Luca De Meo, DG du Groupe Renault : La relation entre le Maroc et le Groupe est une "relation d'exception"    Marché boursier : Les levées de capitaux en actions en repli de 70% en 2020    Généralisation de la couverture médicale : L'UE accompagne le Maroc    JO-2020 : Le programme du vendredi 6 août 2021    JO de Tokyo/Athlétisme : Le Marocain Abdellatif Sadiki éliminé en demi-finale du 1.500 m    Covid-19 : Pfizer et BioNTech s'engagent à fournir leur vaccin au Maroc au cours de 2021    Casablanca : interpellation d'un individu pour son implication présumée dans un matricide    Covid-19 : Sur la 3ème dose du vaccin, l'OMS veut un moratoire    [ Interview avec Aziz El Fekkaki, président de l'Association des Jeunes du 21ème siècle ] L'application du NMD tributaire des mentalités des responsables    Emprunt national : toujours peu de visibilité sur la date de lancement    Voici la date et l'heure du match Raja-AS Rome    Les prix du pétrole en chute    Automobile : le secteur reprend des couleurs en juillet    Corruption : Extradition des Emirats Arabes Unis vers l'Algérie d'un ancien PDG de Sonatrach    Covid-19 : Un nouveau protocole de prise en charge des malades    BCG et tuberculose : Centenaire du doyen des vaccins encore d'actualité    Technopark Casablanca lance une opération de vaccination massive    Mesures de restrictions : Suspense sur la rentrée scolaire    Covid-19: du changement dans le protocole thérapeutique national    Affaire Pegasus : la CNDP entre en jeu    Maroc-Algérie : l'eurodéputé Andrea Cozzolino prend fait et cause pour le discours d'apaisement du roi Mohammed VI    HCP. Radioscopie de l'emploi au second trimestre 2021    Europa Oil & Gas : "de ressources potentielles et non de réserves prouvées" tempère ONHYM    La France promet 100 millions d'euros d'aide en faveur du Liban    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Records du monde ou dopage technologique...    Regragui se rapproche, Chaabani s'éloigne    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Liban : un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion, selon l'ONU    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Covid-19, le cimetière des TPE
Publié dans L'observateur du Maroc le 28 - 09 - 2020

La crise a un effet dévastateur sur l'activité des entreprises marocaines. En première les TPE dont la majorité est affaiblie financièrement. Une hémorragie de faillites est attendue.
«Actuellement, on compte plus de 20 à 30.000 faillites de TPE au Maroc », alerte le président de la Confédération de la TPE/PME, Abdellah El Fergui. «Si rien n'est fait pour ces structures, le nombre pourrait atteindre des centaines de milliers d'ici la fin de l'année ». La situation semble alarmante pour des entreprises qui ont été lourdement impactées par la crise sanitaire. Si certaines TPE ont pu reprendre progressivement leurs activités, d'autres se voient affaiblies financièrement au point de frôler la faillite. «La survie de majorité des TPE est menacée aujourd'hui vu qu'elles ont épuisé leurs trésoreries pendant les 6 mois. Et les banques ne peuvent et ne veulent pas venir en aide à ces entités », déclare Abdellah El Fergui.
TPE, les grandes oubliées
Mais le phénomène de faillite des TPE n'est pas nouveau. L'hémorragie ne cesse de s'aggraver au fil des années. Selon les chiffres fournis par la Confédération de la TPE/PME, sur les 5.180 faillites des TPE-PME enregistrées en 2015, la majorité sont des TPE. En 2019, le chiffre a doublé pour frôler la barre de 10.000 TPE-PME. Là encore, la plupart sont des TPE. Avec la crise du coronavirus, «83% des TPE-PME ont été à l'arrêt total dès les premiers jours de confinement. », assure Abdellah El Fergui. Les dernières statistiques publiées par la CCG et les banques sur le financement des TPE-PME lors de ces six derniers 6 mois révèlent, selon le président de la confédération que 16% des PME ont bénéficié de financement contre seulement 0,2% des TPE. Au total, 17,4 MMDH ont été accordés à 4.427 PME. «Sachant que le nombre des PME au Maroc est de seulement 28.000, donc finalement ce sont 16% de PME qui ont bénéficié de financement avec une moyenne de 4 MDH chacune », analyse El Fergui. Concernant les TPE, il ajoute que «sur 4 millions de TPE recensées au niveau du Royaume, 10.756 TPE ont pu bénéficier de 2,4 MMDH. Conclusion : seulement 0,2% des TPE au Maroc ont bénéficié des financements lors de cette période avec une moyenne de 223.000 DH octroyé par TPE ». Autre fait révélateur, «l'analyse de la structure de ces 0,2% de TPE montre qu'il s'agit d'entreprises réalisant un chiffre d'affaires situé entre 3 et 10MDH. «Pour nous une TPE, c'est celle qui un chiffre d'affaires de moins de 3 MDH et compte moins de 10 personnes. Cette catégorie n'a bénéficié de rien finalement », regrette El Fergui.
Un ministère pour les TPE et PME
Pour redresser la barre, El Fergui préconise la mise en place d'un programme Marshall pour sauver les TPE menacées. Mais, avant, «il faut écouter les doléances et comprendre les contraintes de ces structures et ouvrir la voie de concertation avec eux. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui », déplore El Fergui qui tient à souligner «le patronat ne nous représente pas en tant que TPE. Les TPE qui constituent plus de 95% de l'économie du Maroc avec 4 millions de TPE méritent plus qu'une simple commission au sein du patronat.». Suggestion ? « On appelle à la création d'un ministère dédié aux TPE-PME et au secteur Informel et non pas un simple secrétariat d'Etat »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.