Le rêve ou l'illusion sont forcément de l'autre côté    Bernard Casoni, nouvel entraîneur du MCO    Manifestation sportive au sein de l'UH2C pour inciter les jeunes à pratiquer le sport    Evolution du coronavirus au Maroc : 806 nouveaux cas, 459.671 au total, dimanche 17 janvier 2021 à 18 heures    Notre objectif est de retarder l' arrivée au Maroc de la nouvelle souche de la Covid-19 et de limiter sa propagation    Ben Affleck évoque les violentes critiques à l'époque de son couple avec Jennifer Lopez    Bong Joon-ho présidera le jury du Festival de Venise    Les employés du Groupe Sentissi en visite au passage d'El Guergarat    L'Opinion : Susciter l'adhésion des sceptiques    Achraf Hakimi vendu à crédit par le Réal, l'Inter en défaut de paiement !    Egypte 2021 : Le Championnat du monde de handball sous la pandémie    Yahya Abounizar, artiste peintre au parcours éloquent...    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira au large de cap spartel    Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces Sud    3è réunion de la Commission nationale du suivi et de l'accompagnement    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Agadir, à l'aune de génération de réformes!    Biden promet une série de décrets dès mercredi    WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Azilal : campagne de chirurgie générale au profit des zones touchées par la vague de froid    Mondial de Handball : Face aux Islandais, dernière chance pour les Marocains, mais... difficile !    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Fusion : PSA et FCA officiellement unis    Maroc : l'Ukraine pourrait détrôner la France comme premier fournisseur de blé    Kerouac, Ginsberg, Burroughs... Le rêve tangérois des voyageurs américains dans l'âme    Marc Thépot, une nouvelle vie    Confessions dominicales : Témoignage édifiant en réponse aux chantres du défaitisme    L'Agence marocaine antidopage tient à Rabat son premier conseil d'administration    Officiel: le Maroc désigné pays-hôte    Ronaldo: «Le Real a eu tort de laisser partir Hakimi»    La jeunesse partisane appelle au renforcement de sa représentation politique    Défis et perspectives de l'aménagement territorial post Covid-19    Agriculture-Pluies: l'année s'annonce prometteuse    Vient de paraître : «Le Secret de la lettre» de Mohammed Ennaji    Les temps sont durs pour Mohamed Ismaïl!    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    Bank Of Africa veut cofinancer l'investissement chinois en Afrique    La situation politique et sociale en Algérie est "désastreuse"    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    UGTM : Moulay Brahim El Othmani nouveau président du Conseil d'administration de la MGPAP    Covid-19 : 1 million de doses du vaccin chinois Sinopharm sont arrivées en Serbie    e-commerce : la Covid-19 dope le marché en 2020    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La formation d'un Roi
Publié dans L'observateur du Maroc le 29 - 06 - 2012

Les Marocains ont un lien particulier avec la famille royale. Quelles que soient leurs convictions politiques, c'est avec tendresse et affection qu'ils suivent la marche vers l'âge adulte des princes et princesses, comme s'il s'agissait de leur propre famille.
C'était vrai il y a 40 ans, c'est encore vrai aujourd'hui. Dans tous les milieux, c'est avec fierté qu'ils parlent des prouesses du prince héritier Moulay El Hassan lors de la cérémonie des remises de prix au collège royal. Ils l'ont vu psalmodier le Coran, déclamer des poèmes. Ils le savent polyglotte et le devinent espiègle comme tous les enfants de son âge, actif, épanoui.
Les citoyens savent que la formation académique n'est qu'une partie de l'éducation et de la formation de celui qui est destiné au métier de Roi. Depuis Feu Hassan II, cette formation est scrutée par le peuple, dans une osmose visible à l'oeil nu, inexplicable autrement que par le poids de l'Histoire. Mais la formation académique a son importance.
Le Prince héritier et ses camarades de classe reçoivent un enseignement qui allie la tradition, le Coran et l'Islam avec l'ouverture aux cultures étrangères, aux langues, aux lettres et à la connaissance des sciences exactes. L'institution monarchique a toujours été prescriptrice. Le Palais a de tous temps montré l'exemple. C'est Feu Mohamed V qui a scolarisé ses filles, les a dévoilées, leur a assigné des missions publiques, lançant le processus d'émancipation de la femme marocaine, oeuvre que son petit-fils poursuit avec l'engagement qu'on connaît.
L'enseignement proposé au prince héritier, à sa soeur Lalla Khadija, est celui vers lequel devrait tendre l'éducation nationale. Celle-ci limite ses ambitions, pour le primaire, à apprendre à lire, écrire et à compter et elle n'y arrive même pas. Les hommes politiques continuent à ressasser le débat abscons sur l'arabisation, comme si le fait de maîtriser les langues étrangères, de connaître les autres cultures devait nécessairement aboutir à une altération de l'identité nationale.
Le citoyen marocain de l'avenir ne sera pas un reclus d'une identité fermée, craintive et donc castratrice, mais un Marocain fier de ses racines, ouvert sur le monde, respectueux des autres, mais viscéralement attaché à son identité profonde. La géographie, l'histoire, l'exigent. L'éducation académique du prince héritier doit servir de guide pour la formation de tous les enfants marocains.
Nous devons donner à l'école publique les moyens de cette ambition. Tous les Marocains en ont rêvé pour leurs enfants en voyant, leur prince héritier à la télévision. Leur fierté n'avait d'égal que l'espoir de voir évoluer leur école.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.