Abderrazak Soumah : «Dounia Filali cherche à réhabiliter Ali Aarrass, terroriste et menteur pathologique»    CDG Invest Growth lève un nouveau fonds de Private Equity    Le Maroc coparraine le lancement à Genève d'un guide sur les droits de l'homme    Le Groupe parlementaire du PPS critique une « décision hâtive »    Cycle de conférences et Forum «Morocco 21»    Le Bangladesh en proie aux violences inter-religiueuses    Amical : La sélection marocaine féminine bat l'Atlético Madrid    Tirage des barrages de la CAF : La Renaissance Sportive de Berkane face à une équipe rwandaise pour passer à la phase des poules    Europol annonce 150 interpellations    Deux Marocains sélectionnés pour la Résidence jeunes talents scientifiques africains    Clôture en grande pompe pour la 5ème édition de « WeCasablanca »    A Khemlia, « PORTRAITS DES SULTANS ET ROIS DU MAROC » exposés «chez les artistes»    «Le masque», une nouvelle pièce signée par Naima Zitan    Rabat : Une foule en quête du pass sanitaire au CHU Ibn Sina    Dakhla / Kite Surf : Championnat mondial Prince Moulay El Hassan    Les Etats-Unis dévoilent le plan de modernisation de l'armée marocaine    L'avenir du gazoduc Maghreb-Europe définitivement scellé    Green Middle East Summit : Ryad met sur la table 39 milliards de SAR    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 26 octobre 2021 à 16H00    Nasser Bourita : « Il est temps que le partenariat UA-UE fasse l'objet d'une mise à jour stratégique »    L'ONG TIBU ORGANISE LE PREMIER CONCOURS MAGHREBIN D'INNOVATION    Un PCR négatif suffit pour assister à l'AGO du Raja    Quatre peintres marocaines à la galerie AMBRE ART CENTER    Maroc-Algérie : le doux effet cathartique du Rap    Fluctuation du dirham. La pression des instances internationales pour accélérer la réforme [Par Charaf Louhmadi]    OCP Africa s'associe à l'USAID pour renforcer la sécurité alimentaire au Nigeria    Offensive de charme de l'Union européenne à destination du Maroc    "Trek des Gazelles" : Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    «Je préfère mourir en mer que de rester en Algérie» : le régime militaire pour sa jeunesse vers le néant    L'Egypte lève l'état d'urgence en usage depuis 2017    Soudan: Washington suspend 700 millions de dollars d'aide    En France, la perpétuité requise contre un dangereux terroriste algérien    Coup d'état au Soudan: La communauté internationale condamne    Six Soudanais et un Burkinabé interpellés : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine entre Nador et Melillia    Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la pilule de Merck, traitement prometteur dont l'examen a débuté en Europe    Un nouveau narco-drone neutralisé à Sebta    Une campagne nationale de sensibilisation démarre ce lundi    Le nombre de Marocains qui utilisent Maroc Telecom    Intelaka, IS, emplois…les grandes lignes du Projet de loi de Finances    PLF-2022: Principaux chiffres de l'intervention de la ministre de l'Economie et des Finances devant le Parlement    Pass vaccinal : Bientôt des éléments de clarification de la part de la CNDP    Réunion, ce jeudi, du Conseil de Gouvernement: Zoom sur la situation épidémiologique    Festival international du film sur l'art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain    La 1ère édition de «Tanja Fraja», les 30 et 31 octobre    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mariage de raison
Publié dans L'observateur du Maroc le 04 - 12 - 2020


Par Ahmed Charaï

L'Espagne et le monde entier traversent un moment délicat dans lequel il semble que des valeurs et des principes, inconditionnellement assumés jusqu'à présent, soient remis en question. Nous courons le risque que les branches ne nous permettent pas de voir la forêt, laissant de côté les questions essentielles qui nécessitent beaucoup plus notre attention. C'est le cas des relations hispano-marocaines, essentielles pour les deux pays, bien sûr, mais aussi essentielles en termes géostratégiques mondiaux; essentielles pour l'Europe et essentielles pour l'Afrique.

Cet Editorial est paru dans le quotidien espagnol El Mundo de ce vendredi 4 décembre
…Et le même jour sur le site elmundo.es
Le Maroc et l'Espagne entretiennent des relations stables depuis des décennies, quel que soit le détenteur de la majorité parlementaire en Espagne. Puisqu'il y a de puissantes «raisons» objectives à cela. Cependant, émanent des sentiments qui correspondent davantage au monde des «émotions» qui mettent en péril l'empire de la raison et qui continuent à empêcher l'extension de cette coopération à des domaines importants tels que le social et la culture, ce qui permettrait une humanisation de la relation.
La réalité géographique immuable impose ce voisinage, déterminant, que chaque pays assume une sorte d'extension de l'espace de vie par rapport à l'autre. Cela étant, il est incontestable que la situation actuelle, dynamique, va bien au-delà du cadre national restreint et impose, plus que jamais, la nécessité de maintenir cette stabilité.
Dans les années 1970, les deux économies étaient à égalité. Les productions industrielles apportaient très peu de valeur, tandis que l'agriculture et la pêche étaient très compétitives, notamment par rapport au marché européen. Lorsque l'Espagne est entrée en Europe, le dialogue entre ces deux pays s'est limité à la pêche hauturière, le Maroc négociant désavantagé car l'Espagne avait plus de force grâce à l'accord d'association avec l'Union européenne.
C'était une période très complexe où les deux pays, qui étaient à la recherche d'une voie vers la modernisation structurelle de leurs économies et du système politique, ont été submergés par la faiblesse de leurs économies respectives et la lutte contre la pauvreté, en particulier pour l'Espagne forcée d'atteindre les niveaux du marché européen.
Mais tout cela est déjà de l'Histoire. Les mutations de l'économie marocaine ont été telles que l'Espagne est désormais en concurrence avec la France pour le rôle de principal partenaire économique. Les investissements directs espagnols dans des secteurs aussi variés que le tourisme, l'agriculture, l'électromécanique ou la construction sont très importants.
Même en Espagne, les exportations liées à la production agricole ont été considérablement réduites. Par ailleurs, dans certaines niches, comme la fraise par exemple, on assiste au développement de joint-ventures ou de partenariats stratégiques temporaires.
Au-delà de tout ce qui précède, entre ces deux voisins, qui sont des deux côtés du détroit de Gibraltar, il a toujours été clair que les questions géostratégiques sont fondamentales. Les deux pays sont nécessairement préoccupés par la sécurité, la lutte contre le terrorisme, le trafic international de drogue et l'immigration clandestine. Le Maroc se montre comme un partenaire très fiable. Ce sont les dirigeants espagnols eux-mêmes qui l'affirment depuis le début de ce siècle.
Madrid reconnaît l'importance et la qualité de cette coopération et est le défenseur du Maroc devant l'Union européenne pour un soutien spécifique dans ce contexte. La nouveauté est que, à travers sa politique africaine initiée par le roi Mohammed VI en 2008, le Maroc s'est imposé comme un leader incontesté du continent qui, malgré ses problèmes persistants, est celui qui recèle la plus grande source de croissance du continent pour les prochaines décennies. L'Espagne, le pays le plus proche de l'Afrique, en est très conscient et promeut par conséquent la coopération bilatérale dans ce sens. Il est évident que le Maroc est la porte la plus accessible pour canaliser les investissements vers le continent africain.
Les aspects non économiques sont un problème plus important, car les deux nations sont en contact, parfois en confrontation, systématiquement. Il est incompréhensible que les relations culturelles soient à un niveau aussi bas. En effet, il existe un mouvement qui revendique l'héritage maure en Andalousie, le cercle de l'Avesnois, l'association des trois cultures, mais cela ne reflète pas la hauteur de ce que représente le passé des deux nations, avec un patrimoine fortement basé sur la civilisation islamique et la renaissance européenne.
La politique déployée depuis Madrid est trop timide. Nous devons développer un système de bourses pour les étudiants marocains, améliorer l'image des émigrants marocains, renforcer la présence linguistique et faciliter les échanges humains.
L'évolution des contextes nationaux et régionaux de la Méditerranée occidentale rend souhaitable l'établissement de réseaux plus étroits et plus denses entre les sociétés et institutions espagnoles et marocaines pour promouvoir les connaissances et l'échange d'expériences. Cela devrait être étendu aux domaines des universités, des partis politiques, des médias et des agences gouvernementales.
Dans ce contexte, la question du Sahara perd beaucoup de sa pertinence. L'Espagne, ancienne puissance coloniale, connaît très bien la question. Madrid a rejoint le processus politique, a soutenu la proposition du Maroc pour une autonomie élargie, la qualifiant de « sincère et crédible » et le Maroc en a pris note. Que le parti Podemos puisse continuer avec ses positions idéologiques anciennes et usées n'est pas pertinent.
Oublier et vouloir changer le fait que le Sahara fait partie de la nation marocaine serait un véritable cataclysme. Premièrement, parce que ces nations, à la fois le Maroc et l'Espagne, sont très attachées à leur unité et à leur intégrité territoriale. Cela annoncerait des troubles et des conflits sans fin dans une région du sud de la Méditerranée, qui a plus que jamais besoin de stabilité. Des défis tels que la lutte contre le terrorisme ou le phénomène des migrations nécessitent des Etats stables. Sur le plan économique, cette région ne peut se permettre aucun effondrement. Au contraire, elle a besoin de plus d'intégration, d'un marché plus profond, pour assurer son décollage et satisfaire les aspirations de sa population majoritairement jeune.
L'affaire El Guergarat avait affecté également les produits espagnols. Le Maroc est un défenseur actif de la stabilité régionale, l'Espagne en convient et cela renforce la permanence et le renforcement de ce mariage de raison.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.