continue de faire réagir    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Une influenceuse marocaine attaquée sur la Toile à cause de Saad Lamjarred (VIDEO)    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Fès : saisie de 500 Kg de chira, une personne interpellé    Suède: Ibrahimovic de retour en sélection ?    Des femmes qui comptent : Ghyzlaine Alami    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Huit personnes interpellées pour organisation d'une fête de mariage    Hervé Renard: ses maîtres chanteurs condamnés à de la prison ferme    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La punition à l'école châtiée par le corps professoral
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 05 - 2009

Punition, sanction et châtiment... Ces notions, entremêlées, préoccupent le futur corps professoral. Ces pratiques restent courantes dans le milieu estudiantin.
En se posant la question suivante : faut-il punir pour éduquer, les élèves-professeurs de la section française du Centre pédagogique régional de Casablanca (CPR) se sont réunis pour enrichir le débat sur les mesures de correction adéquates à adopter dans l'exercice de leur fonction. Le séminaire, tenu mardi 5 mai 2009, a réuni des pédagogues, des philosophes et des sociologues autour de cette problématique. S'agit-il d'une violence ou d'une correction ? Les intervenants ont mis le point sur les différentes dimensions que revêt le mot «punition». « Le but de cette manifestation est de sensibiliser la nouvelle promotion des professeurs sur l'impact psychique et social de la punition. Certes son usage est indispensable, mais il faudrait la penser d'un autre volet», indique Rachida Abou Ziad, élève-professeur au CPR. Éviter la conception limitée de la punition, transgresser sa banalité, et faire d'elle le dernier moyen de sanction, sont les revendications primaires des organisateurs.
Cependant, cet acte n'est pas encore révolu. Selon une étude américaine présentée lors de la rencontre, 51% des enseignants interviewés ont estimé être pour la punition à l'école afin de garder un système éducatif équilibré. Au sein de l'école marocaine, le châtiment corporel est le premier recours des professeurs. Le micro-trottoir projeté démontre l'ampleur de ce fléau. Une dénotation flagrante qui confirme la présence antérieure de cette pratique dans le milieu estudiantin. «J'ai été témoin à plusieurs reprises de la punition en classe. La scène qui m'a marqué le plus est celle d'un camarade qui a été grièvement frappé par notre enseignant. Il lui a jeté un compas sur le visage», témoigne une lycéenne. Les séquelles psychiques sont toujours intériorisées. Malheureusement, au Maroc, les chiffres restent masqués. L'unique étude relative à la punition à l'école date de 2004. Elaborée par la psychologue Assia Akesbi, les données recueillies annoncent que 83% des instituteurs ont eu recours au châtiment corporel dont 54% sont par le biais de coup de bâton et 29% par les mains et les pieds. Abordant la punition psychique, 27% des enseignants ont approuvé avoir utilisé le «bonnet d'âne».
Par ailleurs, la même étude démontre que les élèves de sexe masculin sont les plus exposés à ce préjudice. Cela est justifié par la nature rebelle des garçons. D'un point de vue psychologique, de docteur Abdelaziz El Ghazi a fait appel à l'application de l'approche transactionnelle dans les relations entre l'enseignant et son élève. Selon M. El Ghazi, «avant de commettre un acte de punition, l'enseignant doit se remettre en cause et prendre en considération l'état de l'élève. Ce facteur est un indicateur déterminant sur le milieu environnemental du disciple».
Cette thèse est partagée par le philosophe Jean Zaganiaris qui a mis le point sur le pouvoir légitime dont dispose le corps professoral. Si cette autorité «adulte-enfant» fait preuve d'un usage abusif, elle peut faire sombrer l'élève dans une inégalité, voire « une minorité permanente». La solution étant de faire de l'école un espace propice d'échange et de connaissance. Pour atteindre cela, il est question de prendre en compte les éventualités du règlement interne de chaque établissement scolaire. Un code auquel les élèves sont amenés à collaborer pour pouvoir s'y confirmer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.