Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ping-pong politique entre Benkirane et Chabat
Publié dans L'observateur du Maroc le 13 - 12 - 2012

Depuis son arrivée à la tête de l'Istiqlal, Hamid Chabat, ne cesse de s'attaquer de front au gouvernement. Bien que le plus souvent codées, les ripostes de Abdelilah Benkirane se font rarement attendre. Retour sur les phrases choc échangées, à distance, entre Chabat et Benkirane, retranscrites sous forme d'un dialogue qui semble être de sourds.
Hamid Chabat : « Je suis pour un gouvernement fort qui prend et assume des décisions politiques fortes et non pour le rafistolage. »
Abdelilah Benkirane : « Notre gouvernement est fort et il prend des décisions qu'il assume sans se voiler la face. N'en déplaise aux perturbateurs ! »
Hamid Chabat, prenant mal de se voir traité de perturbateur : « Il ne décrit l'éfrit qu'un éfrit comme lui. »
Hamid Chabat : « Je suis pour le respect des engagements pris par l'ancien gouvernement et donc, par souci de continuité de l'Etat, l'engagement pris en faveur des diplômés chômeurs devra être respecté par Benkirane. »
Abdelilah Benkirane : « Je ne comprends pas l'effronterie de ceux qui revendiquent le recrutement direct et sans concours des diplômés chômeurs ! »
Abdelilah Benkirane : « Nous sommes déterminés à mettre fin aux rentes et à mettre à nu les rentiers ».
Hamid Chabat : « Ce n'est pas en publiant des listes sans aucune suite que l'on pourra mettre fin à l'économie de rente ».
Hamid Chabat : « Benkirane c'est Benkirane et Chabat c'est Chabat. »
Hamid Chabat : « Quand je critique Benkirane, je critique le chef du gouvernement, le responsable politique et non pas la personne de Benkirane. »
Abdelilah Benkirane : « Nous ne sommes pas du genre à coller à nos sièges. Le pouvoir n'est pas un objectif en soi pour nous. Que celui qui se sente capable de gérer les lourds dossiers auxquels nous sommes soumis se présente. »
Hamid Chabat : « Mon arrivée à la primature dépendra des résultats des prochaines législatives et nous sommes déterminés à l'Istiqlal à décrocher la première place au terme des prochaines élections. »
Benkirane : « Que celui qui n'a pas goûté aux affres de la prison dans les années de plomb et de coercition de l'époque ne vienne pas nous donner des leçons sur le respect des droits de l'Homme. Il ne sait même pas de quoi il parle ! »
Chabat : « Le parcours de Benkirane n'est pas le même que le mien. »
Benkirane : « Le gouvernement a une vision claire de ce qu'il entreprend et les résultats sont déjà là, malgré le lourd héritage qu'il doit gérer. »
Chabat : « Nous sommes en train d'élaborer une plate-forme politique qui présente notre vision de la majorité et du travail gouvernemental qu'elle doit mener. »
Chabat : « Le remaniement ministériel est une nécessité et il est tout à fait normal que l'on remanie l'équipe gouvernementale au bout d'une année de travail, surtout quand les résultats ne suivent pas. »
Benkirane : « Le remaniement ministériel n'est pas une priorité pour moi. »
Chabat : « Nous voulons redonner confiance aux Marocains concernant la chose politique dans le pays. »
Benkirane : « Les Marocains n'ont pas perdu confiance et ceux qui prétendent le contraire, qu'ils viennent se mesurer à nous sur le terrain. Je suis sûr que les Marocains m'écoutent, me comprennent et accueillent positivement les mesures que je prends. »
Chabat : « On ne peut pas tolérer qu'on vienne tout à coup interdire aux enseignants du public d'enseigner dans le privé et perturber ainsi tout un pan de l'Education nationale. »
Benkirane : « Il est intolérable d'accepter que les enfants des Marocains aient un enseignement à deux vitesses en favorisant ceux qui ont les moyens. »
Chabat : « Le gouvernement ne fait rien face à la fuite fiscale au profit des riches et ce sont les pauvres qui sont contraints de payer. »
Benkirane : « S'attaquer aux riches c'est risquer de les faire fuir comme cela s'est passé en Iran. Un pays dont les responsables ont dit aller voir des membres de leur communauté, partie à l'étranger, pour les supplier de revenir au bercail sous les conditions qu'ils veulent exiger. »
Chabat : « En appelant à la reconstitution d'un gouvernement fort et efficace, nous exerçons notre devoir de prévention. La société va mal, surtout qu'on est en train d'affaiblir la classe moyenne. »
Benkirane : « Certains s'érigent en porte-voix de la classe moyenne, mais celle-ci ne s'est jamais plainte des hausses des prix que nous avons été contraints d'appliquer pour instituer l'esprit de solidarité dans notre société. J'attire votre attention sur le fait que cette classe n'est pas sortie dans la rue. La classe moyenne réclame d'abord la stabilité. La classe moyenne voudrait être assurée pour son avenir. Elle ne voudrait pas d'un bouleversement ou d'une révolution dans le pays. »
Chabat : « Le dialogue social est en panne et les protestations se multiplient, au point que l'on menace aujourd'hui de recourir à la grève générale. Où est le gouvernement dans tout cela ? »
Benkirane : « La protestation, nous y réussissons tellement que nous l'avons amenée jusqu'au mont Arafat lors du pèlerinage à la Mecque. Je dois juste préciser que le jour de l'une des manifestations qui se voulaient être de dépit, 1 200 personnes sont sorties dans la rue dont 800 se comptent parmi les demandeurs d'emploi. »
Chabat : « Les citoyens sont exaspérés par le coût de la vie et on parle aujourd'hui de l'augmentation des prix de l'eau et de l'électricité. C'est là une voie dangereuse ! »
Benkirane : « Dites-moi ce que vous voulez ! Quand je hausse les prix vous criez, quand je les baisse vous faites la même chose. »
Benkirane : « J'ai décidé de faire appliquer le ciblage direct pour les citoyens qui n'ont rien dans le monde rural, dans les régions montagneuses à Anefgou et ailleurs. Ce sont des régions dépourvues de tout. Les Marocains doivent comprendre que la stabilité a un prix. »
Chabat : « On en a marre que Benkirane nous prenne pour ses élèves. »
Chabat : « Nous demandons que les mesures devant être prises soient préalablement discutées au sein de la majorité. »
Benkirane : « Je suis pour la démarche participative qu'on me réclame et je vais voir comment la concrétiser. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.