Six projets de loi d'aspect socio-économique adoptés    Sopriam inaugure un nouveau DS Store à Casablanca    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Aïd al-Adha 1442 : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiés jusqu'au 17 juin 2021    ZLECAF et défis logistiques: Tanger Med appelé à jouer les premiers rôles    Marché des capitaux: les propositions de l'APSB pour redynamiser la Bourse    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    USA: Un mort et 12 blessés dans une série de fusillades en Arizona    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Une nouvelle ligne RAM Dakhla-Paris lancée    « Le cinéma arabe : Expériences, visions, enjeux », nouvel ouvrage de Mohamed Chouika    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Concours national de langue russe    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    SEM Pekka Hyvönen, Ambassadeur de la Finlande au Maroc : « Nous comptons faire du Maroc le pont entre la Finlande et les autres pays africains »    ONDA : 15 aéroports obtiennent le label "Airport Health Accreditation" de l'ACI    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    Coupes de la CAF : WAC et Raja pour briller sur le continent    Euro 2020: le Danemark tombe face à la Belgique (VIDEO)    Officiel : Sergio Ramos dit adieu au Real Madrid    Championnat d'Italie: Buffon de retour à Parme    MRE/Prix des traversées maritimes: un projet de décret adopté    CGLU : Boudra appelle à une réponse rapide aux exigences des villes africaines en matière de développement post-pandémie    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    Maroc/Covid-19: le bilan de ce jeudi 17 juin    Ouverture d'un hôpital privé à El Jadida    Météo Maroc: de la pluie attendue ce vendredi 18 juin    9 personnes arrêtées pour fabrication et vente d'armes blanches    Quatre ministres d'origine marocaine au sein du nouveau gouvernement israélien    La promotion des relations bilatérales au menu des entretiens de M. Bourita avec le président de l'Assemblée nationale de Serbie    Nouvelle consécration pour Fouzi Lekjaa    L'effet papillon et l'énergie créatrice    La justice met la pression sur l'armée espagnole    Sahara marocain: le Gabon apporte son « plein soutien » à l'initiative d'autonomie    RAM. Vols additionnels à partir de l'Europe: voici les détails (PHOTO)    Le projet de loi portant charte des services publics adopté à l'unanimité    Le chef du Hamas loue le rôle du Royaume dans la promotion de la paix    Botola Pro : Victorieux, le Raja revient à trois points du WAC    Championnat arabe d'athlétisme : les Lions de l'Atlas débutent avec 3 médailles au 1er jour    Botola / IRT-RCA (0-3) : Le Raja assure et se rassure    Législatives algériennes : les islamistes envisagent de faire partie de la prochaine coalition    Les Etats-Unis adoptent un jour férié commémorant la fin de l'esclavage    Le réalisateur marocain Chakib Benomar n'est plus    Le clip de la chanson est porté par Assaad Bouab : Jihane Bougrine sort «Serek F'Bir»    Exposition: Hé, voilà une abstraction ni arrogante ni froide !    Parution: roman trépidant d'une trahison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chabat-Benkirane : le fond de la querelle
Publié dans L'observateur du Maroc le 13 - 12 - 2012

réunion des partis de la majorité tenue la semaine dernière était marquée, pour la première fois, par la présence de Hamid Chabat. En effet, le nouveau secrétaire général de l'Istiqlal avait raté celle tenue il y a un mois. Le compte rendu fait devant le comité exécutif est peu flatteur pour les deux hommes (Chabat et Benkirane) qui ont eu des échanges vifs, personnels, avant de se calmer et de continuer la réunion. Malheureusement, le caractère des deux dirigeants, leur impulsivité, leur langage coloré, fait que leur différend surmédiatisé, apparaît comme une aversion entre eux deux. Or, cela correspond peu à la réalité.
Hamid Chabat réclame une plus grande implication des partis de la majorité dans l'action gouvernementale. Il veut que les grands dossiers soient tranchés par les instances des partis de la coalition, avant leur prise en charge par l'exécutif. Benkirane rétorque que c'est le cas, puisque les réunions de la majorité sont régulières. L'Istiqlal veut plus, un pilotage en commun en quelque sorte, ce que le PJD n'est pas prêt à accepter.
Quand Chabat propose un remaniement, il a bien évidemment des arrière-pensées partisanes. Ses lieutenants ont tous été éliminés par Abbas EL Fassi et il veut procéder à leur nomination. Mais il enveloppe cette revendication dans une critique plus globale de l'action du gouvernement « trop lente et incohérente ». Ce sont ces critiques publiques aussi virulentes que celles de l'opposition, qui suscitent l'ire de Benkirane qui en appelle à la loyauté de ses alliés.
Le secrétaire général de l'Istiqlal conteste aussi plusieurs décisions de l'exécutif. Ainsi, il est pour le recrutement des diplômés chômeurs sans concours, respectant l'accord signé par Abbas EL Fassi sous la contrainte du Printemps Arabe, au nom de la continuité de l'Etat. Le chef du gouvernement met en avant l'inconstitutionnalité de cet accord discriminatoire.
Chabat attaque aussi Nizar Baraka parce qu'il a déclaré qu'il n'y aura aucune augmentation pour les fonctionnaires. Il est dans son rôle de syndicaliste en défendant les troupes qui l'ont mené à la tête de l'Istiqlal. Le chef du PJD avance, lui, l'état des comptes de la Nation et l'esprit de responsabilité qui doit prévaloir.
Le fond de la querelle est donc très politique et non pas personnel comme on le présente. Ces divergences fragilisent réellement la coalition. Le PPS et le MP appellent au calme et au respect des engagements moraux. Ils mettent en avant le fait qu'ils ont pu intervenir sur des dossiers relevant de départements gérés par des islamistes.
Les deux hommes doivent donc se hisser au niveau de leurs responsabilités et oublier les petites phrases dont raffolent les médias. Une vraie négociation politique est nécessaire pour replâtrer, voir renforcer, la coalition gouvernementale. La gestion de la crise économique nécessitera des mesures impopulaires, le processus de décompensation fort complexe fera naître des contestations. Dans cet environnement, une coalition effritée est une catastrophe, parce qu'à la crise sociale s'ajoutera une crise politique. Le premier pas c'est de se recentrer sur les divergences réelles et dépersonnaliser la querelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.