La chaîne française M6 interdite en Algérie après la diffusion d'un documentaire au vitriol    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    Affaire Aït El Jid : le procès du pjdiste Abdelali Hamieddine reporté au 30 mars 2021    Royal Air Maroc va réduire sa flotte pour s'adapter à la crise    Tourisme : les conséquences de la crise au Maroc (chiffres)    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Elections : La bataille des jeunes a commencé    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    « Boost with Facebook » arrive au Maroc    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    L'actrice Mariem Hussein arrêtée à Dubaï    Les lunettes de vue offrent une protection contre le coronavirus [Etude]    Casablanca: gigantesque incendie à Sidi Bernoussi    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Le rythme de progression de la masse monétaire poursuit son accélération    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Les omissions coupables de Human Rights Watch    Voici le temps qu'il fera ce mardi    Région de Rabat: il menace les policiers avec son chien    Tunisie: un reconfinement est-il possible ?    AIEA: Le Maroc préside la 64e conférence    Reportage de M6: les autorités algériennes contre-attaquent    Taqa Morocco: Le RNPG recule    Botola: le Hassania d'Agadir tombe à Oued Zem (VIDEO)    Le déroulement de la rentrée scolaire au menu du Conseil de gouvernement    Jawad Yamiq proche du Getafe    En Allemagne, des milliers de manifestants demandent à l'UE de prendre en charge les réfugiés    L'hôpital des FAR prodigue des soins permanents aux brûlés de l'explosion de Beyrouth    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    La CGEM publie un guide sur la "Cybersécurité en entreprise"    Le Covid-19 a un impact "dévastateur " sur les populations les plus vulnérables    Michael Lonsdale, le comédien pèlerin, est décédé    Officiel: El Haddadi éligible pour représenter le Maroc    Une consécration de l'engagement du Royaume pour une pratique sportive saine    Italie: débuts flamboyants pour la Juve de Pirlo    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    Le Maroc s'est distingué par son engagement en faveur d'une solution pacifique libyo-libyenne, affirme un institut d'études slovène    Des centaines de sans-papiers entament un périple de 700 Km    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Bolivie: La présidente par intérim se retire de la course à la présidence    Le roman des énigmes    «M'ZORA CARAVANE»: plus de 30 artistes internationaux à l'honneur    «Le Fez Art Lab», un nouvel espace culturel à Fès    Quatre productions marocaines en lice au Festival du film arabe de Malmö    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une malade Covid dénonce
Publié dans L'observateur du Maroc le 11 - 08 - 2020

Le témoignage de l'universitaire Tijania Fertat sur son séjour à l'hôpital de campagne de Sidi Yahya dans le Gharb continue de faire des remous. Une mise au point de la Direction régionale de la Santé de Rabat-Sale-Kénitra vient d'être rendue publique.
« Je vais me rendre compte très vite que les gens hospitalisés ne font que manger et dormir. Aucun suivi médical tel que la surveillance de la température ou la tension. Rien… En deux jours, nous n'avons pas vu l'ombre d'un médecin ou d'un infirmier », décrit, il y a quelques jours, l'universitaire qui vient de séjourner à l'hôpital de Sidi Yahya. « Cet hôpital mis en place dans le cadre du suivi et de prise en charge des cas contaminés de Covid-19 dans le foyer de Lalla Mimouna, accueille actuellement juste les cas asymptomatiques » répond, dans un communiqué, la direction régionale de la Santé de Rabat-Sale-Kénitra.
Précisions

Une mise au point qui intervient en réponse aux témoignages de Tijania Fertat, universitaire et ex-membre du CSEFRS ( Conseil Supérieur de l'Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique ) sur son séjour dans cet hôpital. Deux textes qui ont largement circulé sur les réseaux sociaux ces derniers jours. « Des récits glaçants » qui ont suscité l'indignation des internautes par rapport aux conditions de vie dans ce lieu comme décrites par l'ex patiente.
La direction régionale de la santé précise ainsi que la femme, sujet de polémique, a été accueillie dans une nouvelle unité. « Un total de 340 cas se trouvaient dans cet hôpital et non pas 800 comme il a été rapporté par les réseaux sociaux », ajoute la même source. A l'arrivée de la patiente, une équipe soignante lui a effectuée un cardiogramme conformément au protocole hospitalier du ministère de la Santé. « Après avoir analysé son cas, il a été décidé de transférer Tijania Fertat le lendemain à l'hôpital provincial Prince Moulay Abdellah à Salé, spécialisé dans l'hospitalisation des cas présentant des symptômes et des cas critiques ou qui souffrent de maladies chroniques, vu que la patiente souffre de maladies chroniques » précise le communiqué. Notons que Tijania Fertat a rédigé dimanche soir, un troisième texte où elle se rétracte en partie par rapport à ses deux premiers témoignages.

Un troisième témoignage

« J'ai essayé dans deux petits textes de partager l'expérience d'un séjour particulier dans des centres de traitement du Covid-19. Ces textes ont été relayés par la presse électronique qui tire des conclusions qui ne sont pas miennes », précise l'universitaire en ajoutant «Si la situation n'est pas une des meilleures au centre de Sidi Yahya, ce n'est pas le cas à l'hôpital public Moulay Abdellah à Salé où j'ai été transférée. Un hôpital aux normes internationales ». Un changement net de discours par rapport à ses précédents témoignages. « En deux jours, nous n'avons pas vu l'ombre d'un médecin ou d'un infirmier. Toutes ces femmes, jeunes, moins jeunes, âgées, toutes inquiètes, attendent le médicament miracle depuis quatre ou cinq jours. Aucune explication, aucune information ne filtrent... », décrit-elle auparavant.
La direction régionale de Rabat-Salé-Kénitra rappelle que l'hôpital de campagne de Sidi Yahya du Gharb dispose d'une capacité de 1.100 lits, avec un staff composé de 20 cadres médicaux civils et 54 militaires. Il a été installé en urgence pour faire face à la pandémie, suite à l'augmentation du nombre des cas contaminés et critiques dans la région de Rabat-Salé-Kénitra.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.