Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 01 - 2019


Dans un article publié ce lundi 21 janvier 2019, le Washington Post analyse la décision que vient de prendre la cour constitutionnelle congolaise concernant la confirmation de Felix Tshisekedi comme vainqueur de la présidentielle en République Démocratique du Congo (RDC). Le quotidien américain relève la contradiction de ce verdict avec les nombreuses irrégularités ayant entaché cette élection dont notamment le non-respect du droit de vote de tous les électeurs et les preuves de manipulation dont la presse congolaise et internationale se sont fait l'écho.Le très influent journal américain souligne que Martin Fayulu, candidat de l'opposition, s'est immédiatement déclaré président. Il a déclaré que la décision de la cour n'était «qu'un coup d'Etat» tout en appelant à «des manifestations pacifiques», écrit le Washington Post.Le quotidien rappelle que le tribunal a rejeté deux requêtes de Fayulu et d'un autre candidat. Tous deux ont dénoncé les résultats frauduleux et l'interdiction, illégalement, à plus d'un million d'électeurs de voter dans des régions frappées par le virus Ebola et le conflit ethnique. L'auteur de l'article, Max Bearak note que L'Union africaine prévoyait d'envoyer en RDC une délégation de dirigeants ce lundi, mais a annulé cette mission. L'organisation, rappelle-il, avait exprimé de « sérieux doutes » sur la véracité du vote.Le Washington Post souligne les craintes des puissances régionales de voir les troubles provoqués par les élections contestées en RDC dépasser les frontières de ce pays, avec le risque de retour de la violence et des déplacements de population. Au moins 34 personnes ont été tuées depuis la publication des résultats provisoires du 10 janvier, rappelle le quotidien américain citant les Nations Unies.Le journal rappelle aussi que les partis de Tshisekedi et de Kabila ont rejeté les données divulguées de la commission électorale et de la plus grande mission d'observation électorale, appelée Cenco, qui montraient que Fayulu avait remporté les élections du 30 décembre avec environ 60% du total des voix.Le Washington Post reprend le message que lui a transmis Fayulu que l'«arrangement caché» entre Tshisekedi et Kabila pour le «partage du pouvoir» n'est qu'un «secret de polichinelle». Même si les principaux concernés rejettent ces allégations, écrit le journal, le silence de Tshisekedi et la quantité de preuves d'irrégularités dans les élections jettent beaucoup de suspicion sur eux.Le quotidien américain rappelle que dans une interview qui lui a été accordée en décembre 2018, Kabila n'a pas exclu de se porter candidat à la présidence en 2023.La logique d'un accord de partage du pouvoir repose sur l'hypothèse que Tshisekedi président serait moins menaçant pour Kabila que Fayulu, un ancien dirigeant d'Exxon qui a parlé avec force du nettoyage de la corruption, souligne Bearak.Même en dépit des doutes quant à la légalité de la victoire de Tshisekedi, le fait que Kabila ne soit plus président constituerait un réconfort pour de nombreux Congolais, ajoute-il. L'article du Washington Post se termine par cette bonne nouvelle : quelques heures à peine avant que le tribunal ne rende sa décision, le gouvernement congolais a demandé aux entreprises de télécommunication de rétablir les connexions Internet et les services de messagerie, qui avaient été bloqués pendant 20 jours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.