Radical. Les menaces à peine voilées de Benkirane    Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Dernière plongée pour Sindika Dokolo    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    PSG: Neymar forfait jusqu'à la trêve internationale    Education : 66 % des enfants marocains sont incapables de lire un texte simple selon la Banque mondiale    Casablanca: mini-tsunami à Ain Diab    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débat autour d'un viol. Au Maroc, on ne fouette pas, on ne coupe pas la main
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 09 - 2020


Hassan Kettani
« Selon la charia, l'adultère ne peut être établi que par 4 témoins dont les témoignages concordent, ou par aveu. Point final. Toute autre assertion est une diffamation dont l'auteur mérite 80 coups de fouets.Le but est de protéger l'intégrité des personnes et la propreté de la société ». Le « savant » Hassan Kettani, déjà condamné dans le cadre de la loi anti-terroriste et gracie depuis, vole ainsi, et comme d'habitude, au secours du fqih de la région de Tanger, accusé de viol sur plusieurs filles et garçons pendant plusieurs années. Cela dit le fqih a lui-même avoué son odieux manège.
Le problème ce n'est pas comment établir le délit ou le crime (c'est selon les civilisations), mais la punition réservée au diffamateur, les 80 coups de fouets. On est hors du temps et du territoire. On n'est pas en Arabie saoudite, en Afghanistan ou en Iran. On est au Maroc, un pays qui a des lois et un vrai code pénal.
Ici on ne fouette pas, on ne crève pas les yeux, on ne coupe pas la main...ici c'est le XXIème siècle.
Après la guerre avec les Etats-Unis, le Japon, complètement dévasté, a décidé de se développer et a envoyé ses étudiants en Occident pour apprendre les nouvelles sciences et les nouvelles techniques. Moins de 4 décennies plus tard, ses voitures, son électroménager a fait peut à l'Occident lui-même.
Dans les années 70 et 80, le Maroc a envoyé ses étudiants en Arabie saoudite étudier la seule chose qu'on pouvait apprendre dans cette région, la religion wahhabite.
Nous y voilà. On voile les femmes, on défend des violeurs et des adultérins, comme on l'a vu avec Fatema Nejjar et Benhammad, les deux grosses légumes du Mouvement Unicité et réforme, source idéologique du parti islamiste le PJD qui « conduit » le gouvernement.
Hassan Kettani représente une partie de la population qui ne reconnaît pas le droit marocain, parce que selon eux, il ne suit pas la Charia. Ils devraient venir au XXIème siècle de temps en temps, pour au moins voir où en est l'humanité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.