Dakhla, capitale de l'intelligentsia africaine?    48es Assises de la presse francophone: Quand «l'empire des émotions» submerge l'information    Crise du PAM: Une réunion décisive cette semaine    Crowdfunding immobilier: Un business model "freemium"    PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9    Engie réorganise son activité au Maroc    L'OMC paralysée par Trump    Présidentielle algérienne: La diaspora vote sous tension en France    48es Assises de la presse francophone: Au pays de Roger Milla, de Manu Dibango et de «l'Afrique en miniature»    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Aéronautique: Karim Cheikh réélu président du GIMAS    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    S.M le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football    Rude épreuve tétouanaise pour le Raja    La Finlandaise Sanna Marin Plus jeune chef de gouvernement de la planète    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    Des taux désespérément effarants    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Accusée d'"irrespect envers le drapeau national", Oum fait une mise au point    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    Le Maroc classé en dessous de la Palestine    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 01 - 2019


Dans un article publié ce lundi 21 janvier 2019, le Washington Post analyse la décision que vient de prendre la cour constitutionnelle congolaise concernant la confirmation de Felix Tshisekedi comme vainqueur de la présidentielle en République Démocratique du Congo (RDC). Le quotidien américain relève la contradiction de ce verdict avec les nombreuses irrégularités ayant entaché cette élection dont notamment le non-respect du droit de vote de tous les électeurs et les preuves de manipulation dont la presse congolaise et internationale se sont fait l'écho.Le très influent journal américain souligne que Martin Fayulu, candidat de l'opposition, s'est immédiatement déclaré président. Il a déclaré que la décision de la cour n'était «qu'un coup d'Etat» tout en appelant à «des manifestations pacifiques», écrit le Washington Post.Le quotidien rappelle que le tribunal a rejeté deux requêtes de Fayulu et d'un autre candidat. Tous deux ont dénoncé les résultats frauduleux et l'interdiction, illégalement, à plus d'un million d'électeurs de voter dans des régions frappées par le virus Ebola et le conflit ethnique. L'auteur de l'article, Max Bearak note que L'Union africaine prévoyait d'envoyer en RDC une délégation de dirigeants ce lundi, mais a annulé cette mission. L'organisation, rappelle-il, avait exprimé de « sérieux doutes » sur la véracité du vote.Le Washington Post souligne les craintes des puissances régionales de voir les troubles provoqués par les élections contestées en RDC dépasser les frontières de ce pays, avec le risque de retour de la violence et des déplacements de population. Au moins 34 personnes ont été tuées depuis la publication des résultats provisoires du 10 janvier, rappelle le quotidien américain citant les Nations Unies.Le journal rappelle aussi que les partis de Tshisekedi et de Kabila ont rejeté les données divulguées de la commission électorale et de la plus grande mission d'observation électorale, appelée Cenco, qui montraient que Fayulu avait remporté les élections du 30 décembre avec environ 60% du total des voix.Le Washington Post reprend le message que lui a transmis Fayulu que l'«arrangement caché» entre Tshisekedi et Kabila pour le «partage du pouvoir» n'est qu'un «secret de polichinelle». Même si les principaux concernés rejettent ces allégations, écrit le journal, le silence de Tshisekedi et la quantité de preuves d'irrégularités dans les élections jettent beaucoup de suspicion sur eux.Le quotidien américain rappelle que dans une interview qui lui a été accordée en décembre 2018, Kabila n'a pas exclu de se porter candidat à la présidence en 2023.La logique d'un accord de partage du pouvoir repose sur l'hypothèse que Tshisekedi président serait moins menaçant pour Kabila que Fayulu, un ancien dirigeant d'Exxon qui a parlé avec force du nettoyage de la corruption, souligne Bearak.Même en dépit des doutes quant à la légalité de la victoire de Tshisekedi, le fait que Kabila ne soit plus président constituerait un réconfort pour de nombreux Congolais, ajoute-il. L'article du Washington Post se termine par cette bonne nouvelle : quelques heures à peine avant que le tribunal ne rende sa décision, le gouvernement congolais a demandé aux entreprises de télécommunication de rétablir les connexions Internet et les services de messagerie, qui avaient été bloqués pendant 20 jours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.