ODD : La Cour des comptes recommande d'ajuster la stratégie de sensibilisation et de communication    Hydrocarbures : Le torchon brûle entre Lahcen Daoudi et Driss Guerraoui    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Délais de paiement: Derrière les chiffres, la réalité    Secteur pharmaceutique. Doukkali et les industriels tracent un plan d'action    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Sahara marocain: Pretoria revient à la charge    Crédit du Maroc. A quoi ressemblera le projet "Les Arènes"?        Tanger : Deux faussaires de billets de banque condamnés à 10 ans de prison chacun    Laâyoune : En 24 h, 7 suspects recherchés tombent dans les filets de la police    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    MIFA Group: 70 ans d'expertise    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Venezuela : L'armée déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Bernie Sanders, candidat à la présidentielle 2020, veut croire à la victoire    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Exploitation et abus sexuels : Une Marocaine dans le Comité consultatif de l'ONU    Brexit : May de retour à Bruxelles, face une UE inflexible    Le GBM approuve le cadre de partenariat 2019-2024 avec le Maroc    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    Edito : Du sang neuf    Institut français du Maroc, de la culture pour tous    Aziz Idamin : Le mouvement marocain des droits de l'Homme n'a pas été en mesure de suivre les mutations internationales    Habib El Malki s'entretient avec la ministre indienne des A.E    Wenger : Vieira et Henry ont tout pour devenir des entraîneurs remarquables    Disparition de Sala: Cardiff envisage un recours pour négligence contre Nantes    Divers    Au Cap, des blessés de la vie apprennent à "voler" sur les vagues    Les militants "5 Etoiles" évitent un procès à Matteo Salvini    Insolite : Député chômeur    Administration, établissements publics, collectivités territoriales et enseignement en grève    Les infos insolites des stars : Michael Jackson    Jean- François Girault : La France et le Maroc partagent beaucoup d'affinités dans le domaine de la culture et de l'art    Droits de l'Homme au Maroc : Des avancées indéniables sauf qu'il y a un "mais" tenace    Espagne. Un nouveau format pour la Supercoupe    Décès du célèbre couturier Karl Lagerfeld    Le régime algérien à bout de souffle: Le muthos… ne tue pas    Saddiki gène le Raja et Carteron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 01 - 2019


Dans un article publié ce lundi 21 janvier 2019, le Washington Post analyse la décision que vient de prendre la cour constitutionnelle congolaise concernant la confirmation de Felix Tshisekedi comme vainqueur de la présidentielle en République Démocratique du Congo (RDC). Le quotidien américain relève la contradiction de ce verdict avec les nombreuses irrégularités ayant entaché cette élection dont notamment le non-respect du droit de vote de tous les électeurs et les preuves de manipulation dont la presse congolaise et internationale se sont fait l'écho.Le très influent journal américain souligne que Martin Fayulu, candidat de l'opposition, s'est immédiatement déclaré président. Il a déclaré que la décision de la cour n'était «qu'un coup d'Etat» tout en appelant à «des manifestations pacifiques», écrit le Washington Post.Le quotidien rappelle que le tribunal a rejeté deux requêtes de Fayulu et d'un autre candidat. Tous deux ont dénoncé les résultats frauduleux et l'interdiction, illégalement, à plus d'un million d'électeurs de voter dans des régions frappées par le virus Ebola et le conflit ethnique. L'auteur de l'article, Max Bearak note que L'Union africaine prévoyait d'envoyer en RDC une délégation de dirigeants ce lundi, mais a annulé cette mission. L'organisation, rappelle-il, avait exprimé de « sérieux doutes » sur la véracité du vote.Le Washington Post souligne les craintes des puissances régionales de voir les troubles provoqués par les élections contestées en RDC dépasser les frontières de ce pays, avec le risque de retour de la violence et des déplacements de population. Au moins 34 personnes ont été tuées depuis la publication des résultats provisoires du 10 janvier, rappelle le quotidien américain citant les Nations Unies.Le journal rappelle aussi que les partis de Tshisekedi et de Kabila ont rejeté les données divulguées de la commission électorale et de la plus grande mission d'observation électorale, appelée Cenco, qui montraient que Fayulu avait remporté les élections du 30 décembre avec environ 60% du total des voix.Le Washington Post reprend le message que lui a transmis Fayulu que l'«arrangement caché» entre Tshisekedi et Kabila pour le «partage du pouvoir» n'est qu'un «secret de polichinelle». Même si les principaux concernés rejettent ces allégations, écrit le journal, le silence de Tshisekedi et la quantité de preuves d'irrégularités dans les élections jettent beaucoup de suspicion sur eux.Le quotidien américain rappelle que dans une interview qui lui a été accordée en décembre 2018, Kabila n'a pas exclu de se porter candidat à la présidence en 2023.La logique d'un accord de partage du pouvoir repose sur l'hypothèse que Tshisekedi président serait moins menaçant pour Kabila que Fayulu, un ancien dirigeant d'Exxon qui a parlé avec force du nettoyage de la corruption, souligne Bearak.Même en dépit des doutes quant à la légalité de la victoire de Tshisekedi, le fait que Kabila ne soit plus président constituerait un réconfort pour de nombreux Congolais, ajoute-il. L'article du Washington Post se termine par cette bonne nouvelle : quelques heures à peine avant que le tribunal ne rende sa décision, le gouvernement congolais a demandé aux entreprises de télécommunication de rétablir les connexions Internet et les services de messagerie, qui avaient été bloqués pendant 20 jours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.