Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Netanyahou accepte un Etat palestinien à des conditions rejetées par l'autre camp
Publié dans L'observateur du Maroc le 16 - 06 - 2009

Le Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a proposé dimanche 14 juin la reprise immédiate et sans condition préalable des négociations de paix avec les Palestiniens, évoquant pour la première fois l'idée d'un Etat palestinien, mais à des conditions immédiatement rejetées par l'autre camp.
Il a "fermé la porte à des négociations sur le statut final" des Territoires, a réagi Saeb Erekat, influent conseiller du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.
Barack Obama a salué comme "un important pas en avant" l'appel de Benjamin Nétanyahou à la création d'un Etat palestinien indépendant, selon le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs.
"Entamons des négociations"
"Je m'adresse à vous, voisins palestiniens, et à la direction de l'Autorité palestinienne: entamons des négociations de paix immédiatement, sans conditions préalables", a déclaré Benjamin Nétanyahou dans un grand discours sur ses intentions pour la paix et la sécurité au Proche-Orient. Et d'ajouter, à l'intention de ses voisins arabes: "Faisons la paix. Je suis prêt à vous rencontrer n'importe quand, n'importe où, à Damas, Riyad, Beyrouth ou Jérusalem".
"Israël respecte les accords internationaux et attend de toutes les autres parties qu'elles respectent leurs obligations également", a-t-il affirmé. Il a été chaudement applaudi par son public à l'université Bar-Ilan, dans la banlieue de Tel Aviv (ouest), bastion de la droite nationaliste israélienne, alors que deux petits groupes manifestaient devant l'entrée de l'établissement.
Conditions strictes
Précisant sa vision de l'avenir de la région, Benjamin Nétanyahou, soumis à une très forte pression des Etats-Unis, a admis pour la première fois l'idée d'un Etat palestinien mais y a posé des conditions strictes.
"En cas d'accord de paix, le territoire sous contrôle palestinien doit être désarmé, et Israël avoir de solides garanties de sécurité", a-t-il dit. "Si nous avons cette garantie de démilitarisation et les arrangements nécessaires de sécurité pour Israël, et si les Palestiniens reconnaissent Israël en tant qu'Etat du peuple juif, nous serons disposés, dans le cadre d'un véritable accord de paix, à trouver une solution pour (la création) d'un Etat palestinien vivant aux côtés de l'Etat juif", a ajouté le Premier ministre. "Ma vision, c'est qu'il y a deux peuples libres vivant côte à côte, chacun avec son propre drapeau et son propre hymne national."
Jérusalem
Il a par ailleurs réaffirmé la souveraineté d'Israël sur Jérusalem, déclarant que "la capitale d'Israël resterait unie", alors que les Palestiniens voudraient faire des quartiers arabes de Jérusalem-Est, capturés et annexés lors de la guerre des Six-Jours en 1967, la capitale de leur futur Etat indépendant.
Résistant à la pression de Washington, Benjamin Nétanyahou a aussi refusé le gel immédiat des constructions dans les colonies existantes de Cisjordanie, sur des terres revendiquées par les Palestiniens. Près de 300.000 Israéliens vivent en Cisjordanie et 180.000 à Jérusalem-Est. "Nous n'avons pas l'intention de construire de nouvelles implantations de peuplement ou de réquisitionner des terres pour agrandir des colonies existantes", a-t-il seulement dit.
Droit au retour
Il a en outre exclu le retour des réfugiés palestiniens en Israël, condition posée par les Palestiniens qui considèrent que ceux qui ont fui la guerre de 1948-49 après la création de l'Etat hébreu, ainsi que leurs descendants, soit des millions de personnes au total, ont le droit d'exiger la restitution de leurs logements.
Le discours d'une demi-heure de Benjamin Nétanyahou, diffusé à la télévision, a immédiatement été dénoncé par des responsables de l'Autorité palestinienne. Saeb Erekat a demandé "au monde de ne pas se laisser duper par son utilisation du terme d'Etat palestinien parce qu'il l'a défini en déclarant Jérusalem capitale d'Israël, en disant qu'il n'y aurait pas de négociation sur les réfugiés et que les colonies seraient maintenues".
"?a ne suffit pas"
Un autre conseiller, Nabil Abou Rdeneh, en a appelé aux Etats-Unis. "Ce qu'il (Nétanyahou) a dit aujourd'hui ne suffit pas pour entamer un processus de paix sérieux", a-t-il ajouté. Benjamin Nétanyahou a été critiqué dans son propre gouvernement, une large coalition comprenant des partis religieux opposés à l'indépendance palestinienne, et que les signes d'ouverture inquiètent. Du coup, les spéculations vont bon train sur une éventuelle alliance de Benjamin Nétanyahou avec l'opposition centriste de Kadima, le plus gros groupe parlementaire, en cas d'effondrement de la coalition au pouvoir. Kadima dément toute tractation secrète avec le Premier ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.